Aller au contenu principal

Mézenc
Le Fin Gras du Mézenc, une AOP qui bouge

L'association des éleveurs Fin Gras du Mézenc a fait le bilan de la saison 2023 et présenté les projets à venir, lors de son assemblée générale lundi 16 octobre au Béage (07).

Autour de son président Bernard Bonnefoy, le bureau de l'association FGM a mis à l'honneur deux de ses membres particulièrement actifs : Etienne Exbrayat et René Loubet.
Autour de son président Bernard Bonnefoy, le bureau de l'association FGM a mis à l'honneur deux de ses membres particulièrement actifs : Etienne Exbrayat et René Loubet.
© © HLP

Le Fin Gras du Mézenc a toujours le vent en poupe, c’est ce qui ressort des travaux de l’assemblée générale de l’association des éleveurs Fin Gras qui Mézenc, qui s’est tenue lundi 16 octobre au Béage en Ardèche. Preuve de ce dynamisme, cette saison, si le nombre d'éleveurs engagés reste constant avec une centaine de fermes, parmi les bouchers on note 8 nouveaux arrivants et 9 qui ont reconduit leur engagement de la saison 2022, soit un total de 144 bouchers adhérents. De même 4 nouveaux restaurateurs ont rejoint l'association ; ils sont désormais 39 à servir du Fin Gras du Mézenc à leurs tables.
Pour la première fois, le nombre d'animaux commercialisés sous l'AOP sur la saison, a connu une baisse de - 60 têtes, soit 1190 présentés à l'abattoir et vendus entre février et juin 2023. 1259 animaux ont été présentés à la notation en vif, 177 n'ont pas passé la phase de tri avant l'agrément définitif, 63 n'ont pas été abattus cette année, et 6 carcasses n'ont pas été classées. Des ratios habituels. Cette « légère baisse du nombre de bêtes commercialisées sous l'AOP, fait écho à la conjoncture nationale avec un repli du nombre d'abattage depuis fin 2022 » selon le président Bernard Bonnefoy.
Les animaux Fin Gras du Mézenc affichent toujours un profil de haute qualité. Selon la grille de notation spécifique FGM, 83% des animaux sont classés F en développement musculaire, 53% des animaux classés G (environ 40% en F) en état d'engraissement et 76% en F pour la présentation générale. La commercialisation se fait en majorité par les grossistes puis les bouchers dont la part a augmenté cette année de +6%. La vente directe représente moins de 5 % des ventes. La moyenne des prix de vente des animaux Fin Gras du Mézenc (prix payé à l'éleveur) est de 6,66 €/kg de carcasse (contre 6,12 en 2022, 5,94 en 2021…). 92 % des animaux ont été vendus à un prix supérieur à 6 € le kilo de carcasse, dont 32% à plus de 6,7 €.
Les chiffres l'attestent, le Fin Gras du Mézenc se porte bien, son réseau de distribution s'agrandit, ses éleveurs sont fidèles et les prix de vente continuent à progresser. Mais l'association FGM, à l’instar de son président Bernard Bonnefoy, ne compte pas pour autant s'endormir. Elle a de nombreux projets pour continuer à promouvoir ce mode d'élevage, cette viande d'exception, et plus largement ce territoire du plateau du Mézenc qui s'étale entre Haute-Loire et Ardèche.

Du neuf à Chaudeyrolles


Un chantier est en cours à Chaudeyrolles avec la rénovation de la Maison du Fin Gras. 15 ans après leur création, le musée et sa boutique vont bénéficier d'un relooking complet : « c'est l'occasion de repenser entièrement l'organisation du bâtiment afin de prendre en compte ses multiples fonctions comme véritable lieu de vie de l'AOP sous tous ses aspects » a expliqué Solène Tsitos en charge de la communication et la promotion au sein de l'association. Ce projet dont les travaux vont débuter prochainement, est porté par l'Association FGM, avec des financements du programme Leader Pays du Velay, et de la Région via le PNR des Monts d'Ardèche. La communauté de communes Mézenc-Meygal, propriétaire des locaux, s'est engagée au côté de l'association, ainsi que la commune de Chaudeyrolles. Et le Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche a pris en charge la réalisation du film qui animera la nouvelle exposition. La réouverture de la Maison du Fin Gras est prévue pour juin 2024 pour la prochaine saison touristique.
Toujours dans l'objectif de promouvoir l'AOP et son territoire, l'association s'est dotée d'une nouvelle identité visuelle "sobre, intemporelle, cohérente et homogène qui capte l'attention sur tous les supports de communication", d’un nouveau site web et d'une nouvelle PLV.

La fête 2024 à Présailles


Dans son rapport d'activité, l'association est revenue sur les grands rendez-vous de l'année qui ont pour premier objectif de créer du lien entre les acteurs du FGM, et avec le public et les consommateurs. Parmi ces rendez-vous, on citera les visites de fermes et autres foires ou fêtes, les salons en Ardèche ou à Paris, la journée de lancement, ou encore la traditionnelle fête de fin de saison qui a eu lieu en 2023 au Lac d'Issarlès, et qui a remporté un vrai succès. En 2024, c'est la commune de Présailles qui accueillera la Fête. Son maire Olivier Allemand a fait part de son "grand plaisir" et s'est déjà projeté dans son organisation, avec le soutien des communes voisines comme Freycenet Lacuche, Alleyrac (hors zone AOP) ou encore Le Monastier, pour de la logistique, du matériel ou même des bénévoles. Un exemple qui montre la solidarité sur ce territoire du Mézenc. Solidarité, un mot repris par deux conseillers départementaux ardéchois Bernadette Roche pour la Haute-Ardèche et Michel Villemagne du Haut Eyrieux, qui soulignent l'impact positif de cette AOP, dans son "rôle fédérateur" et sa "dynamique".
Suzanne Marion

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière