Aller au contenu principal

Le martelage, pour récolter les arbres à maturité

Jeudi 8 février, la forêt de Pelgeires, au-dessus de Badaroux, a résonné des discussions joyeuses et de l’opération de martelage menée par les agents ONF de l’unité territoriale causses et de son responsable, Laurent Toiron.

Un agent de l'ONF penché sur un arbre pour le marquer
Opération de martelage par l'ONF
© Marion Ghibaudo

Le martelage est au cœur du savoir-faire du forestier. Cette pratique sylvicole consiste à désigner, au marteau ou à la peinture, les arbres à récolter au profit d’autres arbres qui vont poursuivre leur croissance et auront plus de place pour se développer. Chaque année, d’octobre à avril, les forestiers de l’ONF procèdent à des opérations de martelage en forêt. Ils choisissent les arbres à conserver et ceux à prélever. Un travail indispensable à la récolte d’un bois de qualité et au renouvellement des forêts, car les arbres non marqués pourront ainsi prendre plus de place. Les marques laissées sur l’écorce indiquent que l’arbre sera bientôt coupé pour commencer une seconde vie sous forme de charpentes, de mobiliers ou d’éléments de décoration. Au cours de cette opération, les forestiers marquent aussi à la peinture de couleur chamois les arbres à conserver pour la biodiversité (arbre à cavités, vieil arbre…).

Une forêt qui se renouvelle


Équipés de leur marteau, d’une bombe à peinture et de leurs téléphones pour le suivi des arbres, les huit agents de l’ONF se répartissent le travail une fois arrivés sur les lieux. La parcelle visée ce matin-là fait une dizaine d’hectares mais seuls quatre hectares seront travaillés par les agents de l’ONF, « un ancien îlot de vieillissement donc une parcelle dense ». L’objectif du jour était de réaliser une coupe d’amélioration pour en favoriser la régénération naturelle, en prélevant environ « un tronc sur trois ».
Lors du martelage, la première marque est faite sur le tronc à hauteur d’homme (1,30 mètre). Elle est ainsi bien visible par le bûcheron. Une autre est réalisée au niveau de la souche. On parle de marque au pied. Ainsi, les forestiers peuvent s’assurer après la coupe que seuls les arbres martelés ont été coupés par les bûcherons. En effet, il est interdit de récolter un arbre qui n’a pas été désigné, sous peine d’être verbalisé. Lorsque le martelage est réalisé au marteau, celui-ci porte le sceau « AF » (administration forestière). « Le martelage est l’opération la plus noble pour un forestier, je dirais, car c’est par cet acte qu’on contribue à façonner la forêt de demain », détaille Laurent Toiron. « C’est un geste loin d’être anodin. Et pour expliquer notre raisonnement en forêt : avant de choisir l’arbre à marquer, on regarde d’abord l’arbre qu’on veut garder ». Ce jeudi, la parcelle de pins noirs visée par l’opération de martelage a été plantée dans les années 1900. Le temps long de l’arbre n’est pas celui de l’humain, mais sa gestion doit se conformer à la lenteur de croissance de la forêt. Soumises à des plans de gestion qui orientent les axes de travail dans les forêts, les opérations de martelage répondent aussi à ces objectifs : « par exemple, sur cette parcelle, on souhaite fournir du pin de qualité pour la filière ». Au-dessus de Pelgeires, cette forêt domaniale avait été plantée pour la préservation des sols notamment, il y a près de 120 ans. Désormais arrivés à maturité, certains arbres désignés ce matin-là vont connaître une seconde vie.
 

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière