Aller au contenu principal

Pacte et loi d’avenir et d’orientation agricole
Auvergne-Rhône-Alpes a rendu sa copie autour de 13 propositions

Le lycée agricole de Précieux dans la Loire a accueilli, mercredi 26 avril, la restitution des débats régionaux sur la loi d’orientation agricole. Fort d’un diagnostic exhaustif, plusieurs leviers d’action ont été mis sur la table.

De gauche à droite : Bruno Ferreira, Gilbert Guignand et Fabrice Pannekoucke.
De gauche à droite : Bruno Ferreira, Gilbert Guignand et Fabrice Pannekoucke.
© SC

Lancée le 1er février dernier, la concertation régionale, imaginée comme un synopsis de ce que pourra être la loi d’orientation agricole et d’avenir, qui devrait être examinée par les députés à l’automne prochain, est entrée, mercredi dernier dans sa phase finale en Auvergne-Rhône-Alpes. Conformément à la demande du ministère de l’Agriculture, trois groupes de travail ont été constitués autour de trois enjeux majeurs : « installation-transmission », « orientation-formation » et « adaptation et transition face au changement climatique ». Une vingtaine de structures s’est investie dans chacun des groupes et étudier une soixantaine de propositions. Deux réunions par groupe se sont tenues depuis février, permettant d’isoler quatre propositions jugées comme fondamentales pour projeter l’agriculture en 2040.

Orientation-formation : quelles sont les quatre préconisations ?

Priorité 1 : parler des métiers de l’agriculture pour donner envie, investiguer les nouveaux outils, témoigner, « faire entrer l’agriculture dans les écoles auprès des jeunes et des moins jeunes, bref convaincre des opportunités offertes par les métiers de l’agriculture », a résumé Jean-Claude Darlet, président de la Chambre d’agriculture de l’Isère, qui a supervisé le groupe « orientation-formation ».  Seconde priorité : monter en compétence en donnant la possibilité aux titulaires d’un BTS agricole de poursuivre sur une troisième année d’enseignement supérieur au sein des lycées agricoles. « C’est un trou dans la raquette que nous sommes nombreux à avoir perçu depuis plusieurs années déjà ». Dans la même veine, les contributeurs préconisent de revoir les contenus et la durée des formations « afin de tenir compte des réalités du métier pour aujourd’hui et pour demain ». Enfin, la quatrième proposition vise à combler ce qui est qualifié souvent d’angle mort des parcours de formation, à savoir l’acquisition de compétences sur la gestion d’entreprise des employeurs et des salariés agricoles.

Installation-transmission : Comment susciter des vocations ?

Pour relever le défi de l’installation-transmission à l’heure où 23% des exploitants d’Auvergne-Rhône-Alpes ont plus de 60 ans dont un tiers ignore encore le devenir de leur ferme, quatre priorités ont donc été synthétisées. D’abord sur le volet juridique, la reconnaissance des sociétés coopératives (SCOP et SCIC) en tant qu’entité agricole pour permettre l’accès à des droits similaires aux sociétés agricoles (Gaec, Earl…) est suggérée. Seconde proposition, la création de points accueil installation-transmission, afin de réunir offres et demandes, et faciliter ainsi la visibilité pour les cédants comme pour les porteurs de projets. Testé dans quelques départements, le Gaec à l’essai, et tout autre dispositif à l’essai destiné aux futurs exploitants comme au salarié agricole font l’objet d’une troisième proposition. « Enfin, pas de projet sans facilitation de l’accès au foncier, une quatrième priorité déclinée en plusieurs idées fortes : trouver des moyens de portage de foncier ou de parts sociales, faciliter les échanges parcellaires, conforter le contrôle des structures… », détaille Rémy Jousserand, élu en charge de l’installation-transmission à la Chambre régionale et élu à la Chambre d’agriculture de la Loire.

Adaptation et transition face au changement climatique : évolution plutôt que révolution

Sur la question de l’adaptation et de la transition face au changement climatique, cinq propositions ont été émises : faciliter la mise en œuvre de la règlementation, avec en creux, la volonté de simplifier et de remettre de la cohérence au niveau national comme européen ; reconnaître et promouvoir le rôle des prairies permanentes et systèmes herbagers notamment dans la captation du carbone et des services écosystémiques rendus ; accompagner la prise de risque des agriculteurs avec la mise en place d’un dispositif d’un droit à l’essai ou à l’erreur ; former les animateurs de collectifs d’agriculteurs pour qu’ils soient davantage dans une posture d’accompagnateurs, de stimulateurs d’idées, de facilitateurs de changements, plutôt que dans la posture de conseil individuel préconisateur ; enfin travailler sur les usages de l’eau en agriculture en travaillant sur le partage et la priorisation, et en constituant des réserves et des stockages. « Globalement, au sein de ce groupe, nous avons atteint un consensus autour de la notion d’adaptation de l’agriculture plutôt que de rupture », souligne Jean-Pierre Royannez, président de la chambre d’agriculture de la Drôme.

 

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière