Aller au contenu principal

Assemblée générale Maïcentre
L’adéquation au marché : un challenge permanent pour la maïserie

Affronter les marchés, répondre aux attentes de ses clients tout en restant compétitive, sont les priorités de la coopérative Maïcentre.

L’assemblée générale de Maïcentre s’est déroulée jeudi dernier en présence de Stanislas Crouzier, le nouveau directeur et de Philippe Aymard
L’assemblée générale de Maïcentre s’est déroulée jeudi dernier en présence de Stanislas Crouzier, le nouveau directeur et de Philippe Aymard
© Auvergne Agricole
Après avoir terminé sa mutation, la maïserie s'attelle à adapter sa politique commerciale à l'évolution des marchés. Elle a mis à profit l'année 2007 pour optimiser le fonctionnement de l'usine et réorganiser la collecte. Trois actions ont été engagées : la mise en place d'un système de rendez-vous obligatoire pour les livreurs afin de limiter les délais d'attente en bascule, la création d'un tapis transporteur entre les silos de la maïserie et ceux de Domagri Ennezat et la rénovation des installations obsolètes pour optimiser les capacités de l'usine et améliorer la productivité. « Cette nouvelle organisation a permis de rentrer 10 000 tonnes de plus sur la période la plus active, soit 2 791 T /j (contre 2 437 T /j en 2006), soit un apport supplémentaire journalier de 350 tonnes » précise Philippe Jaillet, responsable technique de Maïcentre.

Redéfinir un système de prix
L'extrême volatilité des prix des céréales a également obligé la coopérative et son partenaire commercial, Limagrain Céréales Ingrédients (LCI), à revisiter le mode de commercialisation des productions de maïs semoulier. «La méthode mise en place devrait permettre de réduire les risques de décalage entre l'évolution des prix d'achat des apports et des prix de vente par LCI » explique Stanislas Crouzier, directeur général de Maïcentre. « Dans un contexte de prix très fluctuant où les négociations avec les clients sont longues et difficiles, il fallait trouver un point d'accord entre le client et nous pour maintenir la compétitivité et la pérennité de nos outils» poursuit le directeur. La nouvelle structuration du prix s'appuie sur un prix de marché Auvergne issu de la moyenne des cotations FOB Creil, Rhin, Bordeaux, calculée sur la période de référence allant de septembre à décembre. Les achats et ventes conclus avant la fin de la période de référence seront traités par un acompte régularisé en janvier. «Cette nouvelle approche devrait permettre à notre filière maïs semoulier de négocier des prix de vente en connaissant mieux les prix d'achat » précise Stanislas Crouzier.

Composer avec les tendances du marché
Mais pour préserver sa compétitivité, Maïcentre doit aussi s'engager à assurer des tonnages suffisants pour la maïserie (90 à 100 000 tonnes par an), miser sur la régularité des surfaces et volumes produits, répondre à la demande des clients et maintenir l'attractivité du maïs consommation pour les agriculteurs avec un prix calé sur le marché. « Nous devons aussi avoir la capacité d'anticiper sur les besoins futurs en innovant sur de nouvelles variétés incluant qualité technologique et qualité agronomique ». Pour Claude Gagnol, responsable commercial de l'activité céréales ingrédients chez LCI, les tendances du marché se concentrent principalement sur une attente de plus en plus stricte en matière de sécurité alimentaire, une progression des besoins des clients et un redéploiement des unités industrielles. Il cite l'exemple de Brüggen qui se rapproche de ses marchés du Sud de l'UE en s'installant à Thiers. «L'arrivée de Brüggen sur le département est une vraie opportunité pour la filière. C'est un challenge pour Maïcentre qui se prépare à cet évènement depuis près de trois ans » explique le directeur commercial de LCI.
Le démarrage de l'usine est prévu en juillet 2008. « Maïcentre ne sera pas le fournisseur unique de Brüggen, mais nous devons faire en sorte d'être un fournisseur essentiel, surenchérit Philippe Aymard, président de Maïcentre. Et dans ce contexte de forte instabilité des prix, nous avons tout intérêt à développer, conforter et maintenir cet outil et ceux qui sont déjà en place ».

 

La collecte maïs
Bonne année pour le maïs en culture dont la récolte en 2006 a été de 78 000 tonnes, soit un rendement de 92 q/ha
En 2007, 8 400 ha ont été contractés contre 8 500 ha la campagne dernière. Les bonnes conditions climatiques de cette année ont permis d'atteindre un niveau de rendement record de 105q/ha. La quantité et la qualité sont au rendez-vous

Les clients de Maïcentre


Maïcentre est présent sur trois marchés importants:
- Les snacks (gâteaux apéritifs)
- Les céréales prêtes à consommer (type corn flakes)
- Le baby food

Ses clients :
- 89 % sont en Europe
- 7 % en Extrême Orient (Japon et Corée)
- 4 % au Moyen Orient/Afri-que

Qui sont-ils ?
- 55 % des grandes marques
- 45 % des Marques de distributeurs (MDD)
Maïcentre fournit des grands groupes mondiaux comme Général Mills, Nestlé et Kraft et d'autres comme Chips ou Brüggen.

Les attentes des clients :
- Sécurité alimentaire
- Qualité technologique stable
- Capacité à accompagner leur croissance
- Positionnement économique compétitif.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière