Aller au contenu principal

Machinisme : Actualité sur le matériel agricole : tracteur, moissonneuse-batteuse, ensileuse, travail du sol, charrue, semoir

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Deutz-Fahr 6165.4 RCshift : « Un gros 4 cylindres confortable »

Antoine Ollivier, éleveur à Plénée-Jugon dans les Côtes-d’Armor, se prononce après une semaine aux commandes du tracteur Deutz-Fahr 6165.4 RCShift de 157 chevaux.

Les trois modèles de tracteurs 4 cylindres 6.4 (149 à 163 chevaux) ont complété l’an dernier l’offre de la série 6 composée de six modèles 6 cylindres (149 à 201 chevaux). Les 6.4 se différencient ainsi par leur capot et leur empattement plus courts. Leur moteur Deutz 4,1 l est dépollué par une combinaison EGR, DOC, FAP et SCR pour répondre à la norme Tier 4f. Le 6165.4 essayé est le seul des trois modèles à disposer d’un boost de 6 chevaux. Ces tracteurs adoptent la récente transmission semi-powershift ZF (30/15) à 5 gammes et 6 rapports sous charge (3 en marche arrière). La version RCshift offre un passage de gammes robotisé et quatre modes de conduite : manuel, semi-auto, Full Auto Field et Full Auto Road. Sur route, la vitesse de 40 km/h est atteinte à un régime extrêmement bas de 1 158 tr/min. En version TTV, les 6.4 reçoivent la variation continue ZF Eccom 1.5. Ces tracteurs disposent d’une nouvelle suspension de pont avant et d’un relevage avant mieux intégré.

La dernière génération de cabine MaxiVision est désormais complètement séparée du compartiment moteur pour une meilleure isolation et une plus grande surface vitrée. Trois versions de toit vitré sont disponibles. Du côté des commandes, la version RCshift peut recevoir, comme sur le modèle essayé, un joystick multifonction sur l’accoudoir et le reste des commandes sur la console de droite, ou l’accoudoir multifonction identique à la version TTV. Le tableau de bord accueille un nouvel écran couleur. Au chapitre des options, on notera le terminal i-Monitor en 8" ou 12", l’éclairage full leds, l’autoguidage et la compatibilité isobus…

Les conditions du test

Testé au printemps, au moment de la préparation des semis de maïs, le tracteur a été attelé à un déchaumeur porté à trois rangées de dents de 4,50 mètres et à une herse rotative de 3 mètres. Au transport, il a tracté une remorque de 14 tonnes chargée de fumier.

Les plus

Capacité de relevage

Souplesse de la transmission

Accès pour l'entretien

Ergonomie des commandes

Les moins

Empattement un peu court

Hauteur de la cabine

Garde au sol sous l’attelage

Au travail « Il faut du poids sur le relevage avant »

LQ14892123C__RMA_ART_PEM_DEUTZ_FAHR_6165_4_SP1_1.JPG

L’empattement relativement court de ce gros 4 cylindres impose de mettre beaucoup de poids sur le relevage avant pour les travaux de traction. Avec une masse de 1,5 tonne, il s’en sort plutôt bien, attelé au lourd déchaumeur à dents. On perd moins d’un kilomètre par heure par rapport à notre six cylindres de puissance équivalente, à consommation identique. Le moteur est plutôt réactif, bien secondé par le bon étagement de la transmission. Cinq gammes, c’est même presque un peu trop à mon goût. Au champ, j’utilise le mode manuel, car je trouve que le mode auto change trop souvent de rapport. Peut-être n’ai-je pas suffisamment affiné les réglages ? En bout de champ, j’ai été bluffé par la rapidité du relevage, qui a une capacité exceptionnelle pour un quatre cylindres. L’automatisme ASM, qui pilote le pont avant et le différentiel, m’a séduit par son efficacité.

Pour les travaux à la prise de force comme la herse rotative, le moteur 4 cylindres est avantageux. Dommage qu’il se fasse un peu trop entendre à haut régime. Le tracteur tourne court, grâce à son gabarit compact en longueur. Par contre, la cabine est haut perchée, le sommet du toit est à plus de 3 mètres, ce qui peut être limitant pour une utilisation dans certains bâtiments.

Au transport, le mode automatique de la transmission est très efficace pour aller chercher les bas régimes, rendant le moteur plutôt économe. Le passage progressif des rapports et l’efficacité de la suspension du pont avant procurent un bon confort. Habitué aux suspensions de cabine plutôt souples, je trouve celle du Deutz-Fahr un peu trop dure. Question d’habitude… Fonction utile aux carrefours, la transmission permet une gestion de l’arrêt et du redémarrage uniquement à la pédale de frein. C’est aussi certainement très utile au pressage.

L’attelage arrière s’illustre par le dimensionnement généreux du relevage et par les molettes de réglage du débit des distributeurs accessibles depuis la cabine. En revanche, je trouve que les prises du freinage hydraulique double ligne sont trop proches et en retrait des distributeurs. En partie basse, le support de la barre oscillante limite trop la garde au sol, que l’on mesure à 34 centimètres.

En cabine « Des commandes simples et ergonomiques »

LQ14892123C__RMA_ART_PEM_DEUTZ_FAHR_6165_4_SP2_2.JPG

Cette cabine n’est pas la plus spacieuse, mais je ne m’y sens pas à l’étroit. Pour autant, l’accès au poste de conduite pourrait être facilité par une colonne de direction mieux escamotée et un siège passager moins encombrant. Ce dernier est toutefois très confortable. À noter également l’absence de porte à droite, qui peut être contraignante en élevage. Les rangements sont nombreux et la finition me parait satisfaisante. J’ai aussi apprécié l’efficacité de la clim' avec ses nombreuses bouches d’aération bien réparties. Malgré une largeur de cabine modeste, la visibilité sur l’avant est bien dégagée par le capot étroit et un peu plongeant. Dommage que les gros supports de phares et la caisse à outil masquent une partie du champ de vision. La visibilité sur les côtés et sur l’attelage arrière est excellente.

Les commandes sont ergonomiques et bien identifiées. La prise en main est rapide. Il n’y a pas grand-chose à redire, si ce n’est le déverrouillage fastidieux du relevage et l’emplacement inadapté d’une petite commande en croix, à la base du montant, qui sert à naviguer dans les menus de l’ordinateur de bord. À droite du distributeur en croix, la molette de réglage de l’automatisme de transmission est pratique, mais manque de repère chiffré. Sur l’accoudoir, le joystick est très agréable à piloter et regroupe de nombreuses fonctions : mode de transmission, mise au neutre, relevage arrière, vitesse mémorisée, débrayage, inverseur, séquence de bout de champ et deux distributeurs (un seul actif pour le relevage avant). Seul reproche, j’ai tendance à confondre le bouton d’arrêt du relevage avec les boutons d’inverseur qui sont juste à côté. Sur l’accoudoir, je note la présence de deux régimes moteur mémorisés et d’un emplacement pour un joystick hydraulique.

Le tableau de bord accueille un grand écran couleur rassemblant toutes les infos essentielles avec un affichage bien organisé et des menus clairs et simples d’accès. La commande d’inverseur m’a plu, avec sa molette qui permet de régler directement l’agressivité.

Entretien « Beaucoup d’aspects pratiques »

LQ14892123C__RMA_ART_PEM_DEUTZ_FAHR_6165_4_SP3.JPG

Une fois le capot très stylé relevé, on découvre un agencement bien pensé des radiateurs, qui se déploient avec des vérins à gaz pour un accès complet. À l’avant des radiateurs, le démontage du filtre à air est tout aussi facile. Je note au passage la bonne intégration du relevage avant. De part et d’autre du moteur, l’accès aux filtres à huile, à gazole et à la jauge se fait sans encombre. À droite de la cabine, la batterie et les plots de démarrage sont bien protégés dans deux compartiments distincts et accessibles. En l’absence de porte, il n’y a qu’une petite échelle d’accès. De l’autre côté, le réservoir de GNR a un volume un peu juste pour les longues journées de travaux.

Fiche Technique

Moteur

Puissance nominale (ECE R 120) : 157 ch à 2 100 tr/min

Puissance maxi (ECE R 120) sans/avec boost : 164/171 ch à 1 900 tr/min

Couple maxi : 669 Nm à 1 400 tr/min

Cylindrée : 4 038 cm3

Norme et système de dépollution : Tier 4f (Stage V ready) avec EGR, DOC, FAP passif et SCR

Capacité d’huile du moteur : 17 l

Espace entre chaque vidange : 500 h

Transmission

Type : semi-powershift à gammes robotisées

Nombre de rapports (av/ar) : 30/15 (54/27 avec super-réducteur)

Nombre de rapports entre 4 et 15 km/h : 17

Régime moteur à 40 km/h : 1 158 tr/min

Régimes de prise de force et régime moteur correspondant :

540/1 000 à 1 900 tr/min et 540E/1 000E à 1 600 tr/min

Circuit hydraulique

Type : centre fermé LS avec pompe à cylindrée variable

Débit : 120 l/min

Volume d’huile hydraulique exportable : 40 l

Nombre de distributeurs arrière de série : 4

Relevage

Capacité aux rotules sur toute la course (av/ar) : 4 110/9 700 kg

Dimensions

Capacité du réservoir (GNR/AdBlue) : 225/28 l

Hauteur hors tout : 2,92 à 3,03 m (suivant pneus)

Empattement : 2,54 m

Poids à vide : 7 400 kg

PTAC : 11 500 kg

Monte pneumatique du modèle essayé : 420/85 R28 et 520/85 R38

Prix catalogue de base au 01/12/18 : 135 810 € HT

Les plus lus

Vignette
« De réelles économies avec la coupe à tapis »
La Cuma de l’Escut a investi l’an dernier dans une coupe flexible à tapis, dite Draper. Après 600 hectares récoltés, les…
Vignette
« Notre autochargeuse transporte tous les fourrages »
La remorque autochargeuse du Gaec de la Fontaine à Locmalo (Morbihan) est exploitée dix mois de l’année à l’affouragement. Elle…
Vignette
Connectez vos outils !
Rendre des outils connectés est vecteur de traçabilité et de sérénité. Des start-up proposent des compteurs connectés…
Vignette
Stecomat importe Schmötzer
Stecomat cesse sa collaboration avec Steketee pour travailler avec le spécialiste du binage Schmötzer.
Vignette
Trouver la machine adaptée à vos besoins
Le marché des épampreuses regorge de solutions techniques toutes plus diverses. Entre fils et lanières, le choix se fait sur le…
Vignette
Un caisson ravitailleur pour les granulés
Vigneron à Crézancy-en-Sancerre dans le Cher, Nicolas Millet a conçu un caisson pour charger son épandeur d’amendements…
Publicité