Aller au contenu principal

Du 24 au 28 février à Paris-Nord Villepinte
Le Sima mise sur l’innovation utile

Accueillant 1 800 exposants, l’édition 2019 garde le cap de la prospective en mettant encore plus en avant les innovations et les start-up. Quatre grands enjeux seront mis à l’honneur lors de tables rondes.

Le Sima 2019 profite cette année d’une meilleure conjoncture par rapport à la précédente édition, avec un marché des agroéquipements en croissance. Une situation qui est toutefois loin de l’euphorie, la grande majorité des agriculteurs raisonnant de plus en plus finement leurs investissements dans le matériel, pour mieux faire face aux aléas des marchés et du climat. Raison pour laquelle les organisateurs du salon ont choisi la thématique : « L’innovation au service d’une agriculture compétitive ». Cette dernière est mise en avant au travers d’un nouveau Village de l’innovation implanté dans le hall 4. Cet espace présente les Sima Innovations Awards, ainsi que des portraits d’agriculteurs innovants. Il accueille également un atelier détaillant le cycle de vie d’une innovation, de l’idée initiale au lancement produit. Dans le même hall, l’espace dédié aux start-up progresse avec une trentaine de représentants réparties sur deux villages start-up. Des conférences ateliers auront lieu chaque jour. Principal représentant des start-up agricoles, La Ferme Digitale organise un Agri’Hackathon sur deux jours, les 25 et 26 février. Pendant 48 heures, codeurs et professionnels du secteur agricole tenteront de mettre au point des prototypes technologiques utilisant les données satellites.

Le numérique omniprésent

L’innovation, c’est aussi le palmarès des Sima innovation Awards qui décerne cette année 27 médailles, dont deux en or et cinq en argent. À noter que les citations se transforment cette année en médailles de bronze. Ce palmarès se répartit sur trois grandes tendances. La principale concerne le numérique, avec de nombreuses innovations basées sur les capteurs connectés. La qualité du travail et les performances des machines constituent la seconde tendance, illustrée notamment par les deux médailles d’or de Claas et Laforge, ainsi que la médaille d’argent de Sodijantes. Dernier thème mis en avant, la sécurité et le confort au travail regroupent des nouveautés plus pratiques que technologiques. Le palmarès du Sima perd cette année un peu de son caractère exclusif en primant des matériels déjà récompensés sur d’autres salons, ou déjà mis sur le marché depuis un certain temps. Les constructeurs n’attendent-ils plus le Sima pour dévoiler leurs innovations ?

De nouveaux exposants et des absents

Si le salon affiche un nombre d’exposants en hausse, avec notamment une progression de 12 % pour les internationaux, il doit aussi faire face à des défections et des baisses de surface. Absence la plus remarquée, celle de Grégoire Besson libère un espace important dans le hall 5a, permettant d’accueillir le tractoriste Case IH, qui était auparavant dans le hall 6. Des constructeurs comme Agrifac ou Agram ont également choisi de faire l’impasse. Chez les tractoristes, Massey Ferguson simplifie au maximum son stand en réduisant fortement le nombre de matériels exposés, tandis qu’Argo (McCormick et Landini) ampute d’un tiers sa surface.

LQ15682897C__RMA_SIMA_ART_INTRO_LEAD2.jpg

A savoir

EN PRATIQUE

Dates et horaires : Du dimanche 24 au jeudi 28 février de 8 h 30 à 18 h.

Tarif d’entrée (en ligne sur badge.simaonline.com / sur place) : visiteur individuel : 30 / 40 euros ; étudiant : gratuit / 40 euros ; groupe à partir de 10 personnes :  25 / 40 euros

Plan interactif sur www.simaonline.com

L’élevage au Simagena

Implanté comme il y a deux dans le Hall 2, le Simagena s’organise autour de plusieurs Open-show et ventes aux enchères animées par KBS Genetic, Beauvallet Plainmaison et Gènes Diffusion. Huit races bovines y seront représentées : Aubrac, Blonde d’Aquitaine, Salers, Charolaises, Limousines, Montbéliardes, Normandes et Prim’Holstein. Le Simagena profite également de la table ronde « Comment l’AgTech augmente la rentabilité des élevages ».

 

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
En Vendée, les machines agricoles ne peuvent travailler après 23 h.
Canicule - Le préfet de la Vendée autorise finalement les travaux de récolte nocturnes
[Mis à jour le 16/06/22 à 18h00] Par une dérogation dans un récent arrêté portant sur les nuisances sonores, la préfecture de…
Evolution des immatriculations de tracteurs standards par département en 2021
Le classement des départements qui immatriculent le plus de tracteurs agricoles standards
Lors de l’année 2021, les 20 premiers départements en termes d’immatriculations de tracteurs agricoles standards ont représenté…
Les travaux nocturnes sont régis par des arrêtés préfectoraux concernant les bruits de voisinage.
Travaux agricoles nocturnes et nuisances sonores - Qu'avez-vous le droit de faire ?
Moisson ou pulvérisation, les travaux agricoles nocturnes et les nuisances sonores qu'ils génèrent sont régis par des règles qui…
Vincent Deluppé utilise la fraise rotative pour détruire les couverts végétaux. Il apprécie cet outil pour sa capacité à couper, hacher, mélanger et affiner.
« La fraise rotative est devenue l’outil clé sur l’exploitation »
Agriculteur bio dans le Gers, Vincent Deluppé apprécie la fraise rotative pour sa capacité à détruire les adventices. Il…
Tous les matériels agricoles sont impactés par la hausse des matières premières, la pénurie de composants et des délais de livraison qui se rallongent.
Ventes de matériels agricoles neufs – Les délais de livraison dépassent un an
Tracteurs, moissonneuses-batteuses, ensileuses, pulvérisateurs, etc. Selon l'Axema, tous les matériels agricoles sont concernés…
Publicité