Aller au contenu principal

Environnement
4 000 L d'huiles usagées collectées à Rosières

Des agriculteurs ont récemment participé à une collecte d'huiles usagées sur le secteur de Rosières. Le début d'une aventure vertueuse !

4 000 L d'huiles usagées ont été collectées le 8 février à Rosières sur le Gaec des Artisous.
4 000 L d'huiles usagées ont été collectées le 8 février à Rosières sur le Gaec des Artisous.
© © JL. Cottier

Après les plastiques et les pneus usagers, c'est au tour des huiles de moteurs issues de l'utilisation du matériel agricole (tracteurs...) d'être collectées puis recyclées et valorisées.
La toute première collecte d'huiles usagées a eu lieu le 8 février en Haute-Loire au Gaec de l'Artisou à Rosières. Jean-Louis Cottier associé du Gaec et par ailleurs très investi dans la collecte de plastiques agricoles, se questionnait sur le devenir de ces huiles de moteurs et hydrauliques qui se trouvent stockées dans des bidons en fer et de surcroît dans des conditions plus ou moins bonnes sur nos fermes ; en extérieur, la corrosion des fûts pourrait aboutir à un déversement de ces huiles très polluantes pour l'environnement. "étant en contact avec Coline Brat, du service développement des Territoires à la Chambre d'agriculture, je l'ai questionnée sur la possibilité d'une collecte. Elle s'est renseignée et m'a communiqué les coordonnées de l'entreprise Sevia à Cournon d'Auvergne" explique l'agriculteur.

Collecte gratuite
Société du groupe SAR Industrie, lui-même filiale du Groupe Veolia, Sevia collecte et traite les déchets dangereux provenant de nombreux secteurs (automobile, transport, BTP, énergie, aéronautique, agriculture). Le 8 février Sevia est venue récupérer les huiles directement sur le Gaec des Artisous. Et pour atteindre la quantité minimale qui conditionne le déplacement de l'entreprise (600 litres), Jean-Louis Cottier a proposé aux adhérents de la Cuma de Jorance et à ses proches voisins de prendre part à cette collecte. "Alors c'est vrai que je m'attendais à avoir des retours de leur part, mais pas autant  en quantité ! " signale-t-il. Au total, ce sont 4 000 L d'huiles usagées stockées sur les exploitations depuis plusieurs années qui ont été collectées par pompage par le camion citerne de Sevia. "La collecte prise en charge par l'éco-organisme Ciclevia dans le cadre d'une filière REP, est gratuite pour les agriculteurs. Un certificat de prise en charge leur est remis lors de la collecte. Il est à conserver durant 5 ans et doit être présenté en cas de contrôles de la DREAL" explique Laurent Heurtefeu, responsable commercial Aura chez Sévia.
Ces huiles collectées, soit 68 000 tonnes par an par Sevia, sont ensuite acheminées dans le nord de la France pour être régénérées, en partenariat avec Total, à l'aide de l'outil "Osilub". "Ainsi, à partir de 100 L d'huiles sales, on obtient 75 L d'huiles propres. Les 25 L restants sont utilisés dans la fabrication du gasoil et 10% sont incinérés" ajoute le responsable commercial.
D'ici quelques mois, on peut espérer qu'une collecte d'huiles usagées, à l'image de la collecte des plastiques agricoles, se mette en place en Haute-Loire fruit d'un partenariat entre la Chambre d'agriculture de Haute-Loire et Sevia.
 

Le saviez-vous ?
Selon le code de l’environnement, chaque entreprise est responsable de l’élimination des déchets qu’elle produit. Selon son activité, on distingue 3 grandes catégories de déchets :
Les déchets industriels dangereux (comme les huiles, les batteries, les aérosols, les liquides de refroidissement…). Les déchets industriels banals (pneus, métaux, cartons, bois, papier, plastique…). Les déchets inertes (déblais, gravats).
Pour être régénérées, les huiles usagées doivent contenir moins de 5% d'eau, moins de 0,5% de chlore et moins de 50 PPM (partie par million) de PCB (Polychlorobiphényles).
Pour tout renseignement ou nouvelle collecte, contactez Sevia St Chamond au 04 77 29 32 32).

 

 

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière