Aller au contenu principal

Les charrues déchaumeuses plébiscitées pour le labour superficiel

Le labour à faible profondeur et le débit de chantier sont deux critères favorisant le développement des charrues déchaumeuses.

« Lorsque nous avons commencé à commercialiser les charrues déchaumeuses en 2005, nos clients exploitaient pour 80 % en bio et utilisaient ces machines pour le déchaumage. Ils découvraient simultanément l’intérêt du travail hors raie permettant l’utilisation de pneumatiques larges, voire dans les cas extrêmes de jumelages. Aujourd’hui, le profil des utilisateurs est plus varié, car ces machines sont davantage plébiscitées pour leur débit de chantier, assorti d’un prix d’achat plus attractif que celui des charrues classiques : environ 25 000 euros HT pour une dix corps Ovlac de 3,80 mètres de largeur de travail », précise Yann Taliercio, cogérant de la société Tadys. « Les charrues déchaumeuses sont généralement employées pour travailler entre 12 et 17 centimètres de profondeur. Elles ont la capacité de répartir les résidus végétaux sur le flanc du labour et non pas en fond de raie comme avec un modèle conventionnel. Cette spécificité garantit une meilleure décomposition de la matière organique en favorisant les échanges avec l’air et l’eau », indique Thibault van Daele, chef produit charrue chez Kverneland.

Favoriser la décomposition des résidus végétaux

Le labour à faible profondeur présente également l’avantage de maintenir la matière organique dans l’horizon superficiel et de limiter la consommation de carburant. « Les charrues déchaumeuses trouvent leurs limites en conditions grasses et demandent d’intervenir sur un sol bien ressuyé, avertit Yann Taliercio. Elles imposent également d’être rigoureux en termes de gestion du tapis végétal. L’idéal est de broyer les résidus végétaux avant de labourer. Plus les débris végétaux sont hachés et réduits, plus leur décomposition est accélérée. En revanche, le déchaumage préalable est déconseillé si sa profondeur représente plus d’un quart de la profondeur de labour, car la terre meuble est impossible à retourner dans le cas d’un travail à faible profondeur. »

 

 

 

Les plus lus

Le moteur 4 cylindres 4 litres JD4 de John Deere Power Systems, développé en collaboration avec Deutz, est beaucoup plus compact que l'habituel bloc 4,5 litres de la marque.
John Deere – Le nouveau moteur 4 cylindres 4 litres né d’un partenariat avec Deutz
Le motoriste John Deere Power Systems complète sa gamme de blocs 4 cylindres avec le modèle JD4 de 4 litres de cylindrée, offrant…
Cultivant des terres très superficielles sur roche calcaire, les adhérents engagés sur la charrue déchaumeuse labourent entre 7 et 8 cm de profondeur.
La charrue déchaumeuse en Cuma limite les coûts
Cinq adhérents de la Cuma de la Sueurre en Haute-Marne se partagent une charrue déchaumeuse de dix corps. Ils apprécient cette…
Classement officiel 2021 des ventes de tracteurs agricoles : John Deere immatricule toujours un tracteur sur cinq
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2021 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Pas de changement sur les trois premières marches du podium concernant les immatriculations de chargeurs télescopiques en 2021.
Immatriculations officielles 2021 des télescopiques - Toujours le même tiercé gagnant
L'Axema a dévoilé les chiffres des immatriculations des chargeurs télescopiques pour l'année 2021. Des ventes en hausse et un…
Destiné aux exploitations pratiquant le CTF (controlled traffic farming), ce système n'est pas proposé en France.
[VIDEO] - Krone fauche jusqu'à 13 mètres avec deux faucheuses traînées
Pour les marchés américains et australiens, Krone propose un système de châssis permettant de tracter et entraîner deux…
L'automoteur de pulvérisation Artec F40 est doté de buses à impulsion.
« Je délègue la pulvérisation à l’entreprise pour accéder à la technologie »
Double actif, Jacques Gourmaud a fait le choix de déléguer, entre autres, la pulvérisation pour accéder et profiter de la…
Publicité