Aller au contenu principal

Pourquoi les ETA vont à nouveau passer des hausses de tarifs en 2024 ?

Les entreprises de travaux agricoles (ETA) devraient de nouveau procéder à des hausses de tarifs de leurs prestations agricoles en 2024, indique la Fédération des entrepreneurs des territoires (FNEDT) selon qui ses adhérents se retrouvent sous de multiples pressions.

« Depuis deux ans, les entreprises de travaux agricoles (ETA) ont passé des hausses de 0 à 25%. Celles qui n’en ont pas passées ne sont plus là aujourd’hui » affirme Philippe Largeau, premier vice-président délégué de la Fédération des entrepreneurs des territoires (FNEDT), lors d’une conférence de presse organisée le 21 novembre à Paris. « En 2024, il y aura à nouveau des hausses de tarifs », poursuit-il. 

Mise à jour | GNR : vers un remboursement trimestriel de la TICPE pour les ETA 
 

Des hausses de tarifs des ETARF attendues entre 6 et 12%

Après une flambée inédite des coûts de production en 2022, la moitié des ETARF (Entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers) ont passé des hausses de tarifs de 12 à 15 % selon les prestations, d’après une enquête de la FNEDT réalisée en mai dernier. « L’année 2024 s’ouvre avec un ralentissement prévisionnel global de la hausse des coûts, avec toutefois une hausse du Smic dès janvier, un coût de rabot sur les exonérations de cotisations familiales, la première marche de la remontée de la fiscalité du GNR - qui reste actuellement à un niveau élevé - et des prix de matériels agricoles et forestiers qui ont cru de 20 % en deux ans », souligne la fédération dans un communiqué. « En 2024, il faut donc s’attendre à une augmentation des tarifs, entre 6 et 12 % selon les prestations, pour les entreprises qui ont déjà appliqué des hausses en 2022-2023 », indique la FNEDT.

Les augmentations de tarifs nous permettent de respecter les chantiers

« Nous avons besoin de coller aux coûts des matériels (en hausse de 25%), aux hausses de salaires (de 10% en 1,5 an), au GNR qui a explosé. Les augmentations de tarifs nous permettent de respecter les chantiers », commente pour sa part Gérard Napias, président de la FNEDT.

Lire aussi : Pourquoi les ETA devraient encore augmenter leurs tarifs en 2023

L’impact du prix du GNR et de la hausse de la fiscalité

Le poste GNR (gazole non routier) représente 13 à 15% du prix de la prestation, souligne Philippe Largeau. « Quand on calcule le coût de revient, on le fait pour l’année. Résultat : avec la fluctuation du GNR on peut se retrouver très confortables ou dans le rouge » poursuit-il, soulignant que l’idéal serait une indexation obligatoire du carburant en pied de facture.

Lire aussi : Comment évolue le prix du GNR ?

Les ETARF consomment 30% du GNR employé dans l’agriculture et la forêt et selon la FNEDT, parmi les ETA, des entreprises utilisent annuellement des centaines de milliers de litres de GNR, voire des millions de litres de GNR. La hausse de la fiscalité non remboursable sur le GNR programmée dans le PLF 2024 devrait coûter 23 810 euros en 2030 pour une ETA utilisant 100 000 litres par an de GNR contre 3 860 euros en 2023. La FNEDT déplore aussi l’avance de trésorerie qu’impose la hausse de la TICPE remboursable de 18 100 euros en 2024 (pour 100 000 litres) à 21 400 euros en 2025 pour atteindre 35 950 euros 2030. Pour limiter l’impact de cette mesure, la FNEDT réclame un remboursement mensuel de la TCIPE (aujourd’hui annuel).

Lire aussi : GNR : quelle hausse de la fiscalité pour les agriculteurs en 2024 ?

Les ETA estiment par ailleurs être hors du champ ou dans le flou pour les mesures fiscales de compensation de la taxation du GNR agricole négociées par la FNSEA (épargne de précaution et relèvement des seuils de chiffre d’affaires des exonérations de plus-values).

Lire aussi : Les entreprises de travaux agricoles (ETA) gagnent du terrain

Des chantiers perturbés par les intempéries et des contraintes réglementaires

Autre problématique importante pour les ETA : la durée d’utilisation des machines de plus en plus limitée et imprévisible qui pèse sur la rentabilité des entreprises. « Les aléas climatiques qui se multiplient dans toute la France obligent les ETARF à réagir dans des délais extrêmement contraints. Nombre de chantiers sont ralentis, décalés, voire annulés », indique la FNEDT. Aux inondations et aux périodes de sécheresse (arrêt des machines pour prévenir les incendies) s’ajoutent pour les travaux forestiers et agricoles (pour l’entretien des haies notamment) « la surinterprétation de l’article L.411 1 du Code de l’environnement » qui suspend les travaux entre le 15 mars et le 15 août, déplore la FNEDT.

Lire aussi : PAC 2023 : la taille des haies interdite entre le 16 mars et le 15 août

Des chantiers perdus pour cause d’inondations

Concernant les inondations du Pas-de-Calais, les ETA s’inquiètent de pertes de chantier de récolte notamment sur les surfaces de betteraves affectées. « Les agriculteurs sont couverts par les catastrophes naturelles mais les pertes d’exploitation des ETA ne sont pas couvertes, car aucune assurance n’a voulu couvrir ce risque. Certains vont mettre la clé sous la porte c’est catastrophique », fait remarquer Gérard Napias, président de la FNEDT.

Voir par ailleurs : « La force d'une ETA, c'est la gestion opérationnelle, financière et humaine » 

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?

Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…

L'édition 2024 du Sima est annulée. Rendez-vous en 2026.
Sima - L'édition 2024 du salon annulée

L'Axema vient d'annoncer que le prochain Sima qui devait avoir lieu fin novembre 2024 est reporté en 2026. 

Siège social de la concession Bretagri Emil Frey à Saint-Gilles en Ille-et-Vilaine.
Reprise de Bretagri Case IH par Emil Frey : pourquoi ce géant de l’automobile se lance-t-il dans le matériel agricole ?

Les établissements Bretagri, concessionnaires Case IH en Ille-et-Vilaine, viennent d’être rachetée par la filiale française du…

Le concept de traite par lots Batch Milking permet de déléguer la traite à des robots sans être soumis à une astreinte 24h/24.
Quel intérêt d'utiliser les robots de traite comme une salle de traite avec le procédé Batch Milking ?

DeLaval a développé le concept de traite par lots Batch Milking consistant à utiliser les robots de traite VMS comme une salle…

Remplissage du réservoir d'AdBlue d'un tracteur
Comment évolue le prix de l'AdBlue ?

Au coût du carburant qui pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs, s’ajoute l’AdBlue nécessaire dans tous les…

Kevin Le Vouedec : «Le Valtra Q305 est un tracteur très polyvalent, à l’aise en traction comme sur la route.»
Essai : Valtra Q305 Direct – « Un tracteur confortable et bien équilibré »

Kevin Le Vouedec, chef de cultures de l’EARL Choubard à Lainsecq dans l’Yonne, nous donne son avis après deux semaines au…

Publicité