Aller au contenu principal

CONCOURS. Préparation pour le National Salers : 4 générations de passionnés

La famille Fourtet, avec Victor le fils repreneur de l'exploitation, Yves le père et Marie-Claude la mère représentent le GAEC Yves Fourtet & Cie, pour participer aux concours Salers.

Toute la famille d'éleveur au grand complet : A gauche, Yves, puis Victor, Marion la compagne de Victor et Marie-Claude
Toute la famille d'éleveur au grand complet : A gauche, Yves, puis Victor, Marion la compagne de Victor et Marie-Claude
© @UP19

J'ai rencontré Victor Fourtet, jeune éleveur installé en 2013 avec ses parents, Marie-Claude et Yves, tombé dans la marmite de l'élevage quand il était petit, à la tête d'un cheptel 100% Salers. La ferme dispose de 180 ha dont une petite dizaine d'ha cultivés dans lesquelles on retrouve de la luzerne, des céréales, des protéagineux, du méteil... Ainsi la ferme est en autonomie alimentaire pour nourrir 80 vaches allaitantes, 20 génisses en renouvellement chaque année, dont le vêlage est programmé à 3 ans, et une dizaine de taureaux.

Une ferme ancestrale
Victor est issu de la 4e génération d'éleveur, son arrière-grand-père a acheté les terres au début de 20e siècle, et son grand-père a été le premier à exporter la race en dehors du pays, notamment au Canada et au Portugal. Cette passion, Victor en est fier, et comme il le dit lui-même, « la fierté n'est pas de l'orgueil, c'est plutôt être content du travail qui est fait ». Et le travail est reconnu, au vu des nombreuses récompenses accrochées aux murs. Ce travail de longue haleine est également un héritage familial qui se peaufine de générations en générations.

Une préparation qui se fait en amont
« Concourir permet de se comparer aux autres, de voir des élevages qui progressent, de monter en niveau, de partager avec les autres éleveurs, et de tirer la race Salers vers le haut » explique Yves Fourtet avec son expérience d'éleveur aguerri. Bien entendu, c'est lors de l'accouplement et le choix des reproducteurs qui font les bonnes bases pour un animal de qualité que beaucoup de choses se jouent. « Ainsi les accouplements se font au sein de la ferme avec les propres taureaux de l'exploitation, mais aussi, pour éviter une consanguinité gênante, nous faisons de l'insémination artificielle en achetant auprès des stations » précise Victor. Le développement musculaire, son squelette, ses qualités de race et la valeur laitière sont à prendre en compte. Cependant, la génétique ne fait pas tout, et le dressage sur les animaux les plus dociles est fondamental. Ainsi, les veaux sont repérés et sélectionnés un an avant les concours, pour être dressés.

Un dressage et une alimentation raisonnée
Les deux derniers mois, « nous n'apportons pas de compléments avant le sevrage : le secret, c'est de ne pas pousser les animaux, de veiller à leur bien être toute l'année, pour obtenir un bon état corporel. Une vache préparée comme cela peut durer des années » nous confie Yves Fourtet. Les veaux sont attachés avec un collier au moins trois fois quand ils pèsent entre 80 et 100 kg, pendant l'hiver : c'est un moyen de vérifier leur caractère et de modifier le cas échéant le dressage. Cette année, le dressage est un peu plus intensif après deux ans sans le moindre concours. Dès la sortie de l'hiver, les animaux sont triés, puis après sevrage, et après la fenaison, la préparation commence, avec une alimentation à base de foin, quelques compléments, du regain. Dans l'étable, la radio diffuse la musique et les émissions pour que les vaches s'habituent au bruit. Le brossage aussi, dispensé par Yves est très important, et c'est ce qui permet de présenter la vache dans de bonnes conditions.

« Pour le concours National, nous emmenons 16 animaux, dont 9 qui sont déjà sortis en concours, c'est le même nombre d'animaux que nous avions amené au départemental Salers qui a eu lieu à Rilhac-Xaintrie. Les vaches sont en robe de mariée si l'on peut dire, ce ne sont pas des animaux de boucherie avec un surplus de muscle. Non. Elles sont bien préparées, belle à voir. Le concours, c'est un concours de Miss, pas d'animaux de boucherie ! » concluent Victor et Yves collégialement.

Véronique Legras

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière