Aller au contenu principal

Machinisme : Actualité sur le matériel agricole : tracteur, moissonneuse-batteuse, ensileuse, travail du sol, charrue, semoir

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’accent sur le bien-être de l’utilisateur

Les derniers développements opérés sur les engins de manutention portent particulièrement sur l’ergonomie de la cabine, la visibilité et le confort d’utilisation. Ils s’accompagnent de l’intégration d’automatismes facilitant la tâche du chauffeur.

 

L’accès à bord déterminant

Certains travaux obligent les chauffeurs à multiplier les montées et descentes de la cabine. La facilité d’accès au poste de conduite s’avère alors décisive et dépend notamment de la hauteur du plancher par rapport au sol. Les chariots télescopiques sont plus agréables sur ce point que les chargeuses au poste de conduite haut perché. Ceux à cabine surbaissée sont les plus confortables d’accès, mais présentent l’inconvénient d’une moins bonne visibilité que les variantes standard. Les marches doivent être bien disposées et suffisamment adhérentes. Les poignées de maintien doivent être judicieusement placées, afin de s’agripper aisément et d’avoir trois points d’appui (une main et deux pieds, ou deux mains et un pied sur la machine). Manitou se démarque avec son plancher échancré, qui, porte ouverte, donne un accès direct à l’unique marche.

Une vue panoramique

Très tendance, le pare-brise se prolongeant au-dessus de l’assise permet de garder un œil sur la charge durant toute sa montée. L’implantation plus basse du bras et le dessin plongeant du capot moteur dégagent davantage la vue vers la droite. Une solution pour ne pas entraver la visibilité vers l’arrière, retenue par Bobcat et Massey Ferguson, consiste à proposer une cabine sans montant arrière droit. Les chargeuses se démarquent sur le plan de la visibilité, grâce à la position haute de leur poste de pilotage. À leur bord, le chauffeur domine le chantier et profite d’une vue à 360 degrés. Sur toutes ces machines, les grandes surfaces vitrées imposent de disposer d’essuie-glaces performants, correctement positionnés et en nombre suffisant. L’agrandissement des vitres n’est pas sans conséquence sur la gestion de la température dans l’habitacle. Par temps ensoleillé, la climatisation n’a pas la même efficacité que celle d’un tracteur, de surcroît si le chauffeur enchaîne les allers et retours en cabine.

Le confort accru avec la cabine suspendue

Le confort à bord repose, chez la plupart des constructeurs, sur deux éléments : la qualité du siège et la suspension de flèche. Le chauffeur ne peut pas pleinement compter sur les pneumatiques qui, gonflés aux alentours de 3 bars, absorbent moins bien les à-coups que ceux des tracteurs disposant d’un plus grand volume d’air. Les italiens Dieci et Merlo se distinguent avec leur cabine à suspension hydropneumatique. Cette solution présente un réel intérêt, mais engendre en contrepartie un surcoût. Bobcat et Massey Ferguson proposent une solution plus économique sur certains de leurs modèles en intégrant une lame ressort reliant la cabine au châssis.

L’ordinateur de bord plus convivial

Les dernières générations de télescopiques s’inspirent des tracteurs en termes d’ordinateur de bord. Les compteurs analogiques laissent place aux écrans à l’affichage personnalisable. Cette évolution apporte une touche de modernité et permet d’épurer le tableau de bord, au grand bénéfice de la visibilité vers l’avant de l’engin.

Du temps gagné avec les automatismes

Les différents automatismes embarqués réduisent les actions sur le monolevier et limitent ainsi la fatigue du conducteur. Ils participent aussi à l’amélioration du débit de chantier. Par exemple, la mémorisation de la position limite les actions sur le joystick pour repositionner l’accessoire après le déchargement. Un seul appui suffit pour incliner l’outil, rentrer le bras tout en l’abaissant, alors que trois manipulations sont normalement nécessaires. Le secouage automatique est intéressant avec les produits collants. Il donne des à-coups au godet lorsqu’il arrive en butée de bennage. Une autre fonctionnalité garantit l’élévation équidistante de l’outil par rapport à l’avant de l’appareil ou d’un mur. Elle allonge automatiquement le télescope lors de la montée et le rétracte durant la descente.

Gérer la ventilation naturelle

La porte équipant les cabines des chariots télescopiques diffère de conception selon les marques. Elle se compose la plupart du temps de deux éléments, dont le supérieur se rabat complètement vers l’arrière. L’inférieur s’ouvre généralement partiellement, afin d’obliger le chauffeur à le refermer pour des raisons de sécurité. Merlo se distingue sur ce point avec sa porte en deux parties entièrement rabattables vers l’arrière. Avec ces précédentes configurations, la gestion de la ventilation naturelle est binaire : soit travailler avec la porte complètement fermée, soit laisser la partie supérieure ouverte. Il existe cependant chez certains fabricants, à l’instar de JCB, un loquet pour entrebâiller la vitre. L’adoption d’une porte monobloc avec vitre électrique, comme chez Dieci et Manitou, présente l’intérêt de pouvoir adapter le flux d’air. Ainsi s’il pleut, le chauffeur a la possibilité d’abaisser légèrement la vitre pour éviter la formation de buée, tout en restant abrité.

Les joysticks plus complets

Les joysticks de commande ne connaissent pas de véritable révolution. La plupart des firmes conservent, en effet, un dessin assez conventionnel. Seul Manitou se distingue avec son monolevier JSM sorti au milieu des années 2000, dont la forme épouse la paume de la main. La différenciation porte sur la position du joystick, qui est intégré ou non à l’accoudoir du siège et placé plus ou moins en contrebas pour poser naturellement la main. Le monolevier contrôle de multiples fonctions, comme l’inverseur de marche, afin de garder la main gauche sur le volant. Il accueille de plus en plus d’interrupteurs pour, par exemple, engager la position flottante ou rappeler les automatismes du bras télescopique. Certains intègrent sur leur face arrière, une gâchette à actionner pour déverrouiller les fonctions hydrauliques. Cette sécurité demande de bien prendre en main le joystick et ne permet donc pas de le manipuler du bout des doigts.

Le compartiment moteur bien optimisé

Les constructeurs de télescopiques s’attachent à intégrer le moteur, le bloc de refroidissement et les différents systèmes antipollution (DOC, FAP, SCR…) dans un compartiment le plus compact possible. Leur objectif est de préserver la visibilité vers la droite, tout en facilitant les opérations d’entretien. L’accessibilité varie en fonction de la position du moteur : longitudinale ou transversale. La vidange ou le remplacement d’un filtre demandent parfois de déposer un carter boulonné. Heureusement, les intervalles d’entretien généralement portés à 500 voire 600 heures limitent le nombre d’interventions annuelles. Sur ce point, les chargeuses se révèlent les plus confortables, l’emplacement arrière de leur moteur dégageant un bon accès aux différents composants.

Les plus lus

Vignette
Rabaud - Une remorque forestière à assistance hydraulique
La remorque Xylotrail de Rabaud est conçu pour le tranport de grumes.
Vignette
109 presses à balles rondes à chambre variable
Les presses à balles rondes a chambre variable restent les plus vendues en France.
Vignette
Michelin - Les pneus CargoXBib High Flotation en version VF
Le manufacturier Michelin complète son offre de pneus pour remorques à technologie Ultraflex.
Vignette
Weenat - Des tensiomètres plus robustes
Le spécialiste des solutions d’irrigation connectée optimise l’utilisation de ses sondes tensiomètriques et de son application…
Vignette
MyEasyFarm - La plateforme multiplie les partenariats
La plateforme d’échange de données MyEasyFarm propose une version collaborative, une place de marché et affiche de nouveaux…
Vignette
Bourgault - Des socs semeurs qui remuent peu de terre
Les socs VOS du Canadien Bourgault sont adaptés à la pratique dite de Low Disturbance consistant à remuer un minimum de terre…
Publicité