Aller au contenu principal

Les engins de manutention électriques vont se multiplier à l’avenir

De plus en plus de constructeurs proposent des automoteurs de manutention électriques. La technologie évoluant, le nombre de modèles est amené à se développer.

De nombreux acteurs du secteur de la manutention agricole s’intéressent à l’animation électrique des valets de ferme, chargeuses et autres chargeurs télescopiques. Ils proposent pour la plupart plutôt des engins de faible puissance. Mais tous s’accordent à dire, l’évolution des technologies aidant, que l’offre électrique est amenée à s’étoffer vers le haut et que les performances vont progresser.

Selon les fabricants, la stratégie est plus ou moins poussée. Bon nombre d’entre eux ont fait le choix de partir d’un modèle existant et de remplacer le moteur diesel et la transmission par un pack de batteries et deux moteurs électriques. D’autres ont conçu des engins spécifiques, à l’image du chargeur télescopique e-Worker de Merlo qui rentre en phase de commercialisation. Capable d’atteindre 4,80 m de haut et de soulever 2,5 tonnes, l’e-Worker dispose de moteurs électriques directement dans les roues avant (non-directrices), et selon les modèles d’un moteur de roue pour l’essieu arrière à grand angle de braquage.

Des performances comparables, une autonomie réduite

Concernant les performances, constructeurs et premiers utilisateurs estiment qu’il n’y a pas de différences notables en termes de débit de chantier à la manutention. "Sur le 526-60e, comparativement à son équivalent thermique, en termes de déplacement, on aura une conduite un peu plus linéaire, très légèrement moins nerveuse, confie Maxime Lenoir, de JCB. Cela ne signifie pas pour autant que ces engins sont moins coupleux en traction/poussée."

Les seules différences notables restent la vitesse maximale d’avancement (12,5 à 20 km/h) et l’autonomie. Cette dernière est annoncée, selon les marques et les engins, entre 3,5 et 8 h en usage classique, et entre 2,5 et 5 h, en usage intensif. "Pour dimensionner notre batterie, nous avons considéré le temps d’utilisation classique de nos engins thermiques : 92 % d’entre eux ne dépassent pas 3 heures de travail quotidiennes", justifie Maxime Lenoir. Chez Merlo, l’e-Worker propose trois modes de travail concernant l’intensité d’utilisation souhaitée, inversement proportionnel à l’autonomie. Sur son valet de ferme 23e, Schäffer propose jusqu’à deux jeux de batteries pour augmenter l’autonomie.

Pour compenser cette limite, bon nombre de constructeurs proposent un super-chargeur monté sur 380 V en complément du chargeur classique sur 220 V. D’un temps de charge complet de 8 à 10 heures, on redescend entre 1 h 50 à 2 h 30, ce qui permet de doubler l’autonomie journalière, si l’on effectue une bonne pause le midi ou si l’on vaque momentanément à d’autres occupations. Aussi, certains constructeurs proposent des systèmes de recyclage et récupération d’énergie lors des phases de freinage ou de descente du bras, sans augmenter de manière substantielle l’autonomie. Certaines marques proposent de changer la batterie, par le biais de solutions de manutention optionnelles.

Une demande croissante

Dans le monde agricole, la demande est de plus en plus présente, aidée par une médiatisation forte des véhicules électriques, toutes catégories confondues. Ce sont fréquemment des agriculteurs déjà coutumiers de l’électricité qu’ils produisent sur la ferme (éoliennes, panneaux photovoltaïques, méthaniseurs) et pour lesquels, utiliser l’énergie produite sur l’exploitation fait sens. Le silence de fonctionnement constitue également un argument à l’achat de ces engins. Avec l’absence de vibrations dues à la motorisation thermique, il contribue au confort de l’opérateur. Seuls sont entendus les bruits d’hydraulique et de roulement.

Pour répondre à cette demande croissante, les constructeurs travaillent déjà à l’étoffement de l’offre, l’évolution forte des technologies et des performances de batteries étant favorable à l’amélioration des autonomies des premiers modèles et au déploiement sur des engins de manutention plus gros.

Pour ce qui est des batteries, il existe aujourd’hui deux familles : celles au plomb et celles au lithium-ion. Les premières bénéficient d’un savoir-faire et d’une expérience longue de plusieurs décennies, à l’image de celles qui équipent les chariots élévateurs dans les entrepôts. "Elles sont facilement recyclables et du fait de leur poids, participent à l’équilibre du chargeur", confie-t-on chez Merlo. Pour une bonne longévité de la batterie au plomb, il est préférable de la vider complètement. Ce qui n’est pas nécessaire avec le lithium-ion, plus chères à l’achat mais proposant un nombre de cycles beaucoup plus important (2 000 à 5 000 selon les marques).

Enfin, pour ce qui est de l’investissement, compter un surcoût allant de 30 % pour les modèles à batterie au plomb, à près du double pour certains modèles équipés de batteries au lithium. Mais l’absence de vidanges et le faible coût énergétique de l’électricité permettent un retour sur investissement entre 2 et 5 ans, selon les usages.

Lire aussi : Projet de loi de finances 2022 - Un amendement soutient l'achat de matériel agricole électrique non polluant

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
Un tracteur avec un outil porté de plus de 2,55 mètres de large est limité sur la route à 25 km/h.
Quand puis-je rouler à 50 ou 60 km/h avec mon tracteur ?
Les tractoristes livrent en France des tracteurs roulant à 50 km/h ou 60 km/h, mais est-il possible de circuler sur la voie…
Le dispositif FireSafe de Siwi autorise un dételage instantané de la presse en cas de départ de feu sur celle-ci.
[VIDEO] Siwi - Sauver le tracteur en cas d’incendie de presse
Le dispositif FireSafe du danois Siwi permet de dételer instantanément une presse à balles cubiques subissant un départ de feu.…
[SIMA 2022] Les tracteurs à découvrir sur le salon
Tour d’horizon des tracteurs à ne pas manquer sur le Sima qui ouvre ses portes demain.
Les tracteurs Fendt 300, 500 et 700 Vario peuvent désormais être équipés d'un kit de filtration pour faire passer la cabine en catégorie 4.
[SIMA 2022] Fendt - Les cabines des tracteurs 300, 500 et 700 Vario en catégorie 4
Le tractoriste allemand Fendt fait appel au spécialiste Seka pour proposer un kit de filtration faisant évoluer la cabine des…
[SIMA/VIDEO] - Case IH - Le Puma passe la barre des 300 ch
Case IH lance la nouvelle génération de Puma, avec un nouveau modèle, le Puma 260.
Publicité