Aller au contenu principal

Une cage de contention silencieuse et ergonomique

Maxime Pègues utilise depuis un an une cage de contention du fabricant canadien Arrowquip dont il apprécie les fonctionnalités et surtout le silence d’utilisation.

« C’est le premier achat que j’ai fait, avant même le tracteur », explique Maxime Pègues, éleveur à Montpeyroux dans l’Aveyron, avec un cheptel de 90 Aubrac. Lorsqu’il s’est installé il y a trois ans, en EARL avec le propriétaire non exploitant de la ferme, il a trouvé un système de contention obsolète. Il décide ainsi d’investir en choisissant une des premières cages de contention Arrowquip importée en France. Fabriquée au Canada, celle-ci se caractérise par sa souplesse et son confort d’utilisation. Parois auto-serrantes pour s’adapter à tout gabarit d’animal, commandes à portée de main, nombreuses ouvertures latérales, insonorisation… telles sont les principales qualités que le jeune éleveur dit apprécier au quotidien, même s’il n’a pas encore refait l’ensemble du système de contention. Il prévoit également de l’installer sur des barres de pesée. « On prend presque plaisir à intervenir sur les animaux, dit-il. Même, en hiver, je préfère passer une bête dans la cage plutôt que d’intervenir à l’étable (les vaches sont à l’attache). La cage allie la sécurité de l’homme et la sécurité de l’animal. C’est un investissement conséquent, mais on ne le fait qu’une fois dans sa carrière. » Le modèle acheté — Q-Catch 86 Deluxe Vet — permet une intervention sanitaire à l’arrière. Il est facturé 8 500 euros HT. Si le jeune éleveur se dit très satisfait de la cage, il s’interroge sur le service après-vente d’un produit encore peu distribué. L’importateur exclusif pour la France et l’Europe, les établissements Sabourdy à Nexon en Haute-Vienne, se veulent rassurants : « nous intervenons au départ pour les réglages. Les mécanismes sont garantis à vie et nous avons des cages en stock ».

1La poignée de la porte de contention (fonctionnement par traction poussée), peut se positionner à n’importe quel endroit le long de la cage. Elle coulisse sur le tube supérieur qui actionne la porte. Quand elle est à l’arrière, l’éleveur peut contrôler en même temps les portes avant et arrière. La bête rentrant en entier dans la cage, il est aussi possible de fermer en premier la porte arrière puis d’aller ouvrir la porte de contention. On peut même y mettre deux broutards.

2Un système de verrouillage à friction et à réglage continu permet de bloquer la porte de contention à la largeur du cou de l’animal. Le support de tête, actionné par un levier, est contrôlé par un mécanisme similaire (boîtier sur la photo). Réglable en hauteur et largeur, il se serre autour du cou de la bête. La tête est ainsi parfaitement immobilisée et l’animal tranquillisé.

3Les parois auto-serrantes de la cage, commandées par un puissant levier, se règlent à la largeur de l’animal (750 à 197 mm). Un mécanisme identique à celui du support de tête assure le verrouillage des parois. « On rivalise avec la force de l’animal sans forcer. Une fois bloqué, il se sent pris et n’essaye pas de se débattre. On peut passer tout gabarit de bovin », apprécie Maxime Pègues. Le plancher est revêtu d’un tapis en caoutchouc moulé, silencieux et antidérapant. Une barre de sternum peut être ajoutée en option pour empêcher un animal de tomber.

4La cage est dotée de portes latérales (haut et bas) et de panneaux amovibles qui donnent la possibilité d’intervenir à différents niveaux de l’animal (dos, abdomen, pattes, encolure…). Les ouvertures sont identiques des deux côtés, ce qui permet de travailler à deux sans se gêner. Les portes supérieure et inférieure peuvent se coupler pour faire sortir l’animal sur le côté (porte de tri). La porte vétérinaire à l’arrière permet de rentrer en toute sécurité dans la cage pour faire des constats de gestation, des prises de sang… Les charnières sont munies d’amortisseurs en caoutchouc pour éliminer les claquements. Un kit de parage de dépannage pour pattes avant et arrière va bientôt être disponible.

5Le système antirecul à crémaillère comprend deux rangées de galets en nylon, qui se relèvent vers l’avant pour pouvoir avancer la barre au plus près de l’animal. La barre de retenue est en fibre de verre revêtu de caoutchouc.

Les plus lus

Claas Xerion 5000 Trac VC sur le circuit allemand de Nürburgring
[Vidéo] - Un Claas Xerion 5000 flashé sur le mythique circuit de Nürburgring
Le magazine allemand auto motor und sport a testé un Claas Xerion 5000 Trac VC sur le mythique circuit allemand de Nürburgring.
Kuhn Aura Réussir machinisme FB
[VIDÉO] Kuhn - Une mélangeuse automotrice autonome
Avec son automoteur Aura, Kuhn automatise l’ensemble des étapes de l’alimentation, du désilage à la distribution, tout en…
sima_annule_FB.jpg
[Covid-19] - Le Sima 2021 malheureusement annulé
Le Sima est malheureusement victime à son tour de la crise sanitaire liée à la Covid-19. La prochaine édition, qui était…
JOHN_DEERE_6120M_FB
[ESSAI/VIDEO] - John Deere 6120M Premium - « Un milieu de gamme richement doté »
Éleveur à Saint-Germain-de-Montgommery, dans le Calvados, Sébastien Gautard a essayé durant une semaine le tracteur John Deere…
Valtra Série G tracteur Réussir machinisme
[VIDEO] - Valtra lance la série G
La nouvelle gamme de tracteurs de la série G s'inscrit entre la série A et la série N. Petit point sur cette nouvelle offre.
Vincent Reucheron délègue à l'ETA, depuis 26 ans, le transport de l'ensilage du maïs et le tassage du silo.
« Je délègue le transport et le tassage de l’ensilage à l’ETA pour limiter mes charges de mécanisation »
Chez Vincent Reucheron, le parc matériel est réduit au minimum. L’éleveur laitier préfère faire appel à l’ETA pour l’ensilage…
Publicité