Aller au contenu principal

Le Cantal pour préparer Tokyo

Champion olympique par équipe du concours complet d’équitation à Rio, Karim Laghouag était présent la semaine dernière dans le Cantal, répondant à l’invitation de François-Xavier Montil.

Karim Laghouag, champion olympique en titre du concours complet par équipe.
Karim Laghouag, champion olympique en titre du concours complet par équipe.
© J.-M.A

On ne reçoit pas un champion olympique tous les jours, encore moins depuis que les Étoiles du Sport ont disparu des radars cantaliens. Pourtant, François-Xavier Montil, directeur de cabinet du Département, a gardé des contacts avec certains d’entre eux. C’est ainsi que Karim Laghouag s’est retrouvé dans le pays vert.
Karim Laghouag, seuls certainement les initiés savent qui il est. Lors des derniers Jeux olympiques de Rio, il remporte, en équitation, le concours complet par équipe. Une joie immense, d’autant que la France était loin, très loin même d’être favorite en 2016.

Après la médaille, “j’ai eu l’envie de tout arrêter”
Alors, pour préparer les prochains JO de Tokyo - cet été si tout va bien après avoir été reportés en 2020 - le cavalier originaire du Nord s’est essayé à la méthode Wim Hof(1). “Je suis très heureux de découvrir le Cantal, une région que je connaissais peu”, expliquait-il aux côtés de son préparateur mental Guy Bessat et de son entraîneur Jean-Luc Force qui lui, en revanche, connaît parfaitement le département pour y être né avant de faire une carrière exceptionnelle dans l’équitation (ancien cavalier professionnel, participation aux JO de Sydney, professeur à l’école nationale d’équitation, écuyer du Cadre noir de Saumur...).
Dans sa démarche, Karim Laghouag aspire à optimiser ses chances afin de décrocher une nouvelle fois l’or olympique. “En fait, ce qui m’est arrivé, c’est que lorsque j’ai été champion
olympique, j’ai eu plus ou moins l’envie d’arrêter la compétition de haut niveau. C’est grâce à une équipe tout autour de moi - Jean-Luc, Guy, ma femme, les propriétaires de chevaux... - qui m’ont dit “non c’est ridicule tu es encore en pleine forme” ou encore qu’il y avait les JO de Paris en ligne de mire.”
Un entourage bienfaisant qui demande à Karim de bien réfléchir avant de prendre une décision et le médaillé d’or de répondre : “Moi, je veux bien, mais toute cette insouciance que j’ai eue en 2016 - c’était la première fois que j’allais aux Jeux - ou encore d’avoir considéré cet épisode olympique comme un concours comme les autres, je veux retrouver cela.”
En 2016, les cavaliers français avaient entendu beaucoup de choses à l’époque sur les JO, “négatives en plus”. Mais en fait, “c’était super bien organisé et on en a pris plein les yeux”. Pour Tokyo, c’est donc un nouveau cap à franchir. Karim Laghouag n’est pas sûr “d’avoir cette force nécessaire” pour ce deuxième rendez-vous olympique “d’autant plus que je sais maintenant à quoi m’attendre. Aujourd’hui, je suis attendu, alors qu’en 2016, j’étais outsider”. Ce sont donc tous ces moments d’émotions, “cette expérience incroyable que l’on ne peut vivre qu’à travers le sport”, que le cavalier de 45 ans veut retrouver à travers un entourage encore plus performant et surtout un mental en acier.

“En recherche permanente de choses nouvelles”
“J’ai besoin d’être prêt physiquement et psychologiquement. On a donc été en recherche permanente de choses nouvelles et essentielles, précise Karim Laghouag. Je suis tombé par hasard sur François-Xavier Montil, qui était à Tignes pour les Étoiles du Sport. Il nous a montré la méthode Wim Hof, avec l’instructeur Leonardo Pelagotti, nous faisant plonger dans un lac gelé, en nous préparant en amont via des méthodes de respiration,  en apnée, qui modifie notre conscient.”
Un énorme travail sur la concentration donc et la découverte d’une force mentale insoupçonnée. Cette concentration sur soi, “c’est comme une armure”, admettait le champion, qui louait aussi les techniques de méditation de l’enseignant italien, “sa façon de parler”, mais aussi “sa façon de te rassurer”. Une expérience marquante visiblement puisque Karim Laghouag a souhaité la partager avec ses coaches.
Du coup, Tokyo retrouve de la saveur au goût de Karim Laghouag. “Je sais maintenant à quoi m’attendre avec d’autres cavaliers qui eux aussi m’attendent.” Selon lui, l’équation est
désormais simple : “Soit j’y vais sans réfléchir et je vais me planter ; soit j’ai une armée autour de moi pour réussir ce nouveau pari.” Le natif de Roubaix “ne veut pas vivre” ce que deux cavaliers ont vécu, “deux amis à moi, en équipe de France concours complet, qui ont fait une grosse contreperf aux Jeux. Cela a mis un terme à leur carrière”. Si l’échec est une donnée indissociable du sport, “moi je ne veux pas que ça m’arrive. Je veux avoir du soutien et aller à Tokyo en pleine confiance, en donnant le meilleur de moi-même”.
Karim Laghouag a fait la promesse de revenir dans le Cantal pour des projets autour du cheval si on fait appel à lui. Mais également dans le cadre de la méthode Wim Hof puisque Léonardo Pelagotti aurait l’intention de s’installer dans le pays vert...

(1) Un Hollandais a inventé une méthode afin de limiter le facteur stress. Méditation, exercices de respiration bien particuliers et longs bains glacés sont, selon le sexagénaire, le cocktail idéal pour réduire le stress et rester en bonne santé.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière