Aller au contenu principal

Prim'Holstein
1 000 kg de lait en plus en 10 ans pour la Prim'Holstein en Haute-Loire

Le Syndicat de race en Haute-Loire présidé par Guillaume Julien retrace l'évolution de cette laitière et met en évidence sa progression sur 10 ans.

Troupeau Prim'Holstein à la pâture de Mathieu Cornayre
La Prim'Holstein affiche une production moyenne annuelle de 8 205 kg de lait (chiffre Haute-Loire Conseil Elevage).
© Pauline Cornayre

Même si, Covid-19 exige, Haute-Loire Prim'holstein ne peut tenir son assemblée générale annuelle en présentiel, le président Guillaume Julien et son équipe font un zoom sur cette laitière qui affiche des résultats en progression.
Selon les chiffres de Haute-Loire Conseil Elevage, on compte en 2020 plus de 9 800 vaches Prim'Holstein sur le département. Et la belle noire peut s'enorgueillir de présenter un bilan plus qu'honorable sur la dernière décennie. Vincent Brunel animateur du syndicat de race nous donne des chiffres. "En 2020, la production moyenne des Holstein au Contrôle laitier est de 8 205 kg de lait à des taux de 41,3 en TB et 32,8 en TP et 272 000 cellules. Dix ans plus tôt en 2010, on était à 7 200 kg de lait avec des taux de 39,8 en TB et 32,0 en TP avec 300 000 cellules".
1 000 kg de lait de plus en 10 ans, c'est pas rien. Autres chiffres significatifs : si en 2010, deux élevages altiligériens étaient à plus de 10 000 kg de lait de moyenne, en 2020, on compte 10 troupeaux à plus de
10 000 dont un à 11 200, le Gaec des Achamps à Vernassal (voir portrait ci-contre).

De 39 à 60 vaches/troupeau

Cette évolution n'est pas le fruit du hasard. Mais elle s'explique, selon les éleveurs, par divers critères qui s'additionnent. Le premier critère qui est avancé c'est la technicité des éleveurs qui s'est améliorée au fil des ans avec, pourtant, une augmentation de la taille des troupeaux qui en 10 ans est passée de 39 vaches à 60. Cette technicité se mesure notamment à travers une meilleure maîtrise de l'alimentation en général et de la qualité des fourrages en particulier, ce qui a permis d'augmenter la production laitière. Une gestion du pâturage optimisée et une complémentation tout au long de l'année sont également des arguments de poids. Mais il faut aussi souligner une amélioration du confort des animaux dans les bâtiments, et dans une moindre mesure, toujours selon les éleveurs, la génétique et la maîtrise de la reproduction.
Le président de Haute-Loire Holstein insiste aussi sur une donnée chère à cette race, c'est sa longévité. "La Prim'Holstein vêle à 2 ans, et une vache qui vêle jeune c'est une vache qui vieillit plus". Voilà pourquoi le syndicat a choisi de mettre en avant des vaches qui vieillissent bien tout en restant de bonnes productrices à l'image de Douchka du Gaec des Achamps qui a produit à ce jour 87 082 kg de lait ce qui lui vaut un Diplôme de Bronze de Grande laitière 2020, et ce à l'âge de 12 ans. Suite au classement 2020 établi par France Conseil Elevage, 505 vaches ont produit au moins 100 000 kg de lait et reçu une médaille d'or en 2020.

 

Le mot du Président de Haute-Loire Holstein Guillaume Julien

"L'adaptabilité est la clé de la résilience"

"Face à la pandémie de la Covid-19, un terme est souvent apparu et prononcé ces derniers temps : résilience. Il a été largement médiatisé que ce soit par la bouche de notre Président de la République ou de différents observateurs.
Pour l’agriculture, ce terme est parfaitement adapté, et cela depuis toujours, car nous éleveurs devons sans cesse être résilients face aux contraintes économiques, climatiques, sociales, environnementales…
Aujourd’hui, l’un des principaux défis auxquels le secteur agricole est confronté est de savoir comment parvenir à une agriculture durable, qui fournisse une alimentation et des services écosystémiques suffisants pour les générations actuelles et futures, à une époque marquée par le changement climatique, la hausse des coûts du carburant, les tensions sociales, l’instabilité financière et l’accélération de la dégradation de l’environnement.
" Résilience, oui mais l’adaptabilité est la clé de la résilience. "
D’où l’importance des capacités d’adaptation, à notre niveau d’éleveur de vaches Prim’Holstein.
Notre Organisme de Sélection, l’a bien compris et a décidé de faire évoluer la formule de l’ISU pour répondre aux attentes des éleveurs. Cela fait suite au travail initié et annoncé en 2019. La nouvelle formule va être mise en place au printemps 2021.
Une rémunération décente de l’éleveur, un impact environnemental maitrisé et une réponse aux demandes des consommateurs sont les enjeux actuels et futurs de l’élevage laitier français.
Pour répondre à ces objectifs, l’ISU 2021 propose aux éleveurs de créer une vache laitière productive (produire un lait plus riche en protéine et matière grasse, tout en maintenant un bon potentiel de production), fonctionnelle (faciliter la vie de l’éleveur) et durable (augmenter la longévité de notre race et limiter les interventions sanitaires).
Haute-Loire Holstein va faire parvenir à ses adhérents le bilan génétique Prim Holstein France du département.
Ce document retrace les résultats 2020 de la Haute-Loire (meilleurs pointages, meilleures femelles, grandes laitières…). Vous trouverez aussi la liste des grandes laitières qui sont de plus en plus nombreuses en France, ainsi que dans notre département. Ceci démontrant bien la progression de notre race dans ce domaine. Avancée primordiale pour être en phase avec les attentes des éleveurs et de la société.
Votre association Haute-Loire Holstein aspire à ce que l’on puisse tous se retrouver en toute convivialité dans un avenir proche".

 

Les plus lus

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
Les chargeurs compacts et ultracompacts s’affichent comme les nouveaux valets de ferme

De plus en plus présents dans les exploitations d’élevage, les petits automoteurs de manutention à bras 
télescopique…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière