Aller au contenu principal

Moissonneuse-batteuse - Pourquoi investir dans une coupe articulée ?

Les plateformes de récolte articulées combinent plusieurs avantages : polyvalence, suivi du sol et bonne qualité d’alimentation de la moissonneuse-batteuse.

Les coupes à tapis à tablier articulé, qui font progressivement leur apparition en France, sont idéales pour récolter dans les parcelles vallonnées ou en hélice d’avion, notamment avec les moissonneuses-batteuses affichant de grandes largeurs de travail.  Elles ne sont pas à confondre avec les plateformes flexibles, dont le lamier à sections se déforme au contact du sol. Ces dernières sont utilisées essentiellement pour récolter le soja, les pois, les lentilles et d’autres cultures basses. Comme elles évoluent en frottant sur le sol, elles sont gourmandes en pièces d’usure et engendrent une consommation supplémentaire de puissance et de carburant. Dès que leur hauteur est gérée par les palpeurs sous le tablier, pour le blé par exemple, les coupes flexibles se comportent comme des modèles rigides et ne suivent donc pas les déformations du sol.

Un bon suivi du terrain en toutes conditions

Les coupes articulées mesurent de 7,60 à 15,20 mètres de large selon les marques. Elles garantissent un bon suivi du sol en toutes conditions, grâce à leur conception en trois éléments : un central et deux ailes au débattement vertical positif et négatif. Elles se révèlent ainsi particulièrement polyvalentes en étant capables de récolter des pois, du soja, des lentilles, des céréales, du colza et du tournesol. « La capacité des coupes articulées à travailler au ras du sol constitue aussi un véritable avantage pour ramasser des récoltes versées, dont le transfert vers le convoyeur est facilité par les tapis d’alimentation convergents. Les rabatteurs sont, dans cette situation, utilisés pour ramener la culture vers le lamier à sections », indique Romain Coudière, responsable commercial France pour MacDon. « Comme la hauteur de travail est régulée par des roues, le fond du tablier ne s’use pas et il n’y a pas de puissance supplémentaire consommée », souligne Aurélien Pichard, responsable moissonneuse-batteuse chez New Holland. Les plateformes articulées sont dotées de tapis convergents qui ramènent la récolte vers le convoyeur. Ces éléments participent aux bonnes performances de la moissonneuse-batteuse, car ils régularisent le flux de matière et garantissent une alimentation optimale des organes de battage et de séparation. 

Des coupes plus lourdes et plus chères

Les deux inconvénients majeurs sont le poids et le prix des coupes articulées. « Une MacDon FD2 de 10,60 mètres, avec le module de flottement fixé sur le convoyeur, pèse près de 4 tonnes, soit 500 kg de plus qu’une New Holland Varifeed de 10,70 mètres, précise Aurélien Pichard. Cette différence de poids a son importance lors du rééquipement d’une machine d’ancienne génération, car il est déjà arrivé que les vérins du convoyeur soient trop faibles. Il est bien sûr possible de les changer, mais cela représente un coût supplémentaire. » Les plateformes articulées sont également plus complexes de conception et logiquement plus chères. Pour un modèle de 12,20 mètres, par exemple, le prix peut être supérieur d’au moins 50 % par rapport à une version standard à vis d’alimentation, mais plus la largeur augmente, plus la différence se réduit. Ce surcoût peut s’amortir sur le long terme par la polyvalence en évitant l’acquisition d’une coupe spécifique pour les cultures basses, mais aussi par le gain en performances de la moissonneuse-batteuse et par la réduction des pertes à la récolte. « Plutôt que d’investir dans une coupe à céréales et dans une autre à tablier flexible, la plateforme articulée a la capacité de remplacer les deux. Un de nos clients ramasse, par exemple, des lentilles à 30 mm du sol avec sa coupe John Deere HDX de 13,70 mètres de large et le résultat est parfait », remarque Pascal Pelaud, manager régional récolte chez John Deere.

 

Un module de flottement chez MacDon

Le système d’articulation entièrement mécanique de MacDon utilise des bielles, des ressorts et six roues pour contrôler la hauteur de travail et orienter les parties latérales de la coupe.
Le système d’articulation entièrement mécanique de MacDon utilise des bielles, des ressorts et six roues pour contrôler la hauteur de travail et orienter les parties latérales de la coupe.
© Famring Photography UK

Le Canadien MacDon possède plus de vingt ans d’expérience avec les coupes articulées. Son modèle FD2 FlexDrapper dévoilé en 2021, disponible en 7,60 ; 9,10 ; 10,60 ; 12,20 ; 12,50 ; 13,70 et 15,20 mètres d’envergure, reçoit des tapis d’alimentation convergents de 1,26 mètre de large. Il dispose d’une gestion totalement mécanique utilisant des bielles et des ressorts. Il se distingue par sa combinaison obligatoire avec un module de flottement, pesant 1 tonne, qui s’accroche sur le convoyeur pour atteler la tête de récolte. Cette interface dotée de ressorts garantit la suspension de la coupe, qui se comporte au travail comme une faucheuse frontale. Elle supporte 97 % du poids de la plateforme et garantit ainsi le bon suivi du sol par les ailes. Contrairement à son appellation, la FD2 FlexDrapper ne dispose pas de tablier flexible. Le débattement maximal aux extrémités varie de 102 mm vers le haut et vers le bas pour le modèle FD225 (7,60 mètres), à 216 mm vers le haut et vers le bas pour les largeurs de 13,70 et 15,20 mètres (FD245 et FD250). Toutes reçoivent six roues de contrôle de la hauteur, qui permettent de faucher entre 2,5 et 45 cm.

 

Près de 3 m de débattement chez John Deere

Les coupes articulées John Deere intègrent un dispositif hydraulique permettant de relever les parties latérales, lors des manœuvres en bout de champ.
Les coupes articulées John Deere intègrent un dispositif hydraulique permettant de relever les parties latérales, lors des manœuvres en bout de champ.
© John Deere

John Deere bénéficie d’une réelle expertise dans les coupes articulées. Son modèle HDX est commercialisé en France depuis 2021 en largeurs de 10,50 ; 12,20 et 13,70 mètres. Cette plateforme intègre un contrôle hydraulique des articulations, qui donne la possibilité de ramener les ailes à l’horizontale, voire de les relever un peu plus, pour les manœuvres en bout de champ. Elle utilise des roues de jauge et affiche un débattement important aux extrémités de chaque partie latérale : de 383 mm vers le bas et vers le haut pour le modèle de 10,70 mètres à 516 mm vers le haut et vers le bas pour la HD45X de 13,70 mètres. En cumulant l’action du plastron pivotant de la moissonneuse-batteuse, le mouvement latéral du cadre central de la coupe et l’amplitude de travail de chaque partie extérieure, le débattement total en bout d’aile atteint 2,97 m avec la coupe articulée la plus large. Les John Deere HDX se caractérisent par l’utilisation de tapis d’alimentation convergents de 1,20 mètre de large, dont le revêtement en relief évite les pertes de colza.

 

Tablier articulé et lamier flexible chez Geringhoff

Les coupes articulées Geringhoff reçoivent en option un dispositif pulsant de l’air derrière le lamier à sections, afin d’éviter aux petites graines de tomber au sol.
Les coupes articulées Geringhoff reçoivent en option un dispositif pulsant de l’air derrière le lamier à sections, afin d’éviter aux petites graines de tomber au sol.
© Geringhoff

L’offre Geringhoff en coupes articulées comprend trois largeurs (10,65 ; 12,20 et 13,70 mètres) déclinées en deux variantes : TruFlex et TruFlex Razor. Le modèle Razor bénéficie en plus d’un lamier à sections flexible. Ces plateformes en trois parties disposent de tapis convergents de 1,04 mètre de large. Elles sont équipées de palpeurs pour la gestion de la hauteur de fauche, ainsi que de roues arrière. Les Truflex accèdent en option au dispositif V-IAS consistant à pulser de l’air sous pression derrière le lamier, afin d’éviter les pertes en empêchant les petites graines comme le colza de rebondir vers l'avant, hors du tablier. Cette ventilation est animée par une turbine connectée sur l'entraînement de la coupe.

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
Tracteurs et machines agricoles John Deere
Fin du litige entre John Deere et les agriculteurs américains : pourquoi la France n'est pas concernée
La fédération des agriculteurs américains a signé un accord avec John Deere qui octroie le droit aux agriculteurs de ne pas…
Le réglage correct d'une charrue passe par une bonne préparation du tracteur.
TUTO VIDÉO - Les 10 règles pour bien labourer avec sa charrue portée
Une charrue mal réglée coûte cher. En plus de fournir un travail de mauvaise qualité, elle entraîne une usure prématurée des…
Statu quo en 2022 concernant les parts de marché des chargeurs télescopiques
Immatriculations des chargeurs télescopiques en 2022 - Le trio de tête inchangé
En hausse, le marché des chargeurs télescopiques ne connaît pas de grands changements concernant les trois leaders Manitou, JCB…
Lève-tracteur Trakjak
Trakjak - Un lève-tracteur pour retirer les roues en toute sécurité
Le lève-tracteur Trakjak permet de retirer en toute sécurité les roues des tracteurs standards de toutes puissances, y compris …
En 2022, John Deere assoit sa position de leader des tracteurs en France. Fendt accède à la seconde place.
Classement officiel des immatriculations tracteurs 2022 - John Deere toujours leader, Fendt s'octroie la seconde place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Publicité