Aller au contenu principal

Touchées par la Covid-19, les concessions espèrent une bonne fin d'année.

Les concessions agricoles et espaces verts tablent sur une reprise au second semestre pour limiter l'impact de la pandémie. 

Sedima conjoncture économique concession Réussir machinisme
La pandémie a davantage impacté les concessions d'espaces verts que le matériel agricole.
© Agco

Du côté du machinisme agricole, selon une enquête sur la conjoncture économique réalisée par le Sedima (syndicat des concessions agricoles et espaces verts) auprès de leurs adhérents, les ventes de matériels neufs ont enregistré une hausse de 11 % en mars, suivie d'une baisse de 29 % en avril. Ces chiffres sont respectivement de de +6 % et -24% pour le marché de l'occasion, +9 % et -14 % pour les pièces, et +10 % et -19% pour les prestations en atelier. Globalement, le secteur de la polyculture élevage s'en sort mieux que la grande culture et plus encore que la viticulture, impactée par l'augmentation de la taxation des vins par les Etats-Unis en plus de la Covid-19. Le syndicat observe une forte hétérogénéité d'une région à une autre, les secteurs les plus durement touchés par le coronavirus enregistrant de plus fortes baisses. Concernant la trésorerie, les concessions agricoles se montrent moins pessimistes que leurs confrères en espaces verts, avec 55 % des répondants qui indiquent une trésorerie normale, voire aisée. Sur le mois de mai, les prises de commandes sont en hausse en polyculture élevage tant en matériel neuf que d'occasion, stable en matériel d'occasion en grandes cultures, à la baisse pour ce qui est du matériel neuf chez les céréaliers. Pour la seconde partie de l'année, les concessions sont confrontés à un manque de visibilité tous marchés confondus, l'évolution de la pandémie venant accroître les incertitudes quant aux évolutions des revenus des agriculteurs. 

Une activité maintenue pendant le confinement

Pendant le confinement, les concessions agricoles sont parvenues à maintenir leur activité, avec deux tiers des salariés présents ( 75 % au magasin, 81 % en atelier). Malgré des difficultés d'approvisionnement, les distributeurs ont rivalisé d'ingéniosité pour maintenir une qualité de service en concession et sur le terrain, tout protégeant les salariés et les agriculteurs des risques liés à la pandémie.  

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
Charles Crapard, agriculteur à Villiers-Saint-Georges : « L'écimeuse est une solution pour lutter contre les adventices résistantes. »
[VIDEO] « J’écime mes céréales avec un microtracteur »
Charles Crapard écime ses céréales à l’aide d’un tracteur de 36 chevaux et d’une écimeuse Bouillé Concept de 12 mètres.
Les quads et SSV homologués tracteurs sont-ils réellement concernés par le contrôle technique.
Votre quad ou SSV agricole soumis au contrôle technique dès le 1er octobre 2022 ?
Initialement suspendu par le Président de la République, le décret du 11 août dernier, instaurant l’obligation de contrôle…
Plusieurs sites d'Agco dans le Monde ont été concernés par cette cyber-attaque.
Agco - Après trois jours d'arrêt, l'usine de Beauvais, victime d'une cyber-attaque, redémarre.
Des sites de production d'Agco ont été victimes d'une cyber-attaque, dont ceux de Beauvais. Ces derniers ont redémarré mardi 10…
Guerre en Ukraine - Quand la télématique permet de neutraliser les machines agricoles volées par les Russes
Le contrôle à distance des engins agricoles par la télématique est devenu une arme de défense pour un concessionnaire Ukrainien…
Les tracteurs McCormick X6.125 Xtrashift et X6.135 Xtrashift développe 119 et 126 chevaux.
McCormick - Un nouveau motoriste pour les tracteurs X6 Xtrashift
Le passage des tracteurs X6 Xtrashift à la norme antipollution Stage V a conduit McCormick a changé de fournisseur de moteur.
Publicité