Aller au contenu principal

L’aide bénévole, ses spécificités et les risques encourus

En période de forte activité agricole, plutôt que d’embaucher des salariés, certains peuvent être tentés de recourir à d’autres formes d’emploi de main-d’œuvre.

L’aide bénévole est un coup de main devant être occasionnel, sans rémunération.
L’aide bénévole est un coup de main devant être occasionnel, sans rémunération.
© Jérôme Chabanne

Il convient d’être prudent. Ces emploi de main-d’œuvre sont très encadrés réglementairement. Faisons le point sur l’aide bénévole, ses spécificités et les risques encourus, ainsi que l’intérêt de souscrire une garantie aide bénévole pour éviter de mauvaises surprises. Qu’est-ce que l’aide bénévole ? Selon la jurisprudence, il s’agit d’un coup de main devant être occasionnel, spontané et sans rémunération (en espèces ou en nature). Aucun lien de subordination ne doit exister entre le bénéficiaire et le bénévole. L’aide doit être effectuée par une personne extérieure à l’exploitation : il peut s’agir de promeneurs, de voisins non-agriculteurs, de clients. Le coup de main entre agriculteurs est de l’entraide. C’est un échange de services en travail et en moyens d’exploitation. Elle peut être occasionnelle, temporaire ou intervenir de manière régulière. L’entraide est un contrat à titre gratuit. L’échange de services entre un retraité agricole et un exploitant hors cadre familial est du ressort de l’entraide agricole, à condition que le retraité agricole ait gardé une parcelle de subsistance : sa superficie ne peut excéder le cinquième de la surface minimum d’installation.

La suite dans le Réveil Lozère, page 11, édition du 17 septembre 2015.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière