Aller au contenu principal

Machinisme : Actualité sur le matériel agricole : tracteur, moissonneuse-batteuse, ensileuse, travail du sol, charrue, semoir

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Isuzu D-Max 1.9 Ddi Space Planet
Isuzu D-Max 1.9 Ddi Space Planet - Le rustique de la bande

Après plus de 1 000 kilomètres sur tous les terrains à bord de l’Isuzu D-Max dans sa finition intermédiaire Planet, voici nos impressions sur ce pick-up de 164 chevaux.

Avec sa dernière génération de pick-up D-Max, Isuzu ne déroge pas à la tradition en proposant un véhicule dédié avant tout aux professionnels. Le modèle essayé, en cabine approfondie (Space) et avec le second niveau de finition Planet, ne fait pas dans la débauche d’équipements technologiques, mais offre l’essentiel, mis à part le régulateur de vitesse. Dans l’habitacle, le traitement de la planche de bord reste assez austère avec des plastiques durs. C’est sûr, le D-Max ne singe pas l’ambiance des SUV, comme le font certains de ses concurrents, mais au moins, on ne culpabilise pas de prendre le volant en bottes et tenue de travail !

Hormis quelques retouches de style sur la face avant, la principale évolution du D-Max concerne sa motorisation. Exit l’ancien 4 cylindres 2,5 l, place à un inédit 1,9 l de 164 ch. Ce bloc a la particularité de répondre à la norme Euro 6 en faisant l’impasse sur un système SCR et donc l’AdBlue, remplacé par un piège à NOx. Son turbo à géométrie variable lui permet de délivrer un couple de 360 Nm à 2 000 tr/min, une valeur honorable vu sa faible cylindrée, mais inférieure à celle de ses concurrents de puissance équivalente.

Les trains roulants du pick-up Isuzu n’évoluent pas, mis à part une version assouplie de la suspension arrière (3 lames au lieu de 5) réservée aux modèles double cabine. Coté sécurité, l’aide au démarrage en côte, la gestion de vitesse en descente et le contrôle de stabilité de la remorque font partie de l’équipement de série, dès l’entrée de gamme.

Enfin, l’avantage indéniable du D-Max face à ses concurrents reste son prix très compétitif.

On aime

Tarif abordable

Vocation utilitaire

Moteur nerveux

Simplicité d’utilisation

On aime moins

Habitacle vieillissant

Absence de régulateur de vitesse

Fermeté de la suspension

En action

Un moteur nerveux et une suspension ferme

 © G. Coisel

Sur les trajets routiers, le petit moteur est nerveux et offre des reprises étonnantes à condition de ne pas descendre à trop bas régime, où il devient un peu creux, trahissant sa faible cylindrée. Le D-Max a également l’avantage d’être un pick-up relativement léger (poids de 1,9 t) et de disposer d’une nouvelle boîte manuelle aux 6 rapports bien étagés. La consommation en profite, oscillant autour des 9 l sur les routes secondaires. Délivrant une tenue de route saine, la suspension est assez ferme à l’arrière, surtout à vide. Sans être fatigant, le niveau sonore dans l’habitacle n’est pas au niveau des meilleurs pick-up. Enfin, on apprécierait une direction plus légère à basse vitesse.

Le D-Max est à l’aise en tout terrain, bien aidé par une boîte au premier rapport court, qui compense le manque de couple à bas régime. Les assistances comme l’aide au démarrage en côte et la gestion de vitesse en descente sont utiles dans les fortes pentes. Elles n’ont toutefois pas empêché les glissades dans une prairie humide escarpée. Mais la faute semble être partagée avec les pneumatiques peu adaptés à cette situation. Dommage, le blocage de différentiel arrière n’est pas disponible, même en option.

La capacité de chargement de l’Isuzu est dans la bonne moyenne pour cette version à cabine approfondie, avec une caisse aux dimensions honorables. Sa charge utile d’une tonne et sa capacité de remorquage de 3,5 t sont appréciables. La suspension à lames encaisse bien la charge et devient plus souple lorsqu’il y a du poids dans la caisse.

La gamme - 3 versions et 6 finitions

 © Isuzu

Articulée autour d’une seule motorisation de 164 ch, la gamme D-Max se décline en trois versions de cabine : Single (simple), Space (approfondie) et Crew (double). Isuzu propose de nombreux niveaux de finition, surtout pour les modèles Space et Crew. En entrée de gamme, la finition Satellite est disponible avec les trois cabines, uniquement en boîte manuelle. C’est l’unique choix en simple cabine, avec une transmission 4x4 ou 4x2, le D-Max étant en effet l’un des rares pick-up en version 2 roues motrices, pour un prix d’appel à 17 600 euros HT. La finition Planet du modèle essayé impose la boîte manuelle, contrairement aux Solar et Solar Plus qui donnent accès à la boîte auto. La Solar (à partir de 26 430 euros HT) est à conseiller pour profiter du régulateur de vitesse et à l’écran tactile, la Solar Plus est inévitable pour bénéficier de la clim auto. En haut de gamme, deux finitions luxueuses Supernova et Quasar sont réservées à la version double cabine. Elles offrent des sièges en cuir, des commandes au volant, la navigation GPS et la compatibilité Apple CarPlay et Android Auto. Sans récupération de TVA (double cabine), ces finitions débutent à 36 400 euros TTC et seront affublées d’un malus de plus de 8 000 euros, à partir du 1er juillet 2019.

 

Le Regard de l'Expert

:-) Malgré un design assez sobre, le traitement de la face avant est particulièrement réussi, avec notamment l’intégration des feux de jour à leds dès l’entrée de gamme.

 

 © M. Portier

:-) La caisse, bien protégée par un carénage plastique intégral, affiche des dimensions suffisantes. Seule la distance entre les passages de roue de moins de 1,20 m n’autorise pas le chargement d’une europalette en largeur.

 

:-/Si la climatisation manuelle est de série dès le premier niveau de finition, la version automatique à l’agrément supérieur n’est pas proposée en option. Elle n’est disponible qu’à partir de la finition Solar Plus.

 

:- (Les manœuvres en marche arrière ne sont pas sécurisantes en l’absence de radar ou caméra de recul. Cette dernière est proposée en option, associée à un poste radio à écran tactile. Quant aux capteurs à ultrasons, ils sont tout bonnement indisponibles au catalogue.

À la loupe

Un habitacle à moderniser

 © M. Portier

La planche de bord du D-Max commence à dater. L’ensemble est bien agencé, mais les plastiques durs et le style manquant d’originalité font vraiment utilitaire. L’autoradio façon années 90 et les commandes de climatisation assez grossières n’arrangent rien. L’impression est sûrement très différente avec les finitions haut de gamme, équipées de la climatisation automatique et d’une radio à écran tactile. Isuzu soigne les aspects pratiques avec de nombreux rangements disséminés un peu partout : double boîte à gants, compartiment au-dessus de la planche de bord et sous l’accoudoir, porte-gobelets… Comme souvent sur les pick-up, le levier de vitesses génère un grand débattement. À côté du levier de frein à main, le sélecteur du mode de transmission est facile à manipuler.

Le tableau de bord, renouvelé lors du dernier restylage, apporte une touche moderne. Son ordinateur en position centrale affiche les informations essentielles. Il est lisible et simple d’utilisation.

Les portes à ouverture antagoniste dégagent bien l’accès à l’habitacle. Si les sièges avant procurent un bon confort, les strapontins arrière sont à utiliser uniquement en dépannage. On préférera utiliser cet espace pour le chargement de marchandises sensibles, que l’on ne souhaite pas mettre dans la caisse. En relevant les assises, on dispose de bacs de rangement.

Entretien

 © M. Portier

Une garantie de cinq ans

Le petit moteur du D-Max laisse beaucoup de place sous le capot pour faciliter l’accès aux filtres, niveaux et batterie. À noter que ce 4 cylindres dispose d’une distribution par chaîne, d’un réglage hydraulique (automatique) du jeu des soupapes et d’une courroie d’accessoires simple avec tendeur automatique. L’absence de réservoir d’AdBlue simplifie la gestion des pleins. Isuzu propose une garantie cinq ans et 100 000 km.

Fiche technique

Isuzu D-Max

Moteur/transmission

Puissance : 164 ch

Couple maxi : 360 Nm de 2 000 à 2 500 tr/min

Type de moteur : 4 cylindres en ligne

Cylindrée/puissance fiscale : 1 898 cm3/6 ch

Énergie : gazole

Type de transmission : boîte manuelle à 6 rapports

Châssis

Diamètre de braquage : 12,6 m

Type de suspension AV/AR : triangles indépendants à ressorts hélicoïdaux/essieu rigide et ressorts à lames

Pneumatiques : 245/70 R16

Dimensions du véhicule/poids

L/l/h : 5 295/1 860/1 780 mm

Empattement : 3 095 mm

Poids à vide : 1 900 kg

PTAC : 3 000 kg

PTRA : 6 000 kg

Charge utile : 1 025 kg

Réservoir de gazole : 73 l

Dimensions de la benne

L/l/h : 1 795/1 530/465 mm

Consommation (données constructeur)

Urbaine/extra urbaine/mixte : 7,6/6,6/7 l/100 km

Budget

Prix catalogue : 24 630 euros HT

Garantie : cinq ans ou 100 000 km

Pays de fabrication : Thaïlande

Les plus lus

Vignette
« De réelles économies avec la coupe à tapis »
La Cuma de l’Escut a investi l’an dernier dans une coupe flexible à tapis, dite Draper. Après 600 hectares récoltés, les…
Vignette
Trouver la machine adaptée à vos besoins
Le marché des épampreuses regorge de solutions techniques toutes plus diverses. Entre fils et lanières, le choix se fait sur le…
Vignette
« Notre autochargeuse transporte tous les fourrages »
La remorque autochargeuse du Gaec de la Fontaine à Locmalo (Morbihan) est exploitée dix mois de l’année à l’affouragement. Elle…
Vignette
Un caisson ravitailleur pour les granulés
Vigneron à Crézancy-en-Sancerre dans le Cher, Nicolas Millet a conçu un caisson pour charger son épandeur d’amendements…
Vignette
154 faucheuses conditionneuses portées & 74 faucheuses conditionneuses frontales
Les gammes de faucheuses conditionneuses portées accueillent de plus en plus de modèles doubles destinés aux combinaisons de…
Vignette
L’agent Michel Perrard repris par Adrien et Maxime Jouenne
Les nouveaux propriétaires des Ets Michel Perrard (Manche) souhaitent pérenniser la relation de proximité entretenue avec les…
Publicité