Aller au contenu principal

Forte hausse du prix du beurre : la situation pourrait perdurer

En pleine période d'Épiphanie, les cours du beurre atteignent des niveaux inédits depuis la crise de 2017-2018. Les approvisionnements se tendent du fait d'une faible production et d'une demande qui augmente.

En pleine période d'Épiphanie, les cours du beurre atteignent des niveaux inédits depuis la crise de 2017-2018. Les approvisionnements se tendent du fait d'une faible production et d'une demande qui augmente.
En pleine période d'Épiphanie, les cours du beurre atteignent des niveaux inédits depuis la crise de 2017-2018. Les approvisionnements se tendent du fait d'une faible production et d'une demande qui augmente.
© Jérôme Chabanne/Illustration

Les boulangers-pâtissiers tirent la sonnette d'alarme : le prix du beurre explose et les professionnels peinent à s'approvisionner en pleine période d'Épiphanie. Entre septembre et décembre, le prix du beurre a augmenté de plus de 30 % et plafonne actuellement aux alentours de 5 000 euros par tonne. Un niveau inédit depuis la « crise du beurre » en 2017-2018, pendant laquelle les cours s'étaient envolés à plus de 7 000 euros par tonne. Dans un courrier adressé aux ministères de l'Économie et de l'Agriculture, peu avant Noël, les boulangers de la CNBPF (artisans) et la FEB (industriels) ont demandé au gouvernement de « réunir d'urgence l'ensemble des acteurs de la filière (agriculteurs, laitiers, artisans, industriels et distribution) afin de sécuriser les approvisionnements et de convenir de mesures communes pour garantir un prix convenable aux consommateurs et permettre à nos adhérents de vivre décemment de leur travail ».

Les pâtissiers pâtissent
« Certains boulangers ont du mal à se faire livrer. En pleine période d'Épiphanie, on se retrouve à utiliser des beurres de moins bonne qualité ou des margarines », témoigne le président de la CNBPF, Dominique Anract. Les approvisionnements se tendent alors que « la reprise de l'activité économique a été plus forte que prévu à la fin du troisième semestre [...] et a semble-t-il été sous-estimée par certains acheteurs qui n'avaient pas entièrement couvert leurs achats », observe le Cniel dans une note de conjoncture.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière