Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Moins de pertes au silo avec les godets trancheurs

Les godets désileurs trancheurs s’utilisent pour reprendre le fourrage au silo en assurant une découpe franche du front d’attaque. Ils servent aussi à sectionner les balles rondes, mais pour cette opération il existe également des pinces spécifiques.

La reprise de l’ensilage au tas avec une fourche à grapin ou une benne multifonction présente l’inconvénient de faire entrer de l’air dans le silo, de relancer la fermentation et d’engendrer des pertes par moisissure. Les godets désileurs à fraise rotative limitent ce phénomène, mais ils ont tendance pour certains à défibrer le fourrage. Ils trouvent aussi leur limite d’efficacité dans l’ensilage d’herbe, notamment en cas de brins longs issus de la récolte à la remorque autochargeuse. Ils sont également plus exigeants en entretien. Pour s’affranchir de ces problèmes, de nombreux fabricants proposent des godets trancheurs à système de coupe rigide (AP, BVL, Manitou, Redrock, Robert, Tanco…). Emily se démarque avec le modèle Scie’Rex à mouvement alternatif, dont le principe de fonctionnement assure une découpe nette, mais impose davantage de pièces en mouvement. Ces équipements, agissant comme une tenaille, garantissent une découpe franche du front d’attaque et s’utilisent aussi bien pour charger une remorque mélangeuse qu’un système d’alimentation automatisé. Certains éleveurs les exploitent également en déposant directement les cubes d’ensilage devant les cornadis des génisses, par exemple. Dans ce cas, comme le fourrage n’est pas détassé, il ne s’échauffe pas et se conserve plusieurs jours.  

Les doigts plus adaptés à l’ensilage d’herbe

Les godets trancheurs sont construits sur la base d’une fourche « type fumier » ou d’une benne. Leur partie tranchante demande un affûtage régulier des couteaux pour garder toute son efficacité. Elle est actionnée par des vérins dont la taille et la position définissent la plus ou moins grande capacité à couper l’ensilage. Plus leur fût est gros, plus ils sont puissants, à condition toutefois de disposer d’un engin de manutention fournissant suffisamment de pression hydraulique (180 à 200 bars). Les mouvements sont généralement plus lents et désiler avec un godet trancheur prend davantage de temps qu’avec une benne à grapin. L’acier employé et la conception sont déterminants dans la longévité, car l’équipement doit résister à de fortes contraintes. En fonction des marques et du dimensionnement, le prix de ces équipements varie de 4 000 à 15 000 euros. Les plus robustes coûtent deux fois plus chers qu’un godet multifonction de taille équivalente. Les modèles sur base de fourche sont particulièrement adaptés à l’ensilage d’herbe. Les doigts pénétrant entièrement dans le tas permettent d’extraire de gros blocs et donc de désiler rapidement. Ces variantes peuvent être complétées d’un éjecteur qui facilite le déchargement à plat. Elles sont parfois préférées aux désileuses de cubes pour remplir la cuisine d’un robot d’alimentation, car elles garantissent un meilleur débit de chantier et engendrent moins de frais d’entretien en raison de leur simplicité de conception. Les godets trancheurs à bennes présentent l’avantage, par rapport aux modèles à fourche, d’éviter les pertes durant la manipulation, surtout avec l’ensilage de maïs. Comme ils rencontrent des difficultés à pénétrer dans les silos d’herbe bien tassés, ils se remplissent par petites tranches, ce qui augmente la durée de désilage.

Des pinces spécifiques pour couper les balles

Les godets trancheurs s’emploient également pour couper les balles rondes avant de les charger dans la remorque mélangeuse. Cette pratique réduit le temps de démêlage et permet d’apporter des quantités précises de foin ou d’enrubannage. Philippe Coudeville, représentant de Redrock en France, met en garde par rapport à cette utilisation, car le risque est grand d’abimer la structure du godet si la balle n’est pas bien centrée par rapport au système de coupe. Il recommande alors de n’effectuer cette opération qu’avec des modèles de faible largeur. Par ailleurs, l’ouverture de la lame tranchante peut être insuffisante pour happer correctement la botte. Pour découper les balles rondes, il existe des pinces spécifiques proposées par différentes marques : AP, Eurofarm (AB), Göweil, McHale, Pronar, Tanco… Ces équipements s’accompagnent généralement d’un système retenant le film plastique et le filet, qui évite à l’opérateur de quitter la cabine à chaque botte distribuée. Ils sont plébiscités par les agriculteurs distribuant du fourrage enrubanné. Ces pinces ne sont en revanche pas toutes adaptées à la reprise directe au tas d’ensilage, en raison de l’écartement important entre les doigts de la fourche de certains modèles. Elles sectionnent la balle avec une lame pourvue de grosses sections. Comme pour les godets trancheurs, la capacité de coupe dépend de la taille des vérins et de l’état des couteaux, ainsi que de l’engin sur lequel ces outils sont montés. L’utilisation sur une chargeuse ou un télescopique donne généralement satisfaction, car ces automoteurs disposent d’un circuit hydraulique performant. Ceci n’est pas toujours le cas avec un tracteur équipé d’un chargeur frontal et mieux vaut s’assurer des débits et pressions réelles avant d’investir, afin d’éviter de mauvaises surprises.

Les plus lus

Lemken arrête la pulvé Réussir machinisme
Lemken arrête les pulvés conventionnels
Alors que Lemken présentait à l'automne leur pulvérisateur automoteur Nova, le constructeur allemand annonce l'arrêt de la…
Kevin Hengouet Ecimeuse automotrice Réussir machinisme
Une écimeuse automotrice récupératrice en autoconstruction
Céréalier à Saint-Ouen-sur-Iton, dans l'Orne, Kévin Hengouet a fait construire par Romain Bouillé une écimeuse automotrice à…
_RMA2005_ART_ESSAI_KUBOTA_DM3087_DM4032_FB
[Essai] - Combiné de fauche Kubota DM3087 et DM 4032 - Simplicité et efficacité
Nos journalistes essayeurs ont fauché plusieurs hectares d’herbe à différents stades. Bilan de l’essai de ce combiné de fauche de…
Grégoire Besson trouve un repreneur pour l'usine Rabe
Le groupe Grégoire Besson a finalement trouvé un repreneur Germano-Chinois pour son usine Rabe en Allemagne, dont il a cessé la…
Issu d'un partenariat avec Deutz, le prototype de chargeur télescopique Manitou MT1135 entièrement électrique est équipé d'une alimentation de 360 volts et d'un moteur électrique de 60 kW. En version hybride, la batterie de 30 kWh est installée sous le compartiment moteur et associée à un bloc diesel de 55 kW (75 kW sur le modèle d'origine). © Manitou
Le moteur de demain se précise
À court ou moyen terme, le moteur diesel n’est pas près de disparaître pour les véhicules lourds et puissants qui exigent une…
RMA2005_ART_TAB_PICKUP_Drupal
[COMPARATIF] - Cinq pick-up à cabine simple ou approfondie
Les modèles double cabine étant désormais affublés du malus écologique et de la TVS, en plus de l’impossibilité de récupérer la…
Publicité