Aller au contenu principal

Décapitaliser, un crève-cœur !

Moins d’une semaine après sa prise de fonction, le préfet a pu mesurer au Gaec de Drom à Sainte-Eulalie l’ampleur des conséquences des dégâts de campagnols et de la sécheresse.

Les associés du Gaec de Drom ont présenté la situation de leur exploitation au nouveau préfet du Cantal.
Les associés du Gaec de Drom ont présenté la situation de leur exploitation au nouveau préfet du Cantal.
© P. O.

“C’est un crève-cœur...” : même si Mathieu et Estelle Rochette n’ont pas encore définitivement scellé leur décision, le seul fait d’envisager de se séparer d’une trentaine de vaches dont l’intégralité de leur cheptel laitier (une vingtaine de prim’holstein) s’apparente à un traumatisme pour ces jeunes éleveurs, frère et sœur, associés au sein du Gaec de Drom sur la commune de Saint-Eulalie. “Rien que de se lever tous les jours et d’entendre des vaches bramer parce qu’elles ont faim, de les nourrir au ratelier avec une ration sèche alors qu’à cette période elles devraient profiter de l’herbe, c’est un vrai stress tout comme de voir la tonne vide, de devoir calculer chaque jour pour les nourrir, les abreuver, c’est une charge de travail et morale”, ont confié ces deux passionnés d’élevage et de la race salers, lundi matin, au préfet Buchaillat. Ce dernier consacrait sa première sortie officielle sur le terrain au monde agricole cantalien particulièrement malmené.

35 000 € d’achats au bas mot
Les estimations de ces jeunes agriculteurs font état de pertes fourragères à hauteur de 70 % et quand bien même ils ont déjà acheté pour 10 000 € de fourrage (foin, enrubannage, maïs) et semé exceptionnellement 4 hectares de maïs, cela sera de très loin insuffisant pour espérer passer l’hiver. “Il nous faudra acheter encore 25 000 € de fourrage et encore, à condition de décapitaliser une quinzaine de salers et les laitières sachant qu’en année normale, on est autonome en fourrage - hormis en paille - et on garde même toujours un peu d’excédent au cas où”, explique Mathieu, qui n’a jamais connu pareille situation depuis son installation en 2011 alors en Gaec avec son père Jean-Louis. Si les éleveurs affouragent depuis des semaines au pré, ils ont aussi dû se résoudre pour la première fois à rentrer une vingtaine de mères salers et leurs veaux pour que ceux-ci aient accès à de la nourriture et assurent un minimum de croissance. “Au ratelier, c’est la concurrence, ce sont les vaches qui mangent et les veaux qui regardent...”, décrit Estelle.  
Les rats même dans le maïs
Si la sécheresse et la fournaise de l’été ont asséché les sols, brûlé les prairies sur ce plateau pourtant réputé fertile, tari les sources, c’est un autre fléau qui a dévasté la ressource fourragère de l’exploitation dès le printemps : les rats taupiers. Les rongeurs ont retourné 90 % des surfaces du Gaec de Drom réduisant certaines parcelles à un champ de terre. Les exploitants ont tenté d’en sauver une partie en resemant près de 50 ha. Un coup d’épée dans l’eau et un trou dans la trésorerie de 9 000 €. “Ils ont tout mangé au fur et à mesure que ça poussait”, témoigne Mathieu Rochette.
Pire, alors qu’ils se sont terrés dans les sols secs cet été, les rongeurs ont de nouveau ravagé le peu de prairies que de potentielles pluies permettraient de faire repartir. La densité de population est telle “qu’ils s’attaquent désormais aux céréales mais aussi au maïs”, pointe Mathieu. Des campagnols plus gros et dont les cycles se rapprochent et surtout durent, constate sa sœur : “Ça fait la troisième année et je crains qu’on les ait encore l’an prochain.”
Autre impact du fléau, sanitaire : des quantités de terre ingérée par les bovins (mais aussi les éleveurs) qui se traduisent par des problèmes d’ingestion mais aussi de fertilité, relèvent les Rochette.

Descente d’estive avec deux mois d’avance
La situation du Gaec de Drom est malheureusement loin d’être un cas isolé, comme ont témoigné autour d’eux les responsables locaux et départementaux de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs qui redoutent une décapitalisation massive dans les cheptels cantaliens. Tous ont vu redescendre ces dernières semaines les camions des estives avec plus de deux mois d’avance. “Il va manquer du fourrage partout”, soupire le délégué cantonal. Manquer de fourrage... et de la trésorerie dans le contexte inédit d’explosion des charges d’exploitation. Une courbe inflationniste que ne suit pas le prix du lait, déplore Mathieu, une des raisons motivant également l’hypothèse de vendre le cheptel laitier. “L’une de nos premières peurs, c’est de reprendre une sécheresse comme ça en 2023 avec toujours les rats”, confie Estelle.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière