Aller au contenu principal

Keestrack acquiert Goldoni

Le belge Keestrack vient de se porter acquéreur du tractoriste Goldoni, le sauvant ainsi d'une faillite. 

Keestrack rachète Goldoni Réussir Machinisme
Issu du milieu agricole, le PDG de Keestrack a été séduit par les origines familiales de l'entreprise Goldoni.
© Keestrack

Spécialisée dans le matériel d'exploitation minière, de recyclage et de construction (concasseurs, cribleurs, fraiseuses routières, etc.), la société belge Keestrack vient de se porter acquéreur du constructeur de tracteurs spécialisés vignes et vergers Goldoni. Entreprise familiale, Goldini avait été racheté en 2015 par le géant chinois Foton Lovol et intégré à la filiale italienne Arbos. D'abord mise en liquidation au printemps dernier, Goldoni-Arbos avait été placée en situation de faillite. 

Cette acquisition, qui comprend l'usine de 10,2 hectares à Migliarina di Carpi, près de Modène (Emilie-Romagne) en Italie, va permettre de maintenir 110 des 179 salariés. Si le monde des concasseurs, cribleurs et fraiseuses routières peut sembler éloigné de celui des tracteurs spécialisés, Marcel Kerkhofs, responsable marketing de Keestracks, rappelle les origines agricoles du PDG Kees Hoogendoorn. Créée en 1988, l'entreprise belge a débuté dans la commercialisation d'équipements de construction, avant de se lancer en 1996 dans la construction de cribleurs. L'entreprise familiale compte aujourd'hui 800 salariés à travers le monde, dégage un chiffre d'affaires de 127 millions d'euros, dispose de quatre usines en Italie, en Tchéquie, en Inde et en Chine et est présente dans 70 pays. 

Keestrack entend s'appuyer sur le réseau Goldoni actuel, ainsi que sur les structures commerciales Keestrack pour relancer le dynamisme de Goldoni. La firme belge a déjà une stratégie claire pour relancer la production de tracteurs Goldoni dès que possible, en se concentrant sur la fabrication des meilleurs tracteurs spécialisés, transcars et motoculteurs, en alliant la tradition de Goldoni et l'innovation de Keestrack. "Nul doute que des investissements seront réalisés dans l'usine qui se prépare à l'industrie 4.0", explique Marcel Kerkhofs. 

Les plus lus

Tonnes à lisier buses interdites Réussir Machinisme
Les buses d’épandage bientôt interdites ?
Le plan d’action ministériel adopté en janvier 2021 vise à réduire les émissions de polluants atmosphériques issues des…
Benne à fond mouvant la Campagne de la SARL Setar Bibollet - Caisse et fond mouvant Socari
La Campagne – Une benne à fond mouvant de 64 mètres cubes à déchargement rapide
Le constructeur français La Campagne annonce l’arrivée d’une nouvelle génération de bennes à fond mouvant conciliant grande…
Robot Collect’Bouz de la start-up normande Bouz’Eco
Collect’Bouz spécial pâturage – Les bouses collectées au cul des vaches pour alimenter le méthaniseur
Après l’urinoir CowToilet de la société néerlandaise Hanskamp primé d’une médaille d’or au salon Eurotier 2020, la start-…
Les nouveaux Valtra N5 et T5 sont dès à présent disponibles, car la production a déjà débuté dans l'usine finlandaise du groupe Agco. © Valtra
Valtra – Le tableau de bord disparaît sur les tracteurs N5 et T5
La sortie des tracteurs Valtra N5 et T5 coïncide avec la célébration des 70 ans de la marque finlandaise, qui appartient depuis…
Faucheuse frontale Kuhn sur tracteur New Holland TM140 et remorque autochargeuse Strautmann
« J’ai réduit mon coût alimentaire à 68 euros les 1000 litres de lait avec l’affouragement en vert »
Gaëtan Le Meur, éleveur de montbéliardes à Plussulien, dans les Côtes-d’Armor, a remplacé sa remorque faucheuse autochargeuse par…
Le nettoyeur de roues Hydrokit est alimenté par une cuve frontale de 600 litres. © Hydrokit
Hydrokit – Un nettoyeur de roues embarqué sur le tracteur
Le nettoyeur de roues développé par Hydrokit sert pour les pneus du tracteur et du véhicule remorqué. Il s’utilise aussi pour…
Publicité