Aller au contenu principal

La charrue déchaumeuse en Cuma limite les coûts

Cinq adhérents de la Cuma de la Sueurre en Haute-Marne se partagent une charrue déchaumeuse de dix corps. Ils apprécient cette machine pour sa capacité à bien enfouir les débris végétaux en labour superficiel.

« Exploitant dans une région de polyculture élevage, je cultive des terres très superficielles, sur roche calcaire, qui imposent de travailler à faible profondeur. Alors que j’avais revendu en 1995 la charrue que je n’utilisais plus, j’ai depuis deux ans été obligé de reprendre le labour pour lutter contre le phénomène de graminées résistantes. J’ai alors formé, en 2019, avec quatre autres adhérents, dont trois en bio, un groupe au sein de la Cuma pour acheter une charrue déchaumeuse », précise Emmanuel Decorse, président de la Cuma de la Sueurre, localisée à Millières en Haute-Marne. La même année, une attaque de fusariose sur un blé implanté en direct derrière maïs a fini de convaincre l’agriculteur, en conduite conventionnelle, de revoir ses pratiques culturales. « J’avais récolté 40 quintaux par hectare, alors que le rendement moyen en blé sur mon exploitation se situe habituellement entre 60 et 65 quintaux. Désormais, chez moi le labour est redevenu systématique. C’est un des leviers pour diminuer l’indice de fréquence de traitement (IFT). »

200 chevaux pour une dix corps

La charrue Rapid Lab réversible de dix corps de 13 pouces, du fabricant haut-marnais Bugnot, se caractérise par son utilisation hors raie. « Ce modèle porté présente l’avantage de travailler sur une largeur de 3,33 mètres (NDLR : équivaut à une charrue huit corps classique en 16 pouces). Il est équipé de sécurités non-stop hydrauliques indispensables dans notre secteur très pierreux, mais il a en revanche l’inconvénient d’être lourd – 2 410 kg. Il impose par conséquent d’utiliser un tracteur d’au moins 200 chevaux lesté à l’avant d’une masse de 1 200 à 1 400 kg. » La vitesse de travail est en moyenne de 9 km/h et les adhérents labourent avec l’aide du guidage par GPS, une technique qui demande une certaine habitude. La charrue est aussi bien utilisée pour les labours d’été que ceux d’automne. « Je travaille à une profondeur de 7 à 8 cm et l’enfouissement des résidus est parfait à mon goût, même s’il reste bien sûr quelques végétaux en surface. Le labour en direct après la récolte du maïs ensilage est tout à fait satisfaisant. »

Les reprises à l’outil à disques

La charrue déchaumeuse est appréciée des adhérents en bio pour lutter contre la pression des adventices. Cependant, si le labour seul permet de freiner le développement du brome et du vulpin, la destruction de la luzerne semble être plus compliquée. « Mes collègues en bio passe d’abord des outils à dents pour fragiliser la plante, avant de labourer », remarque l’agriculteur. Il souligne que si les corps à 45 degrés de cette charrue (angle entre le contre-sep et le soc) donnent satisfaction dans les sols très légers et superficiels, ils conviennent moins bien dans les terres lourdes des secteurs voisins, où le constructeur préconise les modèles à 37 degrés. Pour la reprise du labour, Emmanuel Decorse, comme ses collègues de la Cuma engagés sur la charrue, utilise systématiquement un appareil à disques indépendants, de type Horsch Joker, Lemken Rubin ou Väderstad Carrier, pourvu d’un rouleau et d’un dispositif de nivellement. « Vu la faible profondeur de travail, pas question de passer un outil à dents qui remonterait les résidus en surface. »

200 hectares labourés par an

La charrue laboure en tout 200 hectares sur les cinq exploitations. Les adhérents engagés ont choisi un amortissement long, afin de limiter le coût d’utilisation. Cette machine, d’une valeur actuelle de 37 000 euros, revient alors à 15 euros par hectare.

La Cuma de la Sueurre en chiffres

40 adhérents, dont 5 engagés sur la charrue déchaumeuse

1 charrue déchaumeuse

3 épandeurs à fumier

2 tonnes à lisier

2 andaineurs à tapis

1 broyeur de pierres

1 aligneuse à cailloux

1 épareuse

1 semoir John Deere 750A

Le fond de raie découpé en deux temps

Sur la charrue déchaumeuse Bugnot, la lame arrière découpe la bande de terre laissée par le soc et qui sert de charnière pour faciliter le retournement de la bande de terre.
Sur la charrue déchaumeuse Bugnot, la lame arrière découpe la bande de terre laissée par le soc et qui sert de charnière pour faciliter le retournement de la bande de terre.
© Bugnot

La principale difficulté du labour à faible profondeur est de bien retourner la bande de terre, afin d’enfouir correctement les résidus végétaux. Pour y parvenir, la charrue Bugnot Rapid Lab, conçue pour travailler au maximum à 23 cm, dispose de socs ne tranchant que deux tiers du fond de raie, laissant ainsi une partie non découpée qui sert de charnière. Celle-ci est ensuite soumise à l’action d’une lame arrière qui coupe le tiers restant. Le bon enfouissement des débris est assuré par une rasette ou par le déflecteur monté au-dessus du versoir. Le constructeur haut-marnais propose par ailleurs deux types de corps de 13 pouces de large se différenciant par leur angle d’attaque. Le premier, de 37 degrés, est préconisé pour les sols limoneux et très argileux. Le second, de 45 degrés, est conseillé pour les terres légères et argilo-calcaires.

 

Les plus lus

Le moteur 4 cylindres 4 litres JD4 de John Deere Power Systems, développé en collaboration avec Deutz, est beaucoup plus compact que l'habituel bloc 4,5 litres de la marque.
John Deere – Le nouveau moteur 4 cylindres 4 litres né d’un partenariat avec Deutz
Le motoriste John Deere Power Systems complète sa gamme de blocs 4 cylindres avec le modèle JD4 de 4 litres de cylindrée, offrant…
Cultivant des terres très superficielles sur roche calcaire, les adhérents engagés sur la charrue déchaumeuse labourent entre 7 et 8 cm de profondeur.
La charrue déchaumeuse en Cuma limite les coûts
Cinq adhérents de la Cuma de la Sueurre en Haute-Marne se partagent une charrue déchaumeuse de dix corps. Ils apprécient cette…
Classement officiel 2021 des ventes de tracteurs agricoles : John Deere immatricule toujours un tracteur sur cinq
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2021 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Pas de changement sur les trois premières marches du podium concernant les immatriculations de chargeurs télescopiques en 2021.
Immatriculations officielles 2021 des télescopiques - Toujours le même tiercé gagnant
L'Axema a dévoilé les chiffres des immatriculations des chargeurs télescopiques pour l'année 2021. Des ventes en hausse et un…
Destiné aux exploitations pratiquant le CTF (controlled traffic farming), ce système n'est pas proposé en France.
[VIDEO] - Krone fauche jusqu'à 13 mètres avec deux faucheuses traînées
Pour les marchés américains et australiens, Krone propose un système de châssis permettant de tracter et entraîner deux…
[VIDEO] - New Holland présente sa nouvelle génération de tracteur T7 HD
New Holland dévoile la nouvelle génération de tracteurs T7 HD qui se veulent plus confortables et plus connectés.
Publicité