Aller au contenu principal

Handicap et agriculture
La ferme pour tous, y compris pour les personnes handicapées

Au lendemain de la Conférence nationale sur le handicap à l’Élysée, une journée thématique autour de l’adaptation au milieu agricole, baptisée Ferme pour Tous, a été organisée dans le Cantal.  

Audrey Bedoussac (à gauche) et Camille Lacoste (à droite) sont à l’initiative du projet qui a consisté à ouvrir le dialogue entre le monde du handicap et celui de l’agriculture de demain. 
Audrey Bedoussac (à gauche) et Camille Lacoste (à droite) sont à l’initiative du projet qui a consisté à ouvrir le dialogue entre le monde du handicap et celui de l’agriculture de demain. 
© Union du Cantal

Ce n’est pas un cours ordinaire qu’ont suivi, jeudi 27 avril, des élèves de seconde pro et de première STAV(1) du lycée agricole Pompidou. Face à eux, pas de profs, mais deux élèves et une douzaine d’actifs invités. Le sujet ? “La ferme pour tous”, l’inclusion de personnes porteuses de handicap dans le milieu professionnel agricole. De vrais échanges - sans question taboue - ont contribué à faire évoluer le point de vue de la plupart des étudiants valides, lors de cette journée, nommée à juste titre “Ferme pour tous”. Mais avant d’entamer le dialogue, la soixantaine de lycéens étaient appelés à répondre à un quizz, en votant depuis leur smartphone, tandis que les résultats s’affichaient en direct sur grand écran.

Quizz

Le jeune public a ainsi pu découvrir que, “non, un Esat n’est pas un établissement social en agriculture et territoires”(2), qu’on classait les handicaps en cinq grandes catégories : moteur, visuel, auditif, mental et psychique (et que l’on peut être polyhandicapé) ; que la première loi en faveur de l’emploi des personnes handicapées remontait à 1987 et qu’elle défendait depuis 2005 le principe d’égalité ; que les adaptations, comme la plate-forme élévatrice pour accéder au tracteur avait un coût au moins égal à 12 000 €... Parmi les invités, des travailleurs de l’Esat d’Anjoigny de Saint-Cernin à vocation agricole (bovins lait et transformation, bovins viande, œufs, porcs...) ; d’autres, des services espaces verts de l’Arch et de l’Adapei, accompagnés de leurs moniteurs. Ils ont décrit leur quotidien qui ressemble bien à celui de n’importe quelle entreprise ou exploitation. “Ce n’est pas forcément les outils que l’on adapte, c’est le travail en fonction de la personne”, expliquent les moniteurs qui choisissent soigneusement les missions que chacun peut accomplir sans mal. Une forme d’inclusion qui offre au travailleur handicapé le même matériel et les mêmes responsabilités qu’un confrère valide, la fierté d’y parvenir en plus.

Autonomie

Parmi les motifs de satisfaction, le travail en totale autonomie revient régulièrement, quelles que soient les missions confiées aux salariés handicapés ; un même constat chez les agriculteurs Mathieu Bruel et Grégory Daude (voir leurs témoignages ci-dessous). Finalement, la différence est-elle surtout dans le regard de l’autre ? Pour répondre à la question posée dans la salle, Thomas qui a en charge l’entretien des espaces verts à l’Esat de l’Arch, souligne que “tout le monde est différent”, que “personne ne se ressemble vraiment”, que “chacun a sa personnalité”... Alors effectivement, il y a des différences, mais comme chez tout le monde. Et donc pas de sentiment de gêne à ce niveau-là. Thomas pense même qu’il est bénéfique d’en parler. Il est atteint d’un handicap qui ne se voit pas (troubles musculosquelettiques) et considère que ne pas l’évoquer serait contreproductif. Un avis partagé par Damien qui travaille à l’atelier lait de d’Anjoigny. Aucun ne va au travail en reculant. Et surtout pas Grégory, éleveur près de Saint-Flour, qui admet qu’il s’agit “plus d’une passion que d’un métier”. Une passion qu’il prolonge même au-delà de la ferme, par un investissement au sein du syndicat des Jeunes agriculteurs dont il est référent lait au niveau départemental. Après la pause déjeuner, les discussions se poursuivaient dans un autre cadre, celui de l’exploitation agricole du lycée qui ouvrait ses portes à tous.

(1) Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant.
(2) Esat : Établissement et service d’aide par le travail qui permet aux personnes en situation de handicap d’exercer une activité professionnelle tout en bénéficiant d’un soutien médico-social et éducatif dans un milieu protégé.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière