Aller au contenu principal

Que deviennent vos batteries usagées ?

À l’heure où le recyclage est obligatoire, toute une filière bien rodée s’organise pour récupérer et valoriser ces déchets dangereux.

On ne se débarrasse pas de batteries usagées n’importe comment. Ce déchet est en effet classé dangereux, du fait de sa composition, en majeure partie du plomb. Des règles très strictes sont établies pour veiller à son recyclage. Toute une filière s’organise pour récupérer, acheminer et traiter avant de revaloriser les batteries.

_RMA_ART_RECYCLAGE_BATTERIE1 (DETFB batterie).JPG

Un viticulteur dont la batterie du tracteur ou du chariot élévateur est usagée se doit de la ramener chez un recycleur ou dans un point de vente – même si ce dernier n’est pas celui de l’achat – qui sera obligatoirement tenu de la lui reprendre. La batterie fait l’objet d’une traçabilité. Par ailleurs, depuis le 1er janvier 2012, la réglementation interdit toute transaction en espèces sur les métaux, donc les batteries : tout non-respect de la loi est susceptible de sanctions pénales et d’amendes allant de 305 à 75 000 €. Mieux vaut oublier l’idée, pour le viticulteur comme pour le concessionnaire, de céder sa batterie à des récupérateurs peu scrupuleux.

Un marché lucratif pour les concessionnaires

Après la signature d’un accord entre la société de recyclage et le concessionnaire, un bac de récupération étanche pouvant contenir jusqu’à 70 batteries est disposé gratuitement chez ce dernier. Toutes les batteries de démarrage au plomb, quelle que soit leur marque, peuvent ainsi y être déposées. Un transporteur agréé pour ce type de produits classés dangereux procède à l’enlèvement des batteries usagées. Un BSD (Bordereau de suivi des déchets) est alors remis au distributeur, certifiant ainsi son engagement.

Acheminés vers les usines de recyclage, les déchets sont pesés et contrôlés pour vérifier leur conformité. Si c’est le cas, la seconde partie du bordereau est envoyée au concessionnaire qui se doit de le conserver cinq ans. Non seulement ce service est gratuit, mais les points de vente sont ensuite rémunérés selon le tonnage à recycler. Un point de vente qui collecte des batteries perçoit un pourcentage du prix du plomb du marché London Metal Exchange (LME) du jour. Suivant les variations des cours, il perçoit entre 400 et 600 €/t.

Près de 100 % de la batterie est recyclée 

_RMA_ART_RECYCLAGE_BATTERIE2.JPG

 

Le recyclage des batteries se fait en quatre étapes :

1 Cassage et séparation : les batteries collectées sont broyées dans des unités spéciales de traitement. Les matières plombeuses, matières oxydées, ainsi que les parties métalliques, sont envoyées en fonderie. L’électrolyte des batteries est régénéré et les matières plastiques des boîtiers (en polypropylène) sont recyclées par une unité spécialisée dans la valorisation du plastique.

2 Recyclage du plastique : des opérations de tri et de broyage, puis de séparation et de lavage des matières plastiques collectées sont mises en place. La matière est extrudée, compoundée, puis granulée. Ces produits finis sont revendus à des clients de secteurs très variés : l’industrie automobile/agricole, l’horticulture, le bâtiment et plus largement des applications industrielles diverses.

3 Fonderie : la troisième étape consiste à traiter toutes les matières plombeuses issues du cassage des batteries, en les fondant à une température d’environ 1 000 °C pour obtenir du plomb d’œuvre.

4 Raffinage : les matières fondues sont raffinées, épurées, et valorisées sous forme de lingots de « plomb marchand ». Ces lingots recyclés sont principalement vendus aux fabricants de batteries, qui peuvent faire partie du même groupe que la filiale de recyclage ! C’est le cas d’Exide Technologies qui commercialise des marques comme Fulmen, via sa filiale de recyclage. Cette société recycle plus de 30 millions de batteries par an et récupère plus de 1 000 tonnes de plomb par jour.

Le recyclage ne s’applique pas qu’aux batteries

_RMA_ART_RECYCLAGE_BATTERIE4 DETFC.JPG

Les autres déchets de l’exploitation sont eux aussi valorisés :

■ 5 bidons de 20 l recyclés = 1 m de tube plastique pour l’industrie

■ 5 big bags recyclés = 2 m2 de plaques isolantes pour le bâtiment

■ 100 kg de bâches plastiques recyclées = 650 sacs-poubelles de 100 l

■ 10 kg de sacs papier recyclés = 10,4 kg de bois et 500 l d’eau économisés

Les plus lus

Demandant des tracteurs de 85-90 ch, les petites combinaisons de fauche triples, qui commencent à 7,24 m de large, offrent un bon suivi de sol, comparativement à une faucheuse arrière latérale de 4 à 4,40 m.  © Pöttinger
Les faucheuses triples sans conditionneur séduisent les éleveurs
Depuis deux ans, les ventes d’ensembles de fauche frontale et double lamier arrière connaissent une croissance forte. Ces…
[VIDEO] SIP - Le groupe de fauche de 15 mètres en démonstration en Normandie
Le groupe de fauche Silvercut Disc 1500 T du constructeur slovène SIP a récemment déployé ses ailes dans la campagne normande.…
Agriliant – Deux étudiantes veulent développer des filets et ficelles biodégradables
Chloé Tinel et Ines Vecten, étudiantes d’UniLasalle Rouen, ont mis à profit leur stage de fin d’étude pour initier un projet de…
Siwi attelage rapide Oria Agriculture Réussir Machinisme
[VIDEO] - Siwi, le dételage instantané importé en France par Oria Agriculture
Oria Agriculture importe le système d'attelage instantané Siwi Combi-Hitch. 
Frédéric Lefeuvre, éleveur en Gaec à Derval en Loire-Atlantique. « La combinaison de fauche sans conditionneur est peu gourmande en puissance. » © M. Portier
« Une combinaison de fauche triple sans conditionneur pour gagner du débit de chantier tout en faisant des économies »
Le Gaec Lefeuvre à Derval en Loire-Atlantique, a abandonné le conditionneur en passant d’une combinaison de fauche double à une…
Fliegl propose un déchaumeur à disques chaînés.  © Fliegl
Fliegl - Un déchaumeur à disques chaînés de 7 m
Le déchaumeur à quatre chaînes de disques KSE de Fliegl assure un bon suivi du terrain.
Publicité