Aller au contenu principal

Alexandre Letort, de Météovergne : ce qu'il faut savoir du ciel auvergnat

Temps changeant et temps qui change, la météo et le climat auvergnats sont décryptés par un spécialiste, le fondateur de Météovergne.

Passionné de météorologie, Alexandre Letort a captivé son auditoire. Et expliqué la complexité des prévisions sur  les massifs auvergnats.
Passionné de météorologie, Alexandre Letort a captivé son auditoire. Et expliqué la complexité des prévisions sur les massifs auvergnats.
© B. P.

Il ne faut pas confondre météo et climat. La première consiste à indiquer s'il pleuvra à un moment donné. Le second résulte de la compilation de données sur une trentaine d'années. La météo indiquera les chutes de neige sur le Cantal vendredi. Le climat de Prat-de-Bouc informera d'une température moyenne au col de 4,5° avec de possibles moins 50° et plus 30°.
Le cycle de conférences proposé cet hiver dans le cadre de l'animation de Prat-de-Bouc donnait la semaine dernière la parole à Alexandre Letort, fondateur de Météovergne en 2017. Depuis Laqueuille, dans le Puy-de-Dôme, la jeune société propose des prévisions météorologiques sur les massifs auvergnats du Sancy, de la chaîne des Puys et de plus en plus du Cantal et la plaine de la Limagne. Elle offre aussi de nombreux rendez-vous pédagogiques et d'information sur les données météo, comme par exemple auprès des chambres d'agriculture. "Les prévisions météorologiques se nourrissent de nombreuses sources et possèdent leurs limites", souligne Alexandre Letort qui, chaque jour, analyse et interprète les données numériques pour ses clients.

Influences multiples
Durant près de deux heures, celui-ci a décortiqué la complexité du "ciel" auvergnat. Les montagnes d'Auvergne n'ont rien devant elles pour arrêter les flux dominants d'Ouest propices à la pluie et au vent, violent, jusqu'à 200 km/h, "ce qui est relevé de plus en plus souvent", indique le météorologue. Et, pour les précipitations, on atteint plus de 2 000 mm par an sur les versants ouest et moins de  700 derrière le relief,  comme par exemple sur le secteur d'Issoire.  
À cela s'ajoute donc l'altitude. En  hiver, elle offre neige, glace et givre, températures ressenties extrêmes. Mais il faut compter également sur des périodes de redoux en quelques jours, voire quelques heures. Car l'Auvergne, et en particulier le Cantal, connaît aussi l'influence de la Méditerranée avec des remontées d'air chaud.
"Les conditions météo peuvent être très différentes à seulement quelques kilomètres de distance et très vite changer. En montagne, sous l'effet du vent, on peut trouver à 1 500 mètres d'altitude  des conditions  équivalentes à 3 000 mètres dans les Alpes."
Alors, pour les professionnels de la neige, chaque hiver est un casse-tête.  La poudreuse est rare. Un beau manteau neigeux peut disparaître en quelques heures sous l'effet de trombes d'eau ou même d'une forte humidité à faible température. "Il vaut mieux avoir 15° et sec, la neige fondra moins vite qu'à 3° dans le brouillard",  confirme Alexandre Letort.
Il faudra compter sur les inversions de températures, les remontées de l'anticyclone des Açores, bloquant toutes précipitations pour un soleil radieux.  
Alors, l'hiver, pour les skieurs et randonneurs, en  plus des bulletins météo, il s'agit de reconnaître quelques éléments pour se faire une petite idée locale.

La température moyenne augmente
Et nous oublions très vite le temps qu'il fait. L'été pourri de 2021 l'était moins que celui de 2014. Sachons alors profiter du temps qu'il fait et de ce qu'il peut nous offrir de merveilleux entre paysages de givre ou mers de nuages à observer depuis les cimes.
Alexandre Letort terminait son propos sur le climat et les changements climatiques. Phénomène naturel ou résultat de l'activité humaine, le climat auvergnat change selon les relevés enregistrés durant les 30 dernières années, voire depuis les années 1950. On ne voit plus de névés en plein été au Sancy ou sur les pentes du Puy Mary. Si les précipitations restent les mêmes, elles se concentrent sur des périodes plus courtes laissant place à davantage de sécheresses. Comme le phénomène enclenché ne se stoppera pas, même avec un arrêt de l'activité humaine, vers 2070, la température moyenne du Mont Dore (1050 mètres) sera celle d'Aulnat (330 mètres) aujourd'hui, soit environ 4 à 5° de plus.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière