Aller au contenu principal

[ESSAI] Valtra G125 – « La manutention est son domaine de prédilection »

Yann Kastler, éleveur à Rostrenen dans les Côtes-d’Armor, fait le bilan d’une semaine au volant du tracteur Valtra G125 de 125 chevaux.

Les quatre modèles de la série G5 du tractoriste finlandais s’intercalent entre les séries A5 et N5. Ils ont remplacé au passage les trois plus petits modèles de l’ancienne série N4. Ces tracteurs de 105 à 135 ch sont motorisés par un quatre cylindres Agco Power 4,4 l répondant à la norme Stage V par une combinaison de post-traitement DOC, FAP et SCR implantée à droite au pied de la cabine. Tous les modèles profitent d’un boost de 5 ch, sauf le plus gros G135 qui gagne 10 ch. Le G125 essayé se démarque par son mode Eco, limitant le régime moteur pour atteindre le couple et la puissance maxi, de manière à favoriser les économies de carburant. Ces tracteurs assemblés en Finlande bénéficient d’une transmission semi-powershift à quatre gammes robotisées et six rapports sous charge, issue du groupe Agco.

Ils reprennent la structure de cabine de la série A5, caractérisée par son pare-brise arrondi et son large toit vitré. La série G5 profite en revanche d’une organisation spécifique des commandes, comprenant un accoudoir multifonction décliné en deux versions. Les deux premiers niveaux de finition HiTech et Active (celle du tracteur essayé) bénéficient d’un accoudoir simplifié, sans terminal, ni joystick multifonction. Pour disposer de ces derniers, il faut opter pour la finition Versu équipée de l’accoudoir SmartTouch. L’équipement hydraulique diffère également selon les finitions. En HiTech, le circuit à centre ouvert délivre 100 l/min, tandis que les Active et Versu profitent d’un circuit à centre fermé load sensing de 110 l/min. Les distributeurs arrière à commande électrique sont réservés au Versu.

Valtra propose également trois packs d’équipements. Le pack Confort intègre notamment le pont avant et la cabine suspendus, ainsi que les feux de travail à leds et, en option, la télémétrie. Le pack Technologie comprend en plus l’autoguidage et l’Isobus, auxquels s’ajoutent, avec le Pack Technologie Pro, la coupure de sections, la modulation, la gestion de tâche et un second écran tactile.

Les conditions du test

Réalisé à la mi-juin, l’essai du Valtra G125 a été perturbé par la météo. À la place des travaux de fenaison initialement prévus, le tracteur a broyé des pâtures avec un appareil à axe vertical et transporté du fumier avec une remorque de 16 t. Il a par ailleurs chargé des balles de foin au champ.

Les plus

+ Visibilité au chargeur

+ Accessibilité de la cabine

+ Simplicité des commandes

+ Stabilité

Les moins

- Commandes sur les ailes

- Insonorisation perfectible

- Visibilité du tableau de bord

- Détails de finition

Au travail « Un gabarit assez polyvalent »

 

 
Le tracteur Valtra G125 est bien équilibré pour les travaux au chargeur. © M. Portier
Le tracteur offre le compromis idéal pour les travaux de manutention : une excellente visibilité sur toute la course du chargeur, un bon débit hydraulique, un inverseur progressif et une bonne stabilité, y compris sans masse sur le relevage arrière. Le bon angle de braquage des roues impose de nombreux tours de volant. La direction à démultiplication variable proposée en option serait appréciable. Pour les travaux nécessitant de la précision d’approche, il faut s’habituer à la course assez longue des pédales de frein et d’embrayage. Quant à la fonction d’arrêt à la pédale de frein, elle ne m’a pas convaincu pour les travaux de manutention. Elle est sûrement plus efficace au pressage, par exemple. Le chargeur frontal intégré d’usine offre de belles performances. Je regrette seulement que pour son attelage, la connexion électrique ne soit pas intégrée au multicoupleur hydraulique.

 

 

 
Le tracteur Valtra G125 propose un mode Eco limitant le régime moteur. © M. Portier
Avec le broyeur peu gourmand en puissance, j’ai utilisé la prise de force économique, ce qui permet de réduire le régime moteur et de limiter le niveau sonore en cabine, qui reste toutefois un peu élevé. Sur ce genre de travail, le mode Eco de la gestion du moteur se justifie pour réduire la consommation, que je n’ai pas mesurée avec précision pour en tirer des conclusions.

 

 

 
Le tracteur Valtra G125 profite d'un moteur performant, mais qui s'entend un peut trop dans la cabine. © M. Portier
Au transport avec la benne chargée, le Valtra m’a paru très stable. Cela confirme le bon équilibre observé à la manutention. Ce tracteur doit certainement bien se défendre au travail du sol. Qu’il soit utilisé en mode Eco ou non, le moteur a de la ressource et tient bien la charge. La transmission est bien étagée avec ses six rapports powershift et peut se piloter en mode manuel ou automatique. En Auto 1, le passage des vitesses se fait en fonction de la charge. Ce mode m’a semblé plus efficace en charge qu’à vide, car il tarde parfois à passer le rapport supérieur. Pour mieux gérer le régime moteur de passage, il faut choisir le mode Auto 2, qui permet de sélectionner un régime mini et maxi. Le passage de deux gammes peut aussi être piloté par l’automatisme, mais j’ai préféré le conserver en manuel pour mieux anticiper la rupture de couple. Côté confort, la suspension du pont avant travaille efficacement, tandis que celle de la cabine manque un peu de souplesse à mon goût. Même si le régime moteur de 1 600 tr/min à 40 km/h aide à réduire le bruit dans l’habitacle, je confirme que cette cabine n’est pas la plus silencieuse de sa catégorie.

 

 

 
Le tracteur Valtra G125 est doté d'un piton d'attelage positionné assez haut. © M. Portier
L’attelage arrière est doté de bras de relevage assez longs, facilitant l’accrochage des outils compacts. Dommage en revanche que les commandes sur les ailes soient mal placées, sur le côté et trop en hauteur. Je m’étonne aussi qu’elles n’intègrent pas de série la prise de force. On dispose de trois distributeurs, ce qui me paraît suffisant. Le piton d’attelage est implanté assez haut : c’est un avantage pour la garde au sol, mais pour certaines géométries de flèche d’outils tractés, il faudra opter pour une version plus basse. Concernant le relevage frontal, son intégration est réussie. Il dispose de commandes extérieures pour ajuster sa position et piloter le distributeur hydraulique qui lui est associé.

 

En cabine « Au top pour la visibilité, en retrait pour l’insonorisation »

 

 
Le tracteur Valtra G125 reprend la même cabine que la série A. © M. Portier
L’accès à la cabine s’effectue par un large marchepied très bien conçu. Le fait d’opter pour la cabine d’un tracteur de catégorie inférieure impose quelques compromis. L’espace est suffisant et bien agencé, mais davantage de largeur permettrait d’être plus à l’aise avec un passager. La qualité de finition pèche un peu par endroits, sans que cela soit rédhibitoire. L’insonorisation me paraît également perfectible. En revanche, la visibilité est au top avec un capot très plongeant et un pare-brise arrondi séparé du grand toit vitré par une fine barre transversale. Les rétroviseurs grand-angle en une seule partie sont efficaces sans être trop imposants. À l’arrière, la vue sur le piton est améliorée par un petit rétroviseur sur le hayon. La climatisation manuelle est efficace avec plusieurs bouches d’aération dans le pavillon. On apprécie les nombreuses zones de rangement de différentes tailles, mais il en manque une fermée et ventilée.

 

 

 
Le tracteur Valtra G125 profite de commandes bien réparties et identifiées. © M. Portier
Les commandes sont très simples à prendre en main, grâce à une bonne identification. Elles sont réparties entre l’accoudoir multifonction, la console et le montant à droite. Seuls les trois distributeurs arrière sont à commande mécanique, leurs leviers étant agréables à manipuler. L’ergonomie de l’accoudoir est plutôt réussie. Le joystick hydraulique permet de piloter le chargeur ou le relevage avant. Au sommet, il dispose d’une petite gâchette permettant une gestion indépendante de la troisième fonction. Il n’intègre pas, en revanche, de boutons pour l’inverseur ou les rapports powershift. Pour ces derniers, il faut décaler sa main et manipuler le petit levier au fonctionnement très intuitif. En le basculant sur la droite, on passe en mode automatique. La sélection des feux de travail avec les boutons sur le montant droit est assez sommaire. En revanche, les projecteurs sont nombreux et bien répartis. Dommage que les versions à leds soient optionnels.

 

 

 
Le tracteur Valtra G125 profite d'un tableau de bord complet, mais dont la visibilité est très dépendante de la position du petit volant. © M. Portier
Le tableau de bord fixe nous contraint dans l’ajustement de la position du petit volant, si l’on souhaite accéder à un maximum d’informations en vision directe. Les deux petits écrans offrent une bonne qualité d’affichage. Celui de droite renseigne sur le rapport engagé, la vitesse et le régime moteur, tandis que celui de gauche fait office d’ordinateur de bord. On navigue facilement dans les différents menus à l’aide d’une commande en croix située sous le volant. On peut y ajuster les nombreux réglages de la transmission (automatismes, souplesse des rapports et de l’inverseur…), mais aussi les débits hydrauliques du chargeur.

 

Entretien « Des accès préservés malgré le petit capot »

 

 
Le tracteur Valtra G125 offre dans l'ensemble un accès aisé au points d’entretien. © M. Portier
L’ouverture du petit capot plongeant dégage bien l’accès au compartiment moteur. À l’avant, les radiateurs sont fixes mais assez espacés. Il faut retirer des petites trappes latérales pour pouvoir les nettoyer avec une soufflette équipée d’une rallonge. Le filtre à air positionné au-dessus du moteur se démonte facilement. Du même côté gauche, les filtres à gazole sont accessibles sans soulever le capot, ni démonter le panneau latéral. Idem du côté droit pour le filtre et la jauge à huile moteur. Cependant, pour atteindre ces deux derniers éléments, le bâti du chargeur et des tuyaux encombrent un peu le passage des mains. Le marchepied droit abrite une petite caisse à outils. Il dispose d’une première marche pivotante, qui permet de limiter le gabarit en largeur, lorsqu’il n’est pas utilisé. On pivote l’ensemble du marchepied pour accéder à la batterie, sachant que des bornes de démarrage sont présentes à droite du moteur. Le filtre d’habitacle se retire facilement à l’arrière du toit de la cabine, mais il faut monter sur le relevage.
 
Le tracteur Valtra G125 équipé d'un chargeur demande un peu d'adresse pour accéder à la jauge et au filtre à huile du moteur. © M. Portier

 

Fiche technique

Valtra G125 Active

Moteur

Puissance maxi sans/avec boost : 125/130 ch à 1 900 tr/min

Puissance maxi sans/avec boost en mode Eco : 115/125 ch à 1 750 tr/min

Couple maxi sans/avec boost : 520/540 Nm à 1 500 tr/min

Couple maxi sans/avec boost en mode Eco : 518/555 Nm à 1 250 tr/min

Cylindrée : 4 400 cm3

Norme et système de dépollution : Stage V avec DOC, FAP passif et SCR

Capacité d’huile du moteur : 15,75 l

Intervalle d’entretien : 600 h

Transmission

Type : semi-powershift à 4 gammes robotisées et 6 rapports sous charge

Nombre de rapports (av./ar.) : 24/24 (48/48 avec rampante en option)

Nombre de rapports entre 4 et 15 km/h : 12

Régime moteur à 43 km/h : 1 640 tr/min

Régimes de prise de force et régimes moteur correspondant : 540/540E/1000 à 1 920/1 560/1 964 tr/min

Circuit hydraulique

Type : centre fermé load sensing, avec pompe à débit variable

Débit et pression : 110 l/min à 200 bars

Volume d’huile hydraulique exportable : 24 l (44 en option)

Nombre de distributeurs de série : 2 (3 en option)

Relevage

Capacité aux rotules sur toute la course (ar./av.) : 5 075/2 900 kg

Dimensions

Capacité du réservoir de GNR/AdBlue : 200/21 l

Hauteur hors tout : 2,75 à 2,83 m

Empattement : 2,55 m

Rayon de braquage : 4,90 m

Poids à vide : 5 140 kg

PTAC : 9,5 t

Monte pneumatique du modèle essayé : 520/70R38 et 420/70R28

Budget

Prix catalogue du modèle essayé au 01/12/2021 (avec le chargeur et les options) : 132 440 euros HT

Les plus lus

Le moteur 4 cylindres 4 litres JD4 de John Deere Power Systems, développé en collaboration avec Deutz, est beaucoup plus compact que l'habituel bloc 4,5 litres de la marque.
John Deere – Le nouveau moteur 4 cylindres 4 litres né d’un partenariat avec Deutz
Le motoriste John Deere Power Systems complète sa gamme de blocs 4 cylindres avec le modèle JD4 de 4 litres de cylindrée, offrant…
Cultivant des terres très superficielles sur roche calcaire, les adhérents engagés sur la charrue déchaumeuse labourent entre 7 et 8 cm de profondeur.
La charrue déchaumeuse en Cuma limite les coûts
Cinq adhérents de la Cuma de la Sueurre en Haute-Marne se partagent une charrue déchaumeuse de dix corps. Ils apprécient cette…
Classement officiel 2021 des ventes de tracteurs agricoles : John Deere immatricule toujours un tracteur sur cinq
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2021 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Pas de changement sur les trois premières marches du podium concernant les immatriculations de chargeurs télescopiques en 2021.
Immatriculations officielles 2021 des télescopiques - Toujours le même tiercé gagnant
L'Axema a dévoilé les chiffres des immatriculations des chargeurs télescopiques pour l'année 2021. Des ventes en hausse et un…
Destiné aux exploitations pratiquant le CTF (controlled traffic farming), ce système n'est pas proposé en France.
[VIDEO] - Krone fauche jusqu'à 13 mètres avec deux faucheuses traînées
Pour les marchés américains et australiens, Krone propose un système de châssis permettant de tracter et entraîner deux…
[VIDEO] - New Holland présente sa nouvelle génération de tracteur T7 HD
New Holland dévoile la nouvelle génération de tracteurs T7 HD qui se veulent plus confortables et plus connectés.
Publicité