Aller au contenu principal

Programme Herbe et fourrages
Bien semer ses prairies : un gage de durabilité

La réussite de l'implantation des prairies est conditionnée par de nombreux facteurs. Afin de mettre toutes les chances de son côté, l'agriculteur devra faire les choix les plus judicieux.

Implantée en général pour plusieurs années (3 à 8 ans), une prairie est un investissement. Il est donc indispensable d’être précautionneux lors de son implantation.
Implantée en général pour plusieurs années (3 à 8 ans), une prairie est un investissement. Il est donc indispensable d’être précautionneux lors de son implantation.
© D.R.

Quand semer ?

Les prairies se sèment soit en fin d'été, soit au printemps.

 

Pour les semis de fin d'été, il faut semer le plus tôt possible dès les premières pluies après la récolte du précédent. Cette règle peut varier selon les régions car la plantule doit atteindre le stade 4-5 feuilles pour les graminées ou 2-3 feuilles trifoliées pour les légumineuses avant les premières gelées. En Limousin, cet objectif est atteint avec un semis qui se situe entre le 15 août et le 15 septembre au plus tard. Les semis de fin d'été assurent une couverture du sol pendant l'hiver et limitent l'érosion. Ils permettent aussi des rendements intéressants dès la première année d'implantation au printemps suivant.

 

Les semis de printemps permettent une implantation rapide de la jeune prairie, car les conditions climatiques sont favorables à la pousse de l'herbe. Toutefois les rendements seront faibles la première année.

 

Comment semer ?

L'important c'est un bon lit ! Après labour, le sol doit être travaillé avec des outils à dents et de façon superficielle. C'est la technique qui prépare au mieux le lit de semences. Le lit de semence doit être fin et bien émietté, avec des mottes qui ne dépassent pas 3 cm de diamètre. Le sol pourra être rappuyé avec des rouleaux packer (ou lisses s'il n'y a pas de risque de battance).

 

Une profondeur bien maîtrisée Les faibles réserves des semences impliquent de les placer à une profondeur de 1 à 2 cm maximum. Si la semence est uniquement déposée sur le sol, elle peut germer mais un manque d'eau peut leur être fatal.

 

Le réglage du semoir et la vitesse d'avancement sont cruciales pour garantir un bon semis à la bonne profondeur. Attention au réglage de l'agressivité de la herse du semoir : elle doit gratter la terre, mais ne pas en apporter de trop au risque d'enfouir trop profondément les graines.

 

Si l'agriculteur souhaite semer des associations multi espèce, dont la granulométrie est différente, comme par exemple les graminées et les légumineuses, il faut brasser et mélanger régulièrement les graines dans la trémie en cours de travail. Cette précaution garantit un semis homogène.

 

Après le semis, le passage d'un rouleau packer est fortement conseillé. Il favorise la germination grâce à un meilleur contact terre fine/graine et il permet un bon développement racinaire avec les remontées d'eau par capillarité.

 

La réussite de l'implantation de la prairie n'est pas liée qu'à la qualité du semis. La disponibilité en éléments fertilisant dans les 5 premiers centimètres est un gage de succès ainsi qu'un éventuel désherbage en fonction de la présence d'adventices. Un dernier point à ne pas négliger : la surveillance des ravageurs que sont les limaces qui affectionnent tout particulièrement les jeunes légumineuses.

Article rédigé par les référents du PSHF : Chambre régionale d’agriculture du Limousin, Chambres départementales d'agriculture de Corrèze, Creuse et Haute-Vienne, Coop de France Limousin. Ce programme bénéficie du soutien financier du Conseil régional et des fonds européens.

 

Contact. Hervé Feugère au 05 55 61 50 06.

 

Chef de projet : Bernard Rebiere, de la chambre régionale d'agriculture. Boulevard des Arcades à Limoges. Tél. 05 55 10 37 90. Courriel : bernard.rebiere@limousin.chambagri.fr

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière