Aller au contenu principal

Le diesel omniprésent sur les SSV utilitaires

Plus économique à l’usage et efficace pour tracter de lourdes charges, le moteur diesel équipe une grande majorité des SSV (Side by Side Vehicule) à usage utilitaire. L’essence ne peut se justifier que pour les amateurs de plaisir de conduite utilisant leur engin à d’autres tâches moins professionnelles.

À première vue, lorsque l’on a goûté aux deux types d’énergie, il est plus facile d’être séduit par la nervosité et la réactivité du moteur essence, que par le couple à bas régime du diesel, sur un engin aussi agile que les SSV. Mais la réalité des conditions d’utilisation sur une exploitation agricole reprend vite le dessus au moment d’investir. Les statistiques d’immatriculations le confirment, les ventes de gros SSV offrant des capacités de charge et de traction compatibles avec un usage agricole concernent majoritairement des modèles carburant au gasoil. Dans cette catégorie, l’offre en SSV diesel s’est d’ailleurs récemment étoffée. Polaris a renouvelé l’an dernier son Ranger diesel, spécialement développé pour le marché européen. Kubota a de son côté complété sa gamme avec un second modèle diesel, le RTV-X1110. Précédemment, le Coréen Kioti est arrivé sur le marché avec une unique version diesel. Autre acteur historique, proposant depuis longtemps une déclinaison diesel de ses Gator, John Deere confirme la prédominance de cette énergie pour les gros modèles purement utilitaires, qui représente 80 à 90 % de ses ventes. Dans les principaux acteurs du marché, seul Can-Am semble faire exception en ne comptant aucun modèle diesel à sa gamme.

Le moteur diesel moins gourmand

Pour des applications agricoles, le diesel offre plusieurs avantages, à commencer par la disponibilité du GNR sur les exploitations, permettant de gérer un seul carburant. Ces moteurs, principalement fournis par Yanmar et Kubota, de 850 à 1150 cm3 de cylindrée selon les modèles, offrent une faible consommation (3 à 4 l/h) et un très bon couple à bas régime. En comparaison, les moteurs essence sont plus gourmands, notamment lorsqu’on les sollicite fortement à l’accélération. Le couple à bas régime du diesel semble également lui donner un avantage en termes d’adhérence pour se sortir de situations difficiles en conditions humides. En restant sous la barre des 25 chevaux, les SSV diesel ne sont pas contraints par les très sévères normes anti-pollution, permettant de faire l’impasse sur les dispositifs de post-traitement. Ils s’avèrent ainsi plus fiables que les blocs essence, tout en s’affichant à des tarifs similaires.

Le diesel un peu moins rapide

Le diesel a toutefois ses défauts, à commencer par son niveau sonore parfois élevé, notamment dans les cabines peu insonorisées. Mais selon les modèles, les moteurs essence ne sont guère plus discrets, spécialement à l’accélération. Autre élément en défaveur du diesel, leur homologation « tracteur » limite généralement leur vitesse maxi à 40 ou 50 km/h. Polaris fait cependant exception avec son Ranger diesel qui atteint les 60 km/h. Les SSV essence atteignent pour la plupart les 60 km/h. Cet avantage est toutefois à relativiser dans le cadre d’une activité agricole. Ainsi, les adeptes de l’essence sont surtout des utilisateurs habitués des randonnées sportives le week-end où la nervosité et la réactivité du moteur prennent tous leur sens. L’essence peut également convenir à ceux qui ne souhaitent pas investir près de 20 000 euros dans un SSV, en se contentant d’un modèle à la capacité de traction et de chargement plus modestes, doté d’un bloc essence de cylindrée inférieure, débutant entre 10 000 et 12 000 euros.

Les modèles de SSV diesel du marché

Corvus Terrain DX4, John Deere Gator XUV 855 et 865, Kawasaki Mule Pro-DX, Kioti UTV 2400, Kubota RTV-X900 et RTV-X1110, Polaris Ranger Diesel.

 

L’électrique pas encore au niveau

Les SSV à propulsion électrique ne sont encore pas très nombreux et se cantonnent souvent à des utilisations dans des collectivités ou des golfs, leurs capacités de chargement et de traction étant limitées. Seul, le Polaris Ranger EV sort du lot avec ses suspensions indépendantes, mais il est, comme tous les autres, handicapé par la capacité de ses batteries au plomb. Polaris, ainsi que John Deere, testent des versions avec batterie lithium-ion offrant davantage d’autonomie et de puissance. Toutefois, le poids supplémentaire et surtout le surcoût engendré par cette technologie ne les rendent pas pour l’instant commercialisables en Europe.

Les plus lus

Claas Xerion 5000 Trac VC sur le circuit allemand de Nürburgring
[Vidéo] - Un Claas Xerion 5000 flashé sur le mythique circuit de Nürburgring
Le magazine allemand auto motor und sport a testé un Claas Xerion 5000 Trac VC sur le mythique circuit allemand de Nürburgring.
Kuhn Aura Réussir machinisme FB
[VIDÉO] Kuhn - Une mélangeuse automotrice autonome
Avec son automoteur Aura, Kuhn automatise l’ensemble des étapes de l’alimentation, du désilage à la distribution, tout en…
sima_annule_FB.jpg
[Covid-19] - Le Sima 2021 malheureusement annulé
Le Sima est malheureusement victime à son tour de la crise sanitaire liée à la Covid-19. La prochaine édition, qui était…
JOHN_DEERE_6120M_FB
[ESSAI/VIDEO] - John Deere 6120M Premium - « Un milieu de gamme richement doté »
Éleveur à Saint-Germain-de-Montgommery, dans le Calvados, Sébastien Gautard a essayé durant une semaine le tracteur John Deere…
Valtra Série G tracteur Réussir machinisme
[VIDEO] - Valtra lance la série G
La nouvelle gamme de tracteurs de la série G s'inscrit entre la série A et la série N. Petit point sur cette nouvelle offre.
Vincent Reucheron délègue à l'ETA, depuis 26 ans, le transport de l'ensilage du maïs et le tassage du silo.
« Je délègue le transport et le tassage de l’ensilage à l’ETA pour limiter mes charges de mécanisation »
Chez Vincent Reucheron, le parc matériel est réduit au minimum. L’éleveur laitier préfère faire appel à l’ETA pour l’ensilage…
Publicité