Aller au contenu principal

Prix  du  lait
Du mieux annoncé pour 2023

Alors qu’à partir du 1er janvier 2023, la prise en compte des coûts de production sera obligatoire dans la filière laitière conformément à la loi Egalim, à date, avec des charges qui explosent, nous sommes encore loin du compte. De l’aveu des responsables professionnels et des acteurs de la filière, les mois prochains seront décisifs.  

Les producteurs de lait attendent des revalorisations importantes du prix du lait.
Les producteurs de lait attendent des revalorisations importantes du prix du lait.
© A. Pasquelin

Depuis octobre, les négociations entre les organisations de producteurs, les industriels et les coopératives de la filière laitière vont bon train. Et autant dire que le temps presse, avec des charges alimentaires, énergétiques… qui explosent, les producteurs de lait ont besoin de visibilité. « Certes, le prix du lait a été revalorisé ces derniers mois, mais pas à la hauteur du prix de revient. Ce que nous avons cranté sur le prix du lait a été totalement balayé par l’inflation », constate Sabine Tholoniat, productrice de lait bio dans le Puy-de-Dôme, et présidente de la FNSEA 63. Après le groupe Lactalis, c’est la stratégie de la coopérative Sodiaal qui est interrogée par les éleveurs. Deux acteurs majeurs de la collecte laitière française, et qui jouent un rôle majeur dans le grand Massif central. Le médiateur des relations commerciales a été saisi, afin de mener « une expertise sur les coûts et les prix », proposés par Sodiaal. L'audition d'autres coopératives a été réalisée dans le cadre de cette enquête, dont les conclusions sont attendues début 2023.

Marché à l’export

En attendant, le prix moyen du lait était de 478 euros la tonne fin novembre, avec des écarts sensibles selon les opérateurs. Pas de quoi couvrir les charges, selon Stéphane Joandel, président de la section régionale laitière de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes : « Le prix est déconnecté de la réalité économique. Il faudrait à minima atteindre les 500 euros pour nous permettre de vivre ». Le conseil d’administration de Sodiaal a annoncé, début décembre, à ses adhérents un prix du lait à 420 euros/1 000 litres en décembre et à 483 euros/ 1 000 litres (prix A de référence hors saisonnalité) en janvier 2023, tandis que d’autres opérateurs ont déjà avancé des prix au-dessus des 500 euros/ 1 000 litres. Mais comment expliquer ces écarts ? Cela relève à priori de choix de marchés. La coopérative Sodiaal est moins présente à l’export. Or c'est ce marché mondial qui tire la hausse des prix actuellement, avec un emballement depuis le Covid, autour du beurre et de la poudre…

Sodiaal veut accélérer

« Au niveau de Sodiaal, nous nous sommes toujours positionnés sur des marchés valorisés les moins volatiles possibles. Plus globalement, la filière française n’est pas capable de gérer cette volatilité », insiste Damien Lacombe, président de Sodiaal. Si le producteur aveyronnais concède que les hausses de tarifs du lait payées aux producteurs sont aujourd’hui insuffisantes, il veut rassurer les troupes sur les perspectives : « On est dans une logique de montée en puissance des hausses de tarifs. Depuis deux ans, nous avions un objectif de 500 millions d’euros de hausse sur nos ventes, on a obtenu 470 millions. Pour les deux ans à venir, nous souhaitons aller chercher 900 millions d’euros de hausse sur tous nos marchés. C’est colossal, mais c’est notre objectif. Nous avons l’intention d’obtenir rapidement, dès le début d’année, des hausses de tarifs en phase avec l’inflation. Les GMS devront suivre ».

Coût de production versus indice Ipampa

A ce stade, le point d’achoppement entre producteurs et industriels tient, entre autres, dans la méthode de calcul. Quand les éleveurs parlent de coût de production et indicateurs interprofessionnels (voir par ailleurs), seuls indices reconnus par la loi Egalim, les industriels leurs rétorquent indice Ipampa. Un indice de prix d'achat des moyens de production agricole qui mesure les variations des prix d'achat supportés par les exploitations agricoles pour leurs intrants de production et leurs dépenses d'investissement, mais dont est exclue la rémunération de l’éleveur. « Leurs arguments sont toujours les mêmes : la production industrielle a des charges à faire passer. Ils n'ont plus le droit de négocier la matière première, donc ce qui joue c’est la matière première industrielle (emballage, transport, énergie, personnel…) », estime Sabine Tholoniat. En attendant, les semaines passent et la production laitière décroche. « Nous avons perdu un milliard de litres de lait. Gérer du «moins» n’a jamais été une stratégie d’avenir. Jusqu’à quel point va-t-on fragiliser le tissu laitier de nos zones car derrière, ce sont des hommes et des femmes, des emplois, des produits de qualité, de la souveraineté alimentaire, des savoir-faire, du tourisme… », s’inquiète la productrice. Sur ce point, Damien Lacombe se veut rassurant : « la coopérative collecte le lait de tous ses adhérents. En dix ans, nous avons mené un travail de restructuration énorme. On a travaillé sur nos coûts, sur la recherche de valeur ajoutée, qui restera notre objectif premier pour l’avenir, c’est grâce à cela et en travaillant sur la vivabilité du métier que nous assurerons le renouvellement des générations d’éleveurs ».

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière