Aller au contenu principal

Campagnol terrestre : « Il nous faut des moyens pour trouver des solutions »

Depuis 2016, les responsables professionnels du Massif central sont pleinement mobilisés sur la problématique du campagnol terrestre. Dernièrement, ils ont formulé et argumenté leur demande devant les commissions économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat dans l'espoir que les lignes bougent rapidement pour venir à bout de ce fléau des prairies.

Depuis 2016, les responsables professionnels du Massif central sont pleinement mobilisés sur la problématique du campagnol terrestre. Dernièrement, ils ont formulé et argumenté leur demande devant les commissions économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat dans l'espoir que les lignes bougent rapidement pour venir à bout de ce fléau des prairies.
Depuis 2016, les responsables professionnels du Massif central sont pleinement mobilisés sur la problématique du campagnol terrestre. Dernièrement, ils ont formulé et argumenté leur demande devant les commissions économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat dans l'espoir que les lignes bougent rapidement pour venir à bout de ce fléau des prairies.
© SC

Ces dernières semaines, la prolifération du campagnol terrestre, aussi communément appelé rat taupier a bénéficié d'un surcroît de visibilité à la faveur de cris d'alertes lancés par des agriculteurs sur les réseaux sociaux parmi lesquels Cédric Viallemonteil, éleveur à Sourniac, dans le Cantal. Sujet pris à bras le corps par les organisations professionnels du Massif central, réunis au sein de la Copamac-Sidam, depuis plusieurs années déjà, le rat taupier fait actuellement l'objet d'un combat mené sur plusieurs fronts. « Depuis 2016, les responsables professionnels du Massif central se sont engagés sur cette problématique pour venir en appui aux structures départementales en charge d'appuyer les agriculteurs, notamment afin d'obtenir des moyens financiers supplémentaires, d'une part pour rechercher de nouvelles méthodes de lutte et d'autre part, pour indemniser les méthodes de lutte et les pertes fourragères via le FMSE (Fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnemental) », résume Christine Valentin, présidente du Sidam.

Des fonds pour concrétiser les travaux engagés
Dernièrement, devant les députés et les sénateurs des commissions économiques des deux chambres, la Copamac-Sidam a rappelé les enjeux tout en demandant un accompagnement de la puissance publique. S'agissant des axes de recherche pour de nouvelles méthodes de lutte, la profession souhaite « un soutien financier pour les projets dont les financements arrivent à terme et qui nécessitent une nouvelle phase pour obtenir in fine une mise en oeuvre concrète sur le terrain et ne pas rester au milieu du gué » : Phase 3 Phéromones : 250 000 EUR pour la poursuite des travaux sur les différents composés ; Phase 3 Immunocontraception : 250 000 EUR pour la phase expérimentale de vaccination en laboratoire puis sur le terrain avec montage juridique des dossiers d'agréments ANSES ; un soutien financier pour le lancement du projet sur la robotisation avec une nécessaire phase d'étude pour amorcer le projet et faciliter l'engagement d'entreprises privées qui donneraient accès à certains appels à projets européens : 80 000 EUR. Pour le moment, la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes tarde a donné son accord pour mobiliser dans ce cadre des fonds annexes agricole de la convention de Massif central. Dans un second temps, la phase de conception du prototype et des tests terrain en amont d'une mise en marché est évaluée à 650 000 EUR.

Indemnisations
Sur le volet de l'indemnisation FMSE des agriculteurs, la profession demande le remboursement par l'État des 2 millions d'euros non versés au FMSE en 2017, afin que cette somme puisse abonder le financement des dossiers d'indemnisation des pertes de 2022 ; la validation par l'État du programme d'indemnisation des pertes en cours de constitution et l'appui des DDT pour transmettre au FMSE les données parcellaires des agriculteurs éligibles ; et enfin le financement d'une étude permettant de concevoir un indice satellitaire fiable d'estimation des dégâts de campagnols terrestres. Par ailleurs, considérant qu'une lutte collective, raisonnée et précoce sur un territoire a fait ses preuves, la Copamac réclame des moyens spécifiques alloués au réseau de surveillance, ainsi que des moyens financiers sur le long terme pour accompagner l'animation sur le territoire.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Jeune sur un simulateur de conduite d'engin agricole
Quel est ce nouvel outil pédagogique qui va entrer à la MFR de Marcolès ?

Vu à Aurillac, lors du Forum de l’orientation et des métiers, le simulateur d’engins agricoles a fait l’unanimité. La MFR de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière