Aller au contenu principal

Chevaux
Forte participation aux concours officiels

Les éleveurs de chevaux lourds de Haute-Loire se sont retrouvés en concours aux Estables, à Yssingeaux, Cayres
et Craponne, en attendant le Départemental le 20 à Retournac. 

Les éleveurs fiers d'exposer leurs meilleures juments et pouliches.
© HLP

Août, c'est le mois des concours de chevaux lourds sur le département. Le premier concours officiel s'est déroulé jeudi 3 aux Estables, il était suivi d'Yssingeaux ce samedi 5, puis le 6 à Craponne et enfin le 9 à Cayres. Les traditionnels concours de Fay/Lignon et Saugues n'ont pas lieu cette année, faute de participants ou problème de calendrier.

Après les concours locaux officiels, les animaux sélectionnés seront présentés lors du Départemental qui cette année aura lieu à Retournac dimanche 20 août. Ce concours est très attendu par les éleveurs parce qu'à l'issue des classements, l'enjeu porte sur la participation des juments et pouliches au concours régional au Sommet de l'Élevage début octobre.

Forte participation

Revenons sur la première étape à savoir les concours organisés par le Syndicat départemental des éleveurs de chevaux de Haute-Loire, en partenariat avec les municipalités. Aux Estables, 45 pouliches et juments, toutes des comtoises, ont été présentées sur le ring par 10 éleveurs venus de Laussonne, Retournac, Freycenet-Latour, Chaudeyrolles ou encore Les Estables. Un spectacle fort apprécié par les establains et les touristes qui ont bravé le froid pour assister à ce concours d'élégance. Le jury était composé de 4 membres, sous la présidence de Jacques Issartel, avec Claude Anglade, André Chevalier et Bruno Gérenton.

Les autres concours ont aussi connu une très bonne fréquentation, preuve que les éleveurs aiment à se retrouver et à se challenger sur de telles manifestations. 70 juments inscrites à
Yssingeaux, 17 à Craponne et 32 à Cayres, voilà qui augure d'un beau concours départemental.

La tâche des juges compliquée

Avant le défilé des pouliches et juments, toujours bien préparées par leur propriétaire et leurs meneurs, le jury a dû faire un briefing pour bien s'approprier le règlement. En effet, cette année, la SFET et les Associations nationales de races ont fait évoluer les grilles d'annotations, complexifiant le travail des juges, d'autant que les nouvelles grilles sont arrivées très tard. Jacques Issartel ne cachait pas son agacement face à cette situation. "Aujourd'hui, comme avant, on regarde tout, mais avant on mettait une note unique. Maintenant chaque critère est noté sur 10 ou sur 20 selon les catégories, puis on sort la note globale sur 100. C'est pas facile de se former, d'autant qu'on a eu très peu de temps, mais on fera de notre mieux…" résume le président du jury en prenant ses feuilles de marque.

Parage, toilettage, présentation statique, présentation au pas, présentation au trot sont observés par le jury et notés afin de donner une note de présentation. Vient ensuite le pointage selon la grille fournie par chaque Association de race. Les juges doivent alors noter l'harmonie d'ensemble, le corps, les membres, les aplombs et les allures. Mais tout cela serait encore trop simple… Il existe des variantes selon les races, et mieux encore entre les différentes catégories (1 an, 2 ans, 3 ans suitées…). Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué !

Heureusement, toutes ces formalités réglementaires, n'ont pas découragé les éleveurs qui prennent toujours autant de plaisir à faire défiler leurs juments et pouliches, et à les voir accéder aux premières places. Rendez-vous donc dimanche 20 août à Retournac pour le concours départemental 2023.

Les plus lus

Marin Paquereau se tient au milieu de ses vignes, au-dessus du village d'Ispagnac
Un nouveau vigneron à Ispagnac

L’association foncière agricole des coteaux des gorges du Tarn a aidé à l’installation d’un quatrième viticulteur à Ispagnac,…

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière