Aller au contenu principal

30 ans : le trophée prévention jeunes fête trois décennies à Mende

Mardi 23 et mercredi 24 avril, l’espace Georges Frêche à Mende a fourmillé d’activité : la MSA Languedoc avait investi les lieux pour le trophée prévention jeune qui, cette année, a pris une dimension particulière. Et les lozériens ont terminé en bonne place. 
 

Premiers, seconds et quatrième du trophée prévention jeunes (TPJ) : voilà de quoi rendre encore plus belle la fête pour les Lozériens qui accueillaient cette année l’événement dans le département, en plus de rafler toutes les places de la finale (ou presque). La troisième place a été attribuée au lycée privé agricole de la vallée de l’Hérault, à Gignac.
Et c’est loin d’être la première année que les élèves lozériens brillent lors de ce concours : en 2023, déjà, les élèves du lycée piscicole à la Canourgue avaient terminé second en présentant un prototype d’épuisette ergonomique construit en matériaux recyclés, et que les jurys ont encore évoqué cette année.

Un trophée qui plaît
Évènement d’envergure pour l’enseignement agricole, le TPJ associe conseillers en prévention, élèves et professeurs des établissements d’une partie de l’Occitanie (Gard, Hérault, Lozère, Aude, Pyrénées-orientales) pour la promotion des risques professionnels. Ce concours récompense le travail en équipe des élèves de toute une année. En 2024, plus de 150 élèves de 13 à 18 ans venant d’établissements scolaires agricoles publics et privés ont conçu des projets pour améliorer la santé et la sécurité au travail dans le milieu agricole. Ils sont venus le présenter lors de cette journée et le soumettre à un jury, composé essentiellement de professionnels en matière de prévention des risques professionnels.
Toute forme d’expression est possible pour ces élèves : expo, affiche, montage vidéo, jeu, théâtre, kahoot… pour mettre en valeur leurs projets pédagogiques axés sur des thèmes en phase avec l’actualité : normes et comportement à respecter pour manipuler les animaux, bonnes pratiques lors de l’utilisation d’engins agricoles, prévention contre les drogues et l’alcool au travail, etc. Des animations étaient aussi proposées aux élèves durant la matinée, et une fois libérés de leurs présentations : simulateur tonneaux et tracteurs, animations sur le bruit, les addictions, Mouv’s Agri, un stand sur la réalité virtuelle et également un stand photo, une borne selfie, etc. Des animations qui ont beaucoup plu aux élèves, notamment la voiture tonneau et le simulateur de conduite de tracteurs qui ont remporté beaucoup de succès.
L’équipe gagnante a reçu le trophée MSA – renouvelé cette année et créé par un artiste local, René Meissonnier – ainsi qu’une dotation financière. Les deuxième, troisième et quatrième prix obtiennent également une dotation accompagnée d’une coupe. Par ce concours, les TPJ impliquent de manière constructive, originale et citoyenne, ces futurs professionnels agricoles dans des projets de santé et sécurité au travail. C’est également un moyen de sensibiliser les enseignants et les chefs d’établissements scolaires agricoles à l’intégration de la prévention dans leur projet pédagogique. La MSA affirme ainsi sa volonté d’intégrer la prévention des risques professionnels dans la formation initiale des jeunes.
C’est donc le Legta Louis Pasteur qui est arrivé en première position, avec son projet de réveil musculaire, tandis que les élèves de STAV 1 du Legta François Rabelais ont terminé second avec leur jeu, « Jouons avec les pictogrammes ». Enfin, la classe de seconde pro du Legta François Rabelais a terminé quatrième avec la présentation d’un QR code pour « l’utilisation d’une tronçonneuse en toute sécurité ».

Un anniversaire qui compte
Pour les organisateurs mendois de cette étape du TPJ, « pouvoir fêter les 30 ans du TPJ à Mende est une vraie fierté ». « On a eu des groupes de jeunes qui ont présenté des projets extraordinaires », a relevé Michel Vielledent, élu MSA depuis près de 20 ans, et qui suit le TPJ depuis quelques années déjà. « L’intérêt de ce trophée est de voir des petits jeunes comme on a devant nous s’intéresser à la prévention et aux risques qu’ils vont rencontrer dans leurs métiers ». Pour l’élu, qui retient avant tout l’implication forte des élèves dans les projets, « même si les professeurs les accompagnent bien tout au long de la préparation, ce sont les élèves au final, qui sont sur scène ». Pour François-Xavier Pradeilles, président du comité départemental Lozère pour la MSA du Languedoc, « recevoir le TPJ en Lozère est une grande fête ! En plus, carton plein pour la Lozère, je tiens à féliciter tous les élèves qui ont participé à ces deux jours d’événement ». Rappelant que le département est en avance sur le sujet de la prévention, notamment « parce que de nombreux élèves participent chaque année et depuis longtemps », le TPJ est toujours d’actualité, selon le président du comité départemental Lozère. « Les jeunes prennent conscience de tous les risques qu’il peut y avoir dans leurs futurs métiers grâce à ces journées. » Et les deux élus n’oublient pas de remercier les enseignants, « qui poussent leurs classes à participer chaque année ».
Un sujet de prévention qui semble préoccuper de plus en plus les jeunes, notamment grâce à l’intervention régulière de conseillers MSA dans les classes et pour l’accompagnement du TPJ. « C’est une bonne porte d’entrée pour la prévention », se sont félicités les deux élus. « On voit que les jeunes qui participent au TPJ se sont imprégnés de ces risques et de la prévention associée ; des idées qu’ils pourront réutiliser dans leur carrière », a conclu Michel Vieilledent.
 

 

 

Portes ouvertes
La MSA de Mende ouvre grand ses portes à ses élus pour une journée de rencontre avec les salariés
Vendredi 26 avril, la MSA de Mende a ouvert ses portes aux élus pour que ses derniers puissent découvrir les métiers de la MSA et échangent avec les salariés sur leurs quotidiens. Une journée à laquelle François-Xavier Pradeilles tenait particulièrement, pour « créer des liens entre élus et salariés. On travaille tous régulièrement ensemble, et c’est important d’avoir de bons rapports, et de savoir qui est l’autre ». La MSA du Languedoc, à travers le rôle de l’élu, confirme aussi sa présence sur les territoires et reste attentive aux besoins sur le terrain. 
Ces portes ouvertes avaient déjà eu lieu en 2012 notamment, et lors de précédentes élections. C’est notamment quelque chose qui est fait une fois que les élus ont été établis. Las, les élections précédentes sont tombées pendant la période du Covid-19 et ont empêché la tenue de cet événement. Et bien que les prochaines élections soient proches, les élus de la MSA de Mende tenaient à le refaire. « C’est aussi l’occasion pour les élus de mieux comprendre leurs rôles, et peut-être d’apporter des réponses précises à des questions qui leur sont posé par les adhérents sur le terrain ».
Après avoir séparé les élus en trois groupes, accompagnés chacun d’un responsable de services, les élus sont donc partis à la rencontre des salariés, qui lors de temps d’échanges, ont pu expliquer en détail le fonctionnement des services et les rôles (variés) des salariés, ainsi que mesurer l’ampleur des tâches à effectuer. À la demande du comité départemental de la Lozère, les élus MSA de Lozère ont donc été conviés à une « journée portes ouvertes » sur le site de Mende. Une journée de rencontre pour créer et renforcer le lien entre salariés et élus MSA, présenter in situ le fonctionnement, les différents services, et valoriser les atouts du régime agricole et du guichet unique. Cette journée portes ouvertes s’inscrit dans la continuité de l’action « Fourchette & Boulègue » qui réunissait également élus et salariés. Cet événement particulier a eu lieu en 2023, « un évènement de partage avec les salariés MSA du site de la Lozère afin de créer et renforcer les liens. Une journée “Fourchette & boulègue” autour de la santé leur a permis de passer un moment privilégié et convivial au pied du mont Lozère : atelier animé par une diététicienne, repas partagé, visite d’une exploitation et de l’usine de traitement d’eau potable ont alimenté cette journée ». Les élus ainsi mobilisés mettent en évidence un mutualisme concret et attentif, en accomplissant leur rôle de porte-parole et d’animateur des territoires, au bénéfice des adhérents et des populations rurales.
François-Xavier Pradeilles a tenu à remercier élus et salariés de s’être mobilisés pour cette journée. « Même si on se connaît entre nous, c’est important de savoir ce que font les uns et les autres. Et puis surtout, continuer à se respecter lorsque l’on a des dossiers à faire passer ».
« Quand on ne se connaît pas, on finit toujours par avoir des a priori », a pour sa part noté la directrice de la MSA Languedoc, Marie-Agnès Garcia. « C’est bien de savoir ce qu’il se passe au sein des caisses, parce que nous avons aussi des contraintes que les élus ne perçoivent pas toujours, et il y a un besoin de compréhension », a souligné la directrice. « Et de voir la performance et la modernité que l’on a aussi », a-t-ellle ajouté. Sans oublier d’adresser un message aux salariés de la MSA : « quand on est salarié, c’est important d’être fier de ce que l’on fait. Je le dis souvent, mais la fierté au travail, c’est quelque chose qui nous pousse à nous lever le matin et à venir au boulot ». « Cette journée est l’occasion pour les élus d’apporter de la reconnaissance et de la considération à ceux qui œuvrent au quotidien pour les services rendus », a souligné Marie-Agnès Garcia.

Un service rendu à tous les adhérents
La MSA (Mutualité sociale agricole) assure la couverture sociale de l’ensemble de la population agricole et des ayants droit : exploitants, salariés (d’exploitations, d’entreprises, de coopératives et d’organismes professionnels agricoles), employeurs de main-d’œuvre. Avec 26,9 milliards de prestations versées à 5,2 millions de bénéficiaires, c’est le deuxième régime de protection sociale en France. Interlocuteur unique de ses ressortissants, la MSA les accompagne tout au long de leur vie. Une protection sociale globale au titre de laquelle, en un seul lieu, elle verse toutes les prestations auxquelles ils peuvent prétendre en santé, famille, retraite, accident du travail et maladie professionnelle (AT-MP)… et assure le recouvrement, non seulement, des cotisations et contributions sociales, mais également de l’assurance chômage et des cotisations conventionnelles pour de nombreux organismes.
En complément de sa mission de service public de la Sécurité sociale, elle prend en charge la médecine du travail ainsi que la prévention des risques professionnels. Une organisation en guichet unique qui facilite la vie quotidienne des assurés, simplifie leurs démarches et permet de mieux les connaître pour une prise en charge personnalisée, adaptée à leur situation.
En outre, la MSA propose, dans le prolongement de son cœur de métier, une offre de services sur les territoires – non exclusivement réservée à des publics agricoles – qui participe à l’attractivité du milieu rural et au maintien du lien social. Avec la MSA, les pouvoirs publics s’adressent à l’opérateur social de référence du monde agricole.
13 760 délégués cantonaux sont élus par les ressortissants de la MSA, et parmi eux, pour les représenter durant cinq ans. Des élections organisées depuis 1949 et dont le 19e scrutin a eu lieu en janvier 2020.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière