Aller au contenu principal

Désinfection - traite
Automatisation du trempage et de la désinfection des trayons pour améliorer le confort et la sérénité à la traite

Une journée technique à l’initiative de la chambre d’agriculture a été organisée au GAEC de la Luzège sur la qualité du lait et les innovations techniques qui y sont liées.

Exploitation laitière située à Laval-sur-Luzège, le GAEC de la Luzège produit 200 000 litres de lait dont un tiers du volume est transformé en yaourts et crème dessert sous la marque « Les délices de Charlotte ».
Pour la réduction du temps de travail, la pénibilité de la traite, la santé du troupeau et la qualité du lait, Fabien et Charlotte Lidove ont investi dans un système d’automatisation du trempage. Cinq ans après l’installation, ils nous livrent leurs retours sur l’investissement.


Dans une salle de traite traditionnelle, les opérations sanitaires lors de la traite se succèdent suivant ce protocole ci-contre :
1. Nettoyage des trayons avec mousse et essuyage
2. Après le retrait de la griffe, application d’un produit de trempage, généralement à base d’iode ou d’acide lactique. Celui-ci permet de poser une couche protectrice sur les trayons afin d’éviter des infections mammaires en sortie de traite (« effet barrière ») et hydrater les trayons.
3. Désinfection des manchons trayeurs. Cette étape, permettant de réduire fortement les risques de contaminations croisées, à savoir des infections liées au contact des équipements de traite d’une vache à une autre. Cette dernière opération n’est pas systématiquement effectuée.
Chacune de ces actions demande plusieurs déplacements et manipulations pour les trayeurs. Les systèmes d’automatisation du trempage et de désinfection permettent ainsi de réduire ces nombreuses actions tout en assurant une bonne hygiène mammaire. L’étape du trempage est réalisée automatiquement au moment du décrochage de la griffe qui est également désinfectée systématiquement entre chaque vache traite.


Moins de stress, plus de confort


Fabien et Charlotte Lidove découvrent à Cournon en 2018 que l’équipement ADF Milking, très développé au Royaume-Uni est désormais distribué en France (500 postes ont été montés en France depuis 2017). Rapidement, ils sautent le pas et l’équipement est installé dans leur salle de traite en mars 2019. La pause s’effectue en une journée. Fabien Lidove et son salarié témoignent : « Nous sommes plus sereins, et beaucoup moins fatigués pendant et après la traite. On a clairement plus de confort avec ce système que l’on utilise deux fois par jour, 365 jours dans l’année ». Le temps de travail a également été réduit de 10 minutes soir et matin, pour arriver à 45 minutes pour 30 vaches traites en 2x4 double équipement. « Au préalable, nous désinfections les griffes systématiquement à chaque nouvelle vache pour sécuriser la qualité sanitaire. Du fait de ces pratiques et avec l’acquisition de cet équipement, nous avons gagné environ 20 % sur le temps de traite. Et cela nous permet aussi de réduiree boitier commande le lancement du système. Au bout de la 2000e traite, le voyant orange clignote. L’automate envoie alors automatiquement un message pour commander des manchonsles risques de TMS (Risques musculosquelettiques) ».


Maîtriser les mammites


Côté hygiène, l’automatisation du trempage et la désinfection de la griffe après chaque animal apportent une diminution des mammites de traite et offrent une régularité des taux cellulaire quel que soit l’opérateur qui trait. La qualité du lait est meilleure, la santé de la mamelle également. Au GAEC de la Luzège, l’équipement n’a toutefois pas permis d’enrayer l’augmentation du taux cellulaire sur la période estivale.
ADF MILKING indique une fourchette de 1500 à 2000 €/poste ce à quoi il convient d’ajouter un contrat d’entretien comprenant la fourniture des produits d’hygiène, le changement toutes les 2000 traites des manchons et des buses, la visite annuelle de contrôle. À noter qu’une partie des équipements dont le bloc pompe est garantie à vie. Ce contrat d’entretien est de 8,2 ct/traite/vache soit pour 40 vaches, environ 2400 €/an tout compris. Ces investissements peuvent rentrer dans les dispositifs d’aides régionales de modernisation des exploitations agricoles (PCAE). Les coûts d’achat et d’installation sont différents en fonction des marques qui proposent ce système d’automatisation tel GEA, Airwash et ADF Milking donc.
 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière