Aller au contenu principal

Protéines végétales
100 M€ pour réduire la dépendance en protéines végétales de la France

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, a présenté le 1er décembre la stratégie nationale "protéines végétales", une des mesures phares du plan de relance agricole.

Protéines végétales
Le plan souveraineté " protéines végétales " a notamment l'ambition de réduire la dépendance de la France au soja importé
© Stock Adobe

"La stratégie nationale sur les protéines végétales participe à la reconquête de notre souveraineté alimentaire " a expliqué en préambule de sa conférence de Presse le ministre de l’Agriculture.
Le 1er décembre dernier, Julien Denormandie a dévoilé devant la presse le plan souveraineté " protéines végétales " annoncé par le Président de la République. Une mesure qui fait partie du plan de relance de l’agriculture doté d’une ligne de crédit d’1,2 Mrds€ dont 100M€ sont dédiés aux projets de développement des protéines végétales en France. "Au-delà de cette enveloppe s'ajouteront des moyens additionnels d'invetissement du PIA (Plan d'Investissement Avenir) et  de la BPI France" a précisé le ministre.

Augmenter de 40% la production de légumineuses

L’ambition de ce plan à 2 ans repose sur trois axes. L'objectif premier est de réduire la dépendance de la France aux importations de protéines américaines et sud-américaines. Par des jeux historiques d’échanges et de marchés, la France et l’UE sont devenues tributaires d’un système organisé qui les a rendues dépendantes des protéines sud-américaines notamment. Une situation d’autant plus choquante aujourd’hui que ces protéines d’importation, le soja en particulier, sont issues de zones déforestées à outrance, que l’opinion politique et publique refusent de  cautionner. " L’objectif est d’augmenter de 40% la production des légumineuses sur 3 ans en France. L’Etat mettra 50 M€ sur les 100M€ pour la structuration des filières, le financement d’outils de production, de stockage et de distribution " a expliqué le ministre.
Actuellement, près d’1 million d’hectares sont semés avec des espèces riches en protéinesvégétales (soja, pois, légumes secs, luzerne, légumineuses fourragères…).
Les surfaces semées avec ces espèces devraient  augmenter de 40%, soit + 40 0000 ha. Pour les accroître, le ministre s’en remet à " l’obtention d’aides couplées pour accompagner la production de légumineuses et protéagineux qui devraient intervenir dans la réforme de la PAC ".

Réintroduire des légumineuses dans les élevages

Deuxième axe du plan : améliorer l’autonomie alimentaire des élevages à l’échelle des exploitations, des territoires et des filières. Une enveloppe de 20M€ est prévue dont 10M€ pour aider à l’achat de semences et accompagner ainsi le potentiel protéique des prairies, et 10M€ sur l’acquisition de matériels de production et de distribution de fourrages.
L’objectif est de " relocaliser l’alimentation des animaux d’élevage " précise le ministre Denormandie. " Nous importons en effet près d’un quart des protéines végétales destinées aux aliments d’élevage, et près de la moitié des matières riches en protéines, essentiellement sous forme de tourteaux de soja issus de pays tiers. Cette situation affecte la résilience et la durabilité de l’agriculture française, nous devons en changer ".

Accompagner la transition alimentaire

Enfin la troisième priorité énoncée par Julien Denormandie porte sur le développement de nouvelles formes de protéines à usage agroalimentaire. Sur cet axe, 30M€ seront dédiés à la recherche, l’investissement et l’accompagnement dans l’utilisation de nouvelles protéines. Le ministre vise par exemple le développement des protéines à base d’insectes ; une technique avérée dans la pisciculture mais qui est aussi importante à l’alimentation humaine, " nous devons répondre à la nécessité d’accompagner la transition alimentaire. Les légumineuses pour l'alimentation humaine sont demandées par les consommateurs et font désormais partie des nouvelles recommandations nutritionnelles. A titre d’exemple, nous avons besoin d’accroître la consommation de légumineuses sèches par les enfants " a-t-il indiqué.

 

Les plus lus

Marin Paquereau se tient au milieu de ses vignes, au-dessus du village d'Ispagnac
Un nouveau vigneron à Ispagnac

L’association foncière agricole des coteaux des gorges du Tarn a aidé à l’installation d’un quatrième viticulteur à Ispagnac,…

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière