Aller au contenu principal

Alice Chalier bronzée avec Apriori

Alice Chalier, 20 ans, a terminé troisième des championnats de France avec Apriori d'Yvmane. Une jolie ligne à son palmarès que la Cantalienne souhaite étoffer.

En Normandie, Alice Chalier et Apriori d'Yvmane ont de?croche? une me?daille de bronze. La Cantalienne a maintenant fixe? la barre haut : les concours internationaux.
En Normandie, Alice Chalier et Apriori d'Yvmane ont de?croche? une me?daille de bronze. La Cantalienne a maintenant fixe? la barre haut : les concours internationaux.
© A. C.

Pas de doute possible, la jeune cavalière cantalienne a réussi une sacrée perf, il y a deux semaines, aux championnats de France. Avec Apriori - mais sans contestation ! - Alice Chalier décroche une médaille de bronze en Normandie. Loin d'être un aboutissement, cette troisième place peut lui permettre de lui ouvrir les portes de prestigieux concours internationaux. L'équitation, la Naucelloise est tombée dedans toute petite. Son grand-père est agriculteur, passionné par la génétique bovine. La relève est assurée par son papa, Stéphane, qui se tourne vers les chevaux en 1998 après avoir été initié par un de ses oncles. La famille Chalier est installée à Veyrières et se lance dans l'aventure de l'élevage. D'abord avec une poulinière, baptisée Ivraie du Sol, qui donnera son nom à l'écurie, et deux naissances par an.

 

L'excellence, "même au fin fond du Cantal !"
"Maintenant, nous en sommes à 15 par an, compte la jeune femme. On achète les doses et on insémine ici", sous l'oeil expert de sa maman, vétérinaire. "C'est un vrai plus ! En général, on les laisse grandir jusqu'à l'âge de 3 ans et ensuite on les trie. Les chevaux d'avenir, on les laisse grandir, les autres sont destinés au commerce, notam- ment à l'étranger. Nous en avons aux États-Unis par exemple. Certains se sont bien vendus et disputent des épreuves internationales."

Au fur et à mesure, l'élevage prend de l'ampleur "et depuis plusieurs années, nous figurons dans le top 50 des meil- leurs éleveurs de France, ce qui n'est pas rien. On commence à se faire un nom même au fin fond du Cantal !", s'amuse Alice, titulaire d'un bac scientifique obtenu au lycée Pompidou d'Aurillac et d'un BTS commerce à Monnet-Mermoz. Cette année, elle suit une formation de DE Jeps à la MFR de Saint-Flour.

Aussi loin qu'elle puisse se souvenir, l'exigeante jeune femme a "toujours été passionnée par ces athlètes. Il faut en prendre soin, avec une bonne hygiène de vie, autant que moi". Elle débute par le poney avant d'évoluer vers le cheval à 12 ans. Et opte sans hésiter pour les obstacles : "J'admire et je respecte le cross mais ça ne m'attire pas du tout. Le dressage, c'est encore autre chose. Le saut d'obstacle, ça a toujours été ça."

La plupart de ses montures sont des produits de l'élevage paternel avec un favori : Apriori d'Yvmane. "Je me suis formée avec lui. On l'a acheté à Saint-Cernin, chez Clément Bianchi et Mélissa Dupont â l'âge de 4 ans ; il en a 11 aujourd'hui. C'est une vraie histoire de coeur, et on l'a travaillé avec les moyens que l'on a ici, avec nos valeurs. J'ai pu le façonner à ma façon." C'est avec son hongre qu'elle entre sur le circuit "jeunes chevaux" à 15 ans, avec des barres à 1,25 m. "On a appris tous les deux, on a progressé ensemble, apprécie la cavalière, qui explique aussi sa réussite grâce à la solidité de son entourage familial et amical. On a gravi les étapes des concours ensemble." Jusqu'à arriver à "notre plus belle performance : la médaille de bronze aux championnats de France, à Canteleu".

Objectif 3 étoiles

En Normandie, le duo est passé près de la première marche du podium. Le premier jour, à l'issue de l'épreuve de "la chasse", une éape chronomètrée sur un parcours de douze obstacles et 15 efforts, Alice et sa monture pointent au troisième rang. Le lendemain, la sportive réalise un sans-faute lors de la première course. La finale se déroule en deux manches : la première se passe impeccablement et la Cantalienne prend la tête de la compétition. Mais lors de la deuxième... "Je fais une barre et je retrouve ma troisième place. Je suis une compétitrice dans l'âme alors c'est la frustration d'être passée aussi près de la victoire qui prédomine. Mais avec le recul, je me dis que c'est très bien ! Ce sont des championnats très regardés, assez éprouvants pour les chevaux et les cavaliers et je suis treès satisfaite de lui. Ça valait le coup et je pense avoir passé un cap..."

Car la jeune femme ne manque pas d'ambition : "Cette performance va pouvoir m'ouvrir des portes pour des beaux concours internationaux." Et pour ça, il faut une "invitation", de la part de la fédération internationale et des organisateurs des événements. "Cette troisième place peut être un vrai atout. Sur ce genre de concours, on côtoie les meilleurs cavaliers mondiaux et c'est toujours intéressant de voir comment ils font, leur préparation... Ce circuit est très formateur et enrichissant sur le plan mental et sportif." En tous cas, la Cantalienne a fait sa demande pour un rendez-vous international fixé à Canteleu à la rentrée : "Normalement, je devrais être acceptée?", espère-t-elle.

Car à 21 ans, Alice va passer "senior. Et les seniors, ce sont ceux qui participent aux Jeux olympiques ! Mon objectif sera d'évoluer sur des épreuves à 1,50 m, des concours internationaux trois étoiles, toujours avec le même cheval". Et selon sa propriétaire, Apriori d'Yvmane a toutes les qualités pour réussir au plus haut niveau : "Il est en pleine forme ! C'est un cheval très solide physiquement et mentalement. Je le préserve pour les grosses épreuves. Tous les chevaux ont besoin d'attention mais lui, dans l'écurie, c'est mon chouchou ! On les considère comme des athlètes. Dentiste, osthéo, vétérinaire : le moindre détail a son importance. Ils sont dans du coton chez nous !"





Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière