Aller au contenu principal

Machinisme : Actualité sur le matériel agricole : tracteur, moissonneuse-batteuse, ensileuse, travail du sol, charrue, semoir

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un caisson ravitailleur pour les granulés

Vigneron à Crézancy-en-Sancerre dans le Cher, Nicolas Millet a conçu un caisson pour charger son épandeur d’amendements organiques en granulés.

Astuce

1- Avant de construire son caisson, Nicolas Millet chargeait des big-bags de 250 kg d’amendements organiques sous forme de granulés, à l’aide d’un lève-sac autoconstruit. Il fallait compter une dizaine de minutes pour remplir l’épandeur, presqu’autant de temps que pour épandre son contenu.

2- Le vigneron a eu l’idée d’exploiter une "benne à vendange inox foulopompe qui ne servait plus et difficile à vendre de nos jours". Nicolas Millet a commencé par enlever l’essieu, la flèche et tous les éléments annexes pour ne garder que le châssis et la caisse.

3- La longueur de la caisse a été réduite par deux en découpant toute une partie centrale puis en ressoudant les deux extrémités.

4- Le vigneron a fait installer une trappe en inox, dont l’ouverture est pilotée en cabine, grâce à un vérin hydraulique. Au besoin, il est possible de déboulonner le vérin et d’ouvrir/fermer manuellement la trappe.

5- Évoluant sur une exploitation très regroupée, Nicolas Millet travaille toujours avec un autre opérateur pendant la fertilisation. Ce dernier navigue sans arrêt avec le chargeur télescopique entre le siège d’exploitation et les parcelles. Pendant que Nicolas épand, il a dix minutes pour aller remplir la caisse de quatre big-bags à l’aide d’un chariot élévateur et revenir. Moins d’une minute suffit ensuite à vider la caisse dans l’épandeur d’engrais, ce qui lui a permis de réduire quasiment par deux le temps consacré à l’épandage des amendements organiques. "Un gain de temps précieux car je n’épands que quand les sols sont gelés", confie-t-il. Le vigneron apprécie également de ne plus avoir à sortir de cabine pour ouvrir les big-bags, avec le risque de se prendre la poussière dans la figure par temps venteux.

6- À d’autres moments de la saison, la caisse sert également aux voisins agriculteurs pour le remplissage des trémies sur les semoirs, par exemple.

Coût estimé : 500 euros, sans compter la benne à vendange, déjà présente sur l’exploitation

Temps : 3 à 4 jours

Difficulté : moyenne

Les plus lus

Vignette
Woods prend en main la distribution de ses broyeurs en France
La marque américaine Woods Equipement gère désormais la distribution de ses broyeurs depuis son siège européen localisé en…
Vignette
Fliegl - Les remorques à fond poussant s’offrent un lifting
Les remorques à fond poussant ASW de Fliegl gagnent en propreté et en sécurité.
Vignette
Väderstad : Une seule trémie à semences sur le Tempo L
Le semoir monograine Tempo L du constructeur suédois Väderstad reçoit une nouvelle distribution centralisée.
Vignette
Sitrex - Des automotrices à double vis et tapis de distribution frontal
Le constructeur italien Sitrex, qui a racheté AGM en 2010, élargit sa gamme de mélangeuses automotrices Virage à tapis frontal …
Vignette
« Nous avons monté un Speedway sans hydraulique »
Vignerons dans le Vendômois, Florent et Charles Jumert travaillent le sol sous le rang avec un intercep Belhomme, sur lequel ils…
Vignette
GRV - Des enjambeurs Delta maniables
GRV dévoile une nouvelle gamme de tracteurs enjambeurs maniables baptisée Delta.
Publicité