Aller au contenu principal

Machinisme : Actualité sur le matériel agricole : tracteur, moissonneuse-batteuse, ensileuse, travail du sol, charrue, semoir

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le pare-chocs réduit l’accidentologie

Marché confidentiel en France, les pare-chocs frontaux sur tracteur intriguent de plus en plus les agriculteurs.

En cas de collision, les pare-chocs frontaux repoussent les véhicules légers plutôt que de monter dessus. © Agribumper
En cas de collision, les pare-chocs frontaux repoussent les véhicules légers plutôt que de monter dessus.
© Agribumper

En France, chaque année, les tracteurs sont impliqués dans environ 200 accidents routiers, avec pour conséquences autour de 200 blessés et 50 morts (1). Et dans ce bilan, les victimes les plus touchées sont majoritairement les occupants des véhicules légers. La taille et la vitesse croissantes des tracteurs constituent des facteurs aggravants. Les montes de pneumatiques de plus en plus grandes font que les tracteurs grimpent d’autant plus facilement sur le capot des voitures et exposent leurs occupants. Ce constat n’est pas propre à la France. Le bilan au niveau européen se chiffre en milliers. D’autres pays, notamment en Europe du Nord (Allemagne, Belgique, Danemark, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Suède, etc.), se sont emparés du problème et ont vu émerger des pare-chocs montés sur le relevage avant des tracteurs. Du fait notamment de la forte densité de population, les Pays-Bas figurent parmi les pays où ces équipements se sont le plus démocratisés. La raison n’est pas liée à la réglementation, mais plutôt à une incitation financière de la part de certaines compagnies d’assurance ou de certains organismes agricoles. Résultat, le nombre de morts s’est réduit de manière significative, tout comme la gravité des blessures. En cas de choc frontal, du fait de la présence du pare-chocs avant, toute la façade avant de la voiture joue son rôle d’absorption du choc. Du côté du tracteur, le bilan se montre également positif. « De nuit, le comportement des automobilistes change avec les pare-chocs sur relevage avant, explique Hans Vercauteren, codirigeant d’Easymass, qui construit les pare-chocs pour le Néerlandais Agribumper et les distribue dans l’Hexagone. Ces équipements disposent souvent de feux de gabarit. Ainsi, l’automobiliste appréhende la largeur du convoi agricole, comparativement à un tracteur dont seuls les feux de route, rapprochés sur la calandre, éclairent l’avant. Avec un pare-chocs éclairé, le conducteur va freiner plus en amont. »

En France, les ventes sont beaucoup plus confidentielles et se chiffrent autour de 100 à 200 pare-chocs. « Cela interpelle certains visiteurs sur les salons, confie Aurélie Formont, en charge du marketing de Pateer. Mais le coût est souvent dissuasif. » Les principaux clients français sont des entreprises de travaux agricoles qui parcourent des milliers de kilomètres chaque année avec leur tracteur.

Pourtant, les constructeurs ne manquent pas d’ingéniosité pour donner de l’intérêt à ces outils. Certains modèles abritent un espace de rangement pour y loger des outils et/ou servent de masse. Quoi qu’il en soit, c’est un coût (pare-chocs seul) ou un surcoût de l’ordre de 2 000 euros.

Pateer - Bumpy, le pare-chocs qui absorbe

 

 
L’entreprise néerlandaise Pateer dispose d’un site de production à Bruz, au sud de Rennes. Baptisé Bumpy, son pare-chocs de 2,20 mètres de large est construit sur la base d’une structure métallique servant d’armature à un pare-chocs en polyéthylène. Ce polymère de forte densité permet, selon l’équipementier, d’absorber l’énergie et d’amortir le choc. Trois gammes sont proposées. D’un poids de 200 kg, Bumpy Eco s’appuie sur un cadre en acier simplifié, proposant un montage facile et rapide sur les crochets d’attelage du relevage avant avec les rotules. Le Bumpy Premium reçoit un cadre en acier renforcé de deux ailettes d’amortissement sur les côtés et d’un logement pour masse d’alourdissement (masse béton 600 ou 900 kg). Le Bumpy-B s’appuie sur une masse de fonte B Pateer de 600 ou 900 kg.

 

De série, ces Bumpy disposent d’un éclairage intégré comprenant feux de travail et feux de position à led de chaque côté du pare-chocs. En option, ils accèdent à la caméra, aux tiges de gabarit pour une meilleure appréhension de la largeur de l’équipement, ainsi qu’aux feux de gabarit.

Une évolution prochaine inclura un compartiment de rangement.

Agribumper - Un pare-chocs hollandais made in France

 

 
Si la société est néerlandaise, Agribumper sous-traite la fabrication à Guignicourt (Aisne), chez Easymass, qui en retour distribue ses produits en France. Agribumper peut monter ses pare-chocs sur les tracteurs dépourvus ou équipés de relevage. Sur ces derniers, le pare-chocs peut être fixé soit sur le relevage, soit en amont de celui-ci, soit au niveau de la base des bras de relevage. Dans les deux derniers cas, l’équipement n’entrave pas l’utilisation du relevage frontal et/ou de la prise de force avant.

 

Agribumper propose principalement deux gammes, Base-Line et Weight-Line, respectivement de 2,20 et 2,50 mètres de large et d’un poids à vide de 350 kg et 400 kg. Il est ensuite possible d’empiler des masses sur les parties extérieures et/ou sur la partie centrale — cela peut bloquer l’utilisation de la prise de force — afin de monter le lestage à 1 tonne sur les Base-Line et 1,6 tonne sur les Weight-Line, tout en conservant libre le relevage avant.

Sur la base des Weigth-Line, la gamme Easy-line combine le pare-chocs avec la masse. Proposée en poids de 1 à 2,8 tonnes, ce pare-chocs s’attelle sur le relevage trois points.

Ces pare-chocs disposent de série de feux de jour et de tiges de repère. En option, ils accèdent à la boîte à outils et aux dispositifs rétroréfléchissants.

Zuidberg - Un pare-chocs à largeur variable

 

 
Le Néerlandais Zuidberg propose trois modèles, un dit multifonctionnel de 200 kg et deux couplés à des masses d’un poids de 985 et 1 540 kg. Attelé sur les trois points de relevage ou sur un triangle d’accouplement rapide, le modèle multifonctionnel dispose d’une chape de remorquage intégrée et de pieds de supports, ainsi que d’une caisse à outils en option.

 

Tous ces pare-chocs reçoivent des marquages rétroréfléchissants, et, en option, des tiges de gabarit et des feux à led à chaque extrémité. Ils disposent de deux éléments coulissants montés sur charnières de chaque côté, avec des multiples positions, permettant de faire varier la largeur de 2,20 à 2,95 mètres, en fonction du gabarit du tracteur.

Euromasse/Lestagri - Un pare-chocs à effet chasse-neige

 

 
Les Bumpers sont construits sur la base des masses en fonte Euromasse (800 à 2 850 kg) ou en acier Lestagri (600 à 2 000 kg). De chaque côté de la masse, deux volets mobiles sont réglables en largeur (éléments coulissants) et en angle. Gilbert Noguès, le dirigeant des deux sociétés françaises, conseille de positionner les éléments extérieurs avec le plus d’angle possible, afin de faire glisser le véhicule sur le côté en cas de choc, plutôt que de la prendre frontalement. Il conseille également de replier intégralement les deux éléments au champ, afin qu’ils ne gênent pas dans les manœuvres de bout de champ.

 

De série, tous ces modèles disposent de dispositifs rétroréfléchissants, de feux à led, de feux de gabarit et de tiges de gabarit.

Sauter - Un pare-chocs modulable

 

 
Jusqu’ici, le spécialiste des prises de force et relevage frontaux, importé en France par Verzeaux SARL, proposait une gamme de pare-chocs avant montés sur relevage. Celle-ci se compose d’une structure de base d’un poids de 250 kg, composée d’un élément central et de deux éléments extérieurs montés sur articulation permettant de faire varier leur angle et donc la largeur du pare-chocs de 2,30 à 2,70 mètres. À chaque extrémité, le pare-chocs dispose de plaques réfléchissantes, de feux de position à leds et de tiges de repère visible depuis le poste de conduite. Sur l’élément central, il est possible de fixer jusqu’à 9 plaques de lestage de 90 kg chacune, un bac à remplir de béton (600 kg de lestage) ou une caisse à outils : le nombre de plaque de lestage de 90 kg est alors limité à deux. En sus, jusqu’à trois larges plaques de 250 kg peuvent être boulonnées par le bas. Le poids total maximal atteint alors 2,06 tonnes.

 

À l’occasion d’Agritechnica, Sauter redéfinit son offre et la décline en deux versions L et XL, la première reprenant sensiblement les caractéristiques citées ci-dessus, à l’exception de la largeur limitée à 2,50 mètres. Renforcée, la gamme XL propose une largeur comprise entre 2,50 et 2,70 mètres, un crochet d’attelage et peut être lestée jusqu’à atteindre 2,6 tonnes.

(1) Source : bilan de l’accidentalité du ministère des Transports.

Les plus lus

Vignette
Massey Ferguson - Quatre tracteurs en finition Next Edition
Massey Ferguson lance quatre modèles de tracteurs haute finition, qui seront dévoilés à Agritechnica.
Vignette
Le pare-chocs réduit l’accidentologie
Marché confidentiel en France, les pare-chocs frontaux sur tracteur intriguent de plus en plus les agriculteurs.
Vignette
New Holland - Un bec qui broie les chaumes de maïs
Deux après avoir été présenté pour la première fois, le broyeur sous bec Stalkbuster de Kemper est commercialisé par New Holland.
Vignette
CNH Industrial - Les vieux outils convertibles à l’Isobus
Isomax est un kit permettant de rendre un outil existant compatible Isobus.
Vignette
Joffrey Collemiche, WM Presta – Conduire un tracteur électrique est relaxant
L’entreprise de travaux viticoles WM Presta possède quatre tracteurs enjambeurs électriques sur son parc de six. Un choix…
Vignette
Precision Planting - Gestion automatique de la profondeur de travail
Le système SmartDepth de Precision Planting adapte en continu la profondeur de travail en fonction du taux d’humidité du sol.
Publicité