Aller au contenu principal

Des wods, de la sueur et de la solidarité pour les Képis pescalunes

Samedi prochain se tiendra la troisième édition du KP Contest à l’AF Park d’Aurillac. Avec toujours Gaëtan Ladoux à la baguette et avec le soutien de la BMO d’Ytrac.

Les adeptes de gym, muscu, haltérophilie, ou cross fit ont l’occasion de faire une bonne action en participant samedi 6 avril à la troisième édition du KP Contest, organisée par Gaëtan Ladoux, avec le soutien de la brigade motorisée (BMO) d’Ytrac et le club de Cross fit d’Aurillac. Les 45 équipes attendues (42 sont déjà inscrites) apporteront en effet leur contribution à l’association des Képis pescalunes, qui vient en aide aux enfants malades et aux orphelins de la Gendarmerie
Cette année, c’est le rêve du petit Ethan, 10 ans, qui motive le jeune homme : “Il est atteint d’amyotrophie spinale(1) et sa volonté, c’est d’aller voir les pompiers de New York. On va essayer de l’accompagner.” Une rondache (6 €) dédiée à ce projet sera en vente à l’AF Park d’Aurillac, qui accueille l’événement toute la journée. Une tombola (vente des billets sur place, 2 €) dotée d’un panier garni, de sacs à dos,… permettra au public, pour qui l’entrée est gratuite, de participer à cet élan de solidarité. De nombreux partenaires, dont les transports Ladoux, soutiennent la cause et les inscriptions des équipes abonderont l’enveloppe, dont Gaëtan Ladoux espère qu’elle atteindra au moins 4 000 €. 
Car cette fois, une deuxième association sera soutenue, L’Apech, qui a pour but d’améliorer les conditions d’hospitalisation des enfants, dans les services du pôle de pédiatrie du CHU d’Estaing, à Clermont-Ferrand. Dans l’idée, le chèque serait remis par des anciens du Raid et du GIGN qui descendraient en rappel pour émerveiller les petits malades.


Premiers secours en fil rouge


Mais avant d’en arriver là, il va falloir transpirer ! Même si le gendarme affirme que “tous les mouvements sont adaptés”, il faut quand même être un minimum sportif... 
La journée démarre à 7 heures avec le briefing des athlètes (présentation des wods, tous testés et approuvés par Gaëtan Ladoux !). Les gendarmes du peloton de haute montagne (PGHM) de Murat dispenseront une petite séance d’information sur les gestes de premiers secours. Petite séance mais ô combien importante pour la suite de la compétition... “On conseille fortement aux participants d’y être bien attentifs...”, glisse Gaëtan Ladoux, qui a souhaité étoffer son programme avec cette nouvelle intervention pour des candidats qui devront garder l’esprit alerte malgré les efforts physiques... Comme l’an dernier, l’hélicoptère du Dag d’Égletons devrait faire une apparition dans la journée, en fonction de la météo et de sa disponibilité.
Le premier wod, qui devra être bouclé en moins de 20 minutes, se fera en tenue de motard, prêtée par l’escadron de sécurité routière (EDSR). Au menu : gymnastique et haltérophilie. Le deuxième consistera à accomplir des mouvements le plus rapidement possible pour démenotter son partenaire. Et enfin, le dernier, “celui qui a le plus plu l’an dernier”, c’est l’exercice cardio et gym... dans le noir, seulement éclairé par la lumière des gyrophares bleus. Un quart d’heure dans une ambiance calfeutrée pour départager les sportifs. Tout au long de la journée, l’atelier du flotteur permettra de tester la résistance des athlètes, qui devront parcourir un maximum de distance en 12 minutes avec un mannequin et des exercices de skierg “qui tétanisent les bras”. Ce sera alors le moment de se rappeler les enseignements des gendarmes du PGHM...
Les locaux de l’AF Park d’Aurillac accueilleront donc 45 équipes, qui peuvent être mixtes, dont des fidèles de l’événement, et quelques nouvelles, en provenance de Perpignan, Montluçon, Tarbes,... Elles se succèderont par vague de six ou huit sur les wods, jugées par celles qui patienteront avant d’enfiler le bleu de chauffe. Trois gendarmes de la BMO ytracoise seront en soutien, tout comme deux du peloton muratais. L’an dernier, près de 500 personnes étaient venues encourager les athlètes, découvrir le cross fit et participer à cette belle journée solidaire. Le KP contest s’achèvera aux alentours de 
18 h 30, avec la remise des lots.

(1) Les amyotrophies spinales se caractérisent par une dégénérescence des cellules nerveuses qui commandent le mouvement aux muscles, les motoneurones périphériques, spécifiquement de la partie dite corne antérieure, de la mœlle épinière et de la partie basse du cerveau (tronc cérébral). Les fibres musculaires ne survivent pas à la disparition des neurones qui les innervent. La diminution du nombre de fibres musculaires entraîne un manque de force et une fonte musculaire (amyotrophie).

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière