Aller au contenu principal

[VIDEO] - Reiter Respiro R9 - Un andaineur à tapis à gros débit de chantier

La rédaction a suivi Jean-Yves Quentin lors de l’essai du Reiter Respiro R9. Cet entrepreneur de travaux agricoles, installé à Reffuveille (Manche), est un utilisateur chevronné d’andaineurs à tapis avec 3 600 hectares travaillés en 3 ans.

L’andaineur à tapis Reiter Respiro R9 essayé se compose de deux unités de 3,5 m, montées sur des bras télescopiques, et présente une envergure de travail allant de 7 à 9 m. Cet appareil semi-porté évolue à l’arrière dans l’axe du tracteur et peut être utilisé en combinaison avec un andaineur à tapis frontal, afin de soulever la matière récoltée sur toute la largeur. Le Respiro R9 autorise plusieurs configurations d’andainage : au centre, à droite, à gauche, à droite et à gauche, à gauche et au centre, ou à droite et au centre. Il pèse 6 400 kg et demande pour son animation un tracteur d’au moins 130 ch équipé d’une alimentation Power Beyond, malgré la présence d’une centrale hydraulique embarquée. Il impose également la présence de freins pneumatiques.

Les conditions du test

L’andaineur à tapis Reiter Respiro R9, mis à disposition par la concession Michel Bellamy, a été livré directement depuis l’usine autrichienne. Arrivé fin mai, sous des conditions météo excellentes, il a été utilisé pour le ramassage des foins et des fourrages préfanés.

On aime

+ Vitesse de travail

+ Suivi du sol

+ Facilité de réglage

On aime moins

- Hauteur et largeur sur route

- Temps de dépliage/repliage

- Pilotage load sensing

Au travail – « L’andainage à 18 km/h sans souci »

 

 
L'andaineur à tapis Reiter Respiro R9 repose au travail sur quatre roues. © L. Vimond

 

La combinaison du ramasseur de petit diamètre, du rouleau tasseur de fourrage et de l’ameneur rotatif garantit une parfaite alimentation des tapis et autorise un andainage à vitesse élevée : jusqu’à 18 km/h. « Dans les mêmes conditions, mon appareil trouve ses limites aux alentours de 12 km/h, notamment avec les brins courts qui ont du mal à être avalés par le pick-up de plus grand diamètre que celui du Reiter. Je crains cependant que le Respiro R9 soit susceptible de monter quelques pierres, comme je l’ai observé sur un chantier », note Jean-Yves Quentin. La solution à cet inconvénient est de réduire la vitesse de rotation du pick-up. « Par ailleurs, lorsque le fourrage est plaqué au sol, les dents d’origine ont du mal à tout reprendre, un souci que je rencontre aussi avec mon appareil en conditions de fauche trop rase. Pour résoudre ce problème, Reiter propose des dents bleues plus actives. »

 

 
Le dégagement important de l'andaineur à tapis Reiter Respiro R9 permet de passer au-dessus des andains sans les dégrader. © D. Laisney

 

Le dégagement important en position relevée permet de manœuvrer en bout de parcelle sans dégrader les andains. « Comme le Respiro R9 repose au travail constamment sur quatre roues, il reste stable, contrairement à mon appareil, pourvu uniquement de deux roues, qui a tendance à se balancer de gauche à droite lors des demi-tours. Je m’interroge cependant sur les contraintes mécaniques exercées sur le châssis du Reiter, lorsque je passe d’un champ à l’autre sans le replier et qu’une des roues extérieures monte sur le talus. » Le repliage et le dépliage demandent chacun environ 50 secondes. « C’est à mon goût un peu long et j’essaie donc, quand les champs se touchent, de limiter ces opérations pour gagner du temps. »

 

 
L'andaineur à tapis Reiter Respiro R9 présente au transport une hauteur de 3,85 m. © D. Laisney

 

« Avec le repliage à la verticale des deux éléments, je n’ai aucune visibilité vers l’arrière au transport. Personnellement, j’ajouterais une caméra, notamment pour sécuriser les manœuvres en marche arrière. » La hauteur au transport de 3,85 m impressionne, mais la stabilité sur route est bonne grâce à la largeur de 2,85 m. « Son poids, ses exigences en puissance, en freinage pneumatique et en alimentation hydraulique obligent à utiliser un tracteur récent bien équipé, alors qu’un simple 110 chevaux suffit pour mon andaineur à tapis actuel. »

Le regard de l’expert

(+) À l’instar des poutres télescopiques supportant les deux unités composées du pick-up et du tapis, le châssis semble bien dimensionné pour les utilisations intensives.

(+) L’ameneur rotatif situé au-dessus du pick-up régularise le flux de fourrage et facilite le ramassage de produits courts.

(+/-) L’attelage n’impose pas de respecter une hauteur précise, mais demande de mettre le châssis à l’horizontale. En revanche, le nombre de flexibles est important du fait de la présence de deux distributeurs double effet (pour lever les deux unités individuellement), en plus de l’alimentation hydraulique Power Beyond.

(-) La centrale hydraulique et le refroidisseur d’huile, installés sur le haut de la poutre, obstruent la visibilité vers l’arrière.

(-) En raison de la largeur au transport supérieure à 2,55 m, la législation impose de circuler à 25 km/h malgré le freinage pneumatique.

Gamme

De 3 à 9 m d’envergure

 

 
Lors de l'essai, l'andaineur à tapis Reiter Respiro R9 travaillait sans difficulté à 18 km/h et plus. © D. Laisney

L’offre en andaineurs à tapis de l’entreprise Reiter se compose d’appareils portés et traînés allant de 3 à 9 m d’envergure. Le Respiro R9 essayé chapeaute la gamme. Plus accessibles, les modèles R3 et R3.5, de 3 et 3,5 m de large, s’attellent sur le relevage avant ou à l’arrière pour une conduite en poste inversé, afin d’éviter de rouler sur le fourrage. Le constructeur prépare les Respiro R3 et R3.5 en configuration semi-portée pour une utilisation en combinaison avec une des deux versions frontales. Cette déclinaison fonctionnera de manière déportée par rapport au tracteur. Elle reposera sur une roue au travail, mais sera portée au transport. Reiter compte aussi à son catalogue les andaineurs à tapis Respiro R6 et R7, conçus pour être utilisés sur des tracteurs à poste inversé ou sur des automoteurs comme des ensileuses. Ces appareils se composent respectivement de deux unités de 3 et 3,5 m.

À la loupe – Un pick-up flexible pour un suivi optimal du terrain

 

 
Le pick-up, l’ameneur rotatif et le tapis des deux unités de ramassage du Reiter Respiro R9 sont entraînés par une centrale hydraulique embarquée. © D. Laisney

Le pick-up, l’ameneur rotatif et le tapis des deux unités de ramassage sont entraînés par une centrale hydraulique embarquée. Celle-ci contient 180 l d’huile, s’accompagne d’un refroidisseur et est animée par la prise de force du tracteur. Le ramasseur se distingue par l’absence de chemin de came et l’utilisation de six rangées de dents en position fuyante. Ses garants sont en matériaux composites et ses dents profitent de sécurités anti-pertes permettant de continuer à travailler.

 

 
Les deux unités de ramassage du Respiro R9, d’une largeur de 3,5 m, reposent chacune sur quatre disques en rotation libre. © D. Laisney

 

Les deux unités de ramassage, d’une largeur de 3,5 m, reposent chacune sur quatre disques en rotation libre. Cette conception alliée à la flexibilité du pick-up garantit un bon suivi du terrain. La hauteur de ramassage s’ajuste à l’aide de cales à placer sur le vérin relevant chaque élément : plus on en met, plus le pick-up travaille près du sol. Thomas Reiter indique cependant que la conception de cet andaineur à tapis limite les interventions sur ce réglage.

 

 
L’écran LCD du Respiro R9 affiche les informations essentielles, comme la largeur travaillée, le mode d’andainage actif et la vitesse de travail. © D. Laisney

 

Les principaux réglages du Respiro R9 s’opèrent depuis le boîtier électronique. « J’apprécie d’ailleurs de ne pas devoir intervenir mécaniquement sur la machine pour changer de mode d’andainage. » Le boîtier de commande est simple d’utilisation et sa petite taille facilite son intégration en cabine. L’écran LCD affiche les informations essentielles, comme la largeur travaillée, le mode d’andainage actif et la vitesse de travail. Les logos sur les touches sont particulièrement explicites, ce qui facilite la prise en main. Le seul reproche est la nécessité d’une prise de type Isobus pour l’alimentation électrique, à moins de rajouter un faisceau branché directement sur la batterie.

Entretien – 12 graisseurs quotidiens et 39 hebdomadaires

 

 
L'andaineur à tapis Reiter se distingue par son pick-up de petit diamètre. © L. Vimond

Le Respiro R9 compte 51 graisseurs, dont 12 demandent d’intervenir quotidiennement et les 39 autres sont à graisser chaque semaine. La vidange des boîtiers renvoi d’angle de la tête d’attelage pivotante et le renouvellement des 180 litres d’huile de la centrale hydraulique sont préconisés toutes les 1 000 h, soit tous les 5 000 ha. L’absence de came sur le ramasseur dispense des coûteuses opérations de remplacement des chemins de guidage et des galets. Les tapis peuvent être retendus durant l’hivernage. Le racleur de leurs rouleaux d’entraînement peut être ajusté après avoir déposé le pick-up pour un accès plus facile.

Fiche technique Reiter Respiro R9

Largeur de travail : 7 à 9 m

Largeur de l’andain central : 1 à 2 m

Puissance mini requise : 130 ch

Besoin hydraulique : 2 DE + Power Beyond

Diamètre du pick-up : 330 mm

Vitesse de rotation du pick-up : 1,6 à 3 m/s

Diamètre du rouleau tasseur d’andains : 220 mm

Diamètre de l’ameneur rotatif : 424 mm

Largeur des tapis : 1 m

Largeur au transport : 2,85 m

Hauteur au transport : 3,85 m

Poids opérationnel : 6 400 kg

Pneumatiques : 500/50-22,5

Freinage : pneumatique

BUDGET

Prix catalogue au 01/02/2021 : 117 790 € HT

 

Lire aussi : L'interview de Jean-Yves Quentin

 

Les plus lus

Tonnes à lisier buses interdites Réussir Machinisme
Les buses d’épandage bientôt interdites ?
Le plan d’action ministériel adopté en janvier 2021 vise à réduire les émissions de polluants atmosphériques issues des…
Ensileuse Rostselmash RSM F 2650 chez Michel Bellamy
Une ensileuse Rostselmash en test pour les 40 ans de la concession Michel Bellamy
L’ensileuse RSM F 2650 de l’industriel russe Rostselmash vient, ce 15 avril 2021, de débarquer en Normandie à la concession…
Les nouveaux Valtra N5 et T5 sont dès à présent disponibles, car la production a déjà débuté dans l'usine finlandaise du groupe Agco. © Valtra
Valtra – Le tableau de bord disparaît sur les tracteurs N5 et T5
La sortie des tracteurs Valtra N5 et T5 coïncide avec la célébration des 70 ans de la marque finlandaise, qui appartient depuis…
Benne à fond mouvant la Campagne de la SARL Setar Bibollet - Caisse et fond mouvant Socari
La Campagne – Une benne à fond mouvant de 64 mètres cubes à déchargement rapide
Le constructeur français La Campagne annonce l’arrivée d’une nouvelle génération de bennes à fond mouvant conciliant grande…
Robot Collect’Bouz de la start-up normande Bouz’Eco
Collect’Bouz spécial pâturage – Les bouses collectées au cul des vaches pour alimenter le méthaniseur
Après l’urinoir CowToilet de la société néerlandaise Hanskamp primé d’une médaille d’or au salon Eurotier 2020, la start-…
Faucheuse frontale Kuhn sur tracteur New Holland TM140 et remorque autochargeuse Strautmann
« J’ai réduit mon coût alimentaire à 68 euros les 1000 litres de lait avec l’affouragement en vert »
Gaëtan Le Meur, éleveur de montbéliardes à Plussulien, dans les Côtes-d’Armor, a remplacé sa remorque faucheuse autochargeuse par…
Publicité