Aller au contenu principal

La Galoche du Cantal : du 100 % tricolore

Non seulement le Cantal abrite une des toutes dernières fabriques de galoches, mais la manufacture de Marcolès, en Châtaigneraie, est l'unique à afficher le label "Origine France garantie".

Des galoches, "des vraies", mais aussi des sabots dont certains très fantaisie. Compter un peu moins de 90 euros pour une paire de sabots, jusqu'à 115 euros pour une paire de galoches colorées.
Des galoches, "des vraies", mais aussi des sabots dont certains très fantaisie. Compter un peu moins de 90 euros pour une paire de sabots, jusqu'à 115 euros pour une paire de galoches colorées.
© RSA

Entre 2 500 et 3 000 paires de galoches sortent chaque année de ce petit atelier typique. Et si ce savoir-faire ancestral, si réputé dans le Cantal - autour d'Aurillac en particulier - a traversé les périodes, on le doit à quelques amoureux du cuir sur des semelles de bois qui se sont succédé. Une fabrication ininterrompue depuis les années 1880 jusqu'à aujourd'hui, sauvée in-extremis par Éric Mas.
Après Aurillac, le Rouget, puis Saint-Étienne-de-Maurs, l'atelier a trouvé sa place dans un cadre de pierres et de bois qui lui va à ravir : une ancienne étable. C'est là que s'activent Éric, mais aussi François, André (auto-entrepreneur qui vient prêter main forte) et même le jeune Pierre, titulaire d'un bac pro cordonnerie et actuellement en alternance dans le cadre d'un BTS maroquinerie. Carine, qui fait également partie de l'équipe, ne fabrique pas : certaines opérations s'avèrent particulièrement ardues, notamment lorsqu'il s'agit de tendre et travailler le cuir de 3 mm d'épaisseur. "Parfois, il est si dur qu'on le renvoie chez le
tanneur...", admet Éric Mas.
"Même les clous sont français"
Autre difficulté que souligne le chef d'entreprise : une même opération qui nécessite de tenir la semelle de bois, le cuir, le clou, le marteau... "Or, on n'a que deux mains !" Un savoir-faire au service de produits 100 % français. Une sacrée fierté pour la petite manufacture marcolésienne d'avoir décroché le label Origine France garantie qui certifie que la totalité des matériaux sont français, y compris des peaux plus fantaisie, en poil de vaches, avec la complicité du taxidermiste de Neussargues, Jordi Soler. "Même nos clous sont français !", peut s'enorgueillir l'artisan, précisant au passage être le dernier à faire des galoches cloutées. Quant au bois, c'est du hêtre venu de régions voisines, mais Éric Mas prend le pari que les semelles seront bientôt confectionnées dans du bois issu du Cantal. Une volonté qui plaît à Cécilia Mourgues, sous-préfète à la Relance, qui a récemment visité l'atelier, avec le préfet Castel.

Visite préfectorale
Pour l'heure, hormis les aides "classiques" accordées à toute entreprise durant la crise sanitaire (activité partielle), la galocherie n'a pas encore bénéficier d'un soutien propre à son développement. Mais cela pourrait bientôt venir. Car Éric Mas et son équipe ne manquent pas de projets... (voir ci-dessous).     
(1) Jusqu'à la veille des années 70, on comptait  plus de 20 galochiers à Aurillac, produisant
environ 400 000 paires par an vendues dans toute la France.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière