Aller au contenu principal

Des plans pour aligner des haies

L'État aide à la reconstitution des haies bocagères, dans le cadre de l'opération nationale "Plantons des haies !". Les agriculteurs cantaliens avec l'appui de la Chambre d'agriculture et de la Mission haies.

Pierre Bordage a conseillé les participants sur les principes d'une plantation de haie réussie.
Pierre Bordage a conseillé les participants sur les principes d'une plantation de haie réussie.
© B. Parret

Après la sainte Catherine et accueilli par  des températures négatives, vendredi 16 décembre au matin sur les hauteurs de Talizat, le temps n'était pas à faire prendre racine à de jeunes pousses. Mais, ce jour-là avait été retenu pour la distribution des plants et du matériel d'installation dans le cadre de l'opération "Plantons des haies!" lancée par l'État dans le cadre du plan de Relance à l'échelle nationale. Une deuxième distribution pour le secteur Châtaigneraie avait lieu  le lundi suivant chez Julien Troupel, à Lacapelle-Viescamp. Plusieursobjectifs sont ainsi recherchés : protection de la biodiversité, bien-être des animaux d'élevage, lutte contre le réchauffement climatique, captation du carbone, autonomie fourragère, lutte contre l'érosion des sols, amélioration de la ressource en eau...
16 kilomètres cet hiver
Sur trois ans, d'ici l'hiver 2023-2024, 66 agriculteurs du Cantal auront replanté, en différents points du département, pas moins de 31 kilomètres de haies grâce à 31 000 plants mis en terre auquels s'ajoutent 450 arbres agroforestiers. Cet hiver, 59 agriculteurs sont engagés dans l'opération menée par la chambre d'agriculture du Cantal et la Mission Haies. Ils vont réimplanter 16 kilomètres linéaires de haies. "La première année a été consacrée à la formation pour définir le projet, les essences adaptées aux terrains et à l'altitude", rappelle Léa Dubois, technicienne   en agro-foresterie à la Chambre d'agriculture.

100 % à la charge de l'État
Il s'agit de recomposer des haies naturelles alliant différentes variétées avec des conifères, des feuillus, des arbustes et des arbres pour varier les hauteurs et le maintien au fil des saisons. Les plants proviennent de chez un pépiniériste du Nord-Cantal sous la marque "végétal local", graines collectées en Auvergne. L'État assure 100 % du financement selon un forfait au mètre linéaire. Un barème est établi en fonction des choix de chacun avec des options  sur la formation, les plants, la préparation du terrain, le matériel de protection ou encore, si nécessaire, le système d'arrosage.  Le temps de travail est pris en compte. À l'échelle nationale, l'opération "Plantons des haies !"  représente 45 millions d'euros d'aide avec pour objectif de replanter 7 000 kilomètres de haies. Les agroforesteries éligibles au plan de Relance sont les haies et les alignements d'arbres intra-parcellaires.
La direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (Draaf) Auvergne-Rhône-Alpes pilote cette action en région en lien étroit avec les directions départementales des territoires  (DDT) qui instruisent les dossiers.
À l'issue de la distribution vendredi 16 décembre pour 35 agriculteurs réunis au Gaec des Hautes Terres (20 le lundi 19 en Châtaigneraie), Pierre Bordage, responsable de la Mission Haies, prodiguait quelques conseils pour bien préparer la terre, l'installation des protections, la taille des racines avec de petites astuces pour les vivifier et la mise en terre... Tout ceci étant bien entendu à réaliser  à l'occasion d'une météo favorable. 
Certains attendront donc pour se mettre à l'ouvrage en ayant pris soin de protéger les racines. Bien souvent, les consignes éviteront que les films de protection ne s'arrachent prématurément ou bien  que le plants ne périssent.

Accompagnement et motivations

Les motivations des planteurs sont diverses, à l'image de la diversité des productions. Les exploitations en polyculture-élevage plantent pour réduire la force du vent, protégeant ainsi leur production des effets desséchants et brûlants du vent ; les maraîchers plantent pour les mêmes raisons. Les éleveurs privilégient clairement des haies et des arbres pour offrir abri et protection à leurs troupeaux, le bien-être animal étant une préoccupation majeure de la profession. Les projets agroforestiers en estive rencontrent un réel engouement pour permettre aux animaux de s'abriter du vent et de la chaleur avec l'aménagement de zones d'ombre pour les troupeaux. L'effet pare-neige de la haie est aussi une thématique développée.
S'il existe depuis longtemps une forte dynamique dans le Cantal autour de la plantation de haies, l'appui financier du plan de Relance devrait permettre d'engager de nouveaux agriculteurs dans la démarche.

Vertus

Installé sur le bas de la commune de Valuéjols, Jérémy Chancel est venu récupérer ses plants, les tuteurs et les filets de protection pour recréer 370 nouveaux mètres linéaires de haies sur son exploitation. "Mon oncle en avait planté il y a une quinzaine d'années, précise le jeune éleveur laitier. Je ne vois que des vertus pour le maintien de la biodiversité, pour servir d'abri aux prédateurs des rats taupiers, pour abriter les vaches du vent et du soleil."

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière