Aller au contenu principal

Des pneus de plus en plus connectés

Les pneus n’échappent pas au numérique. De nouvelles informations sont désormais disponibles en cabine, via des capteurs.

Ces dernières années, les manufacturiers ont vu leur catalogue s’étoffer et se diversifier avec l’arrivée de capteurs. Les premiers arrivés sur le marché des pneumatiques agricoles sont le TPMS, pour Tire Pressure Monitoring Systems  ou systèmes de gestion de la pression des pneumatiques. Placés en lieu et place de la valve, ces capteurs communiquent sans fil avec un petit moniteur en cabine informant de la pression, voire de la température dans chaque pneu. Des seuils peuvent être paramétrés, avertissant alors le chauffeur d’une chute de pression trahissant une fuite ou encore d’une surchauffe liée à une vitesse trop élevée par rapport à la charge. Ces informations évitent ainsi d’arriver dans des contextes risquant rapidement dégrader le pneumatique. Si les boîtiers, pouvant recevoir l’information de 16 pneus maximum (selon les modèles), sont généralement alimentés par une prise 12 volts, les capteurs disposent de leur propre source d’énergie, affichant une autonomie de 5 ans. Seule contrainte, ils ne sont pas compatibles avec un remplissage à l’eau du pneu. Compter entre 350 et 450 euros pour l’équipement de quatre pneumatiques.

En 2019, Trelleborg a connecté ces capteurs au système de télégonflage CTIS+ codéveloppé avec Dana, ainsi qu’à son application de calcul de la charge TLC Plus (Trelleborg Loac Calculator Plus). Le chauffeur du tracteur peut ainsi faire varier la pression des pneus directement depuis la cabine, en fonction de la pression recommandée, déterminée par le calculateur de charge. Il mesure les écarts potentiels entre la pression optimale et la pression de gonflage réelle des pneus et relaie ces informations, avec les ajustements recommandés, via une connectivité sans fil à l'appareil mobile ou à l’ordinateur du chef d’exploitation via le cloud.

L’automne dernier, Continental et Nokian ont également dévoilé leur propre capteur. Celui-ci est collé sur la face intérieure du pneu, et non à la place de la valve. Le modèle de Continental informe de la température et de la pression et équipe de série les nouveaux pneumatiques VF TractorMaster Hybrid.

Affichant une autonomie de 5 ans, le capteur Intuitu de Nokian augmente d’un an la garantie du pneu Nokian qui en est équipé et communique avec l’application du smartphone. Cette application peut enregistrer les informations de toute une flotte de véhicule (jusqu’à 200). Ces données peuvent être transmises, avec l’accord du propriétaire de la machine, aux services de support technique, mais aussi de recherche et développement. Ce dernier bénéficie ainsi d’un volume conséquent de paramètres pouvant servir à l’amélioration des pneumatiques. Si à son lancement, seules la pression et la température sont disponibles, elles seront complétées au cours de l’année 2020 par d’autres informations, à commencer par le taux d’usure.

Les plus lus

Claas Xerion 5000 Trac VC sur le circuit allemand de Nürburgring
[Vidéo] - Un Claas Xerion 5000 flashé sur le mythique circuit de Nürburgring
Le magazine allemand auto motor und sport a testé un Claas Xerion 5000 Trac VC sur le mythique circuit allemand de Nürburgring.
Kuhn Aura Réussir machinisme FB
[VIDÉO] Kuhn - Une mélangeuse automotrice autonome
Avec son automoteur Aura, Kuhn automatise l’ensemble des étapes de l’alimentation, du désilage à la distribution, tout en…
sima_annule_FB.jpg
[Covid-19] - Le Sima 2021 malheureusement annulé
Le Sima est malheureusement victime à son tour de la crise sanitaire liée à la Covid-19. La prochaine édition, qui était…
JOHN_DEERE_6120M_FB
[ESSAI/VIDEO] - John Deere 6120M Premium - « Un milieu de gamme richement doté »
Éleveur à Saint-Germain-de-Montgommery, dans le Calvados, Sébastien Gautard a essayé durant une semaine le tracteur John Deere…
Valtra Série G tracteur Réussir machinisme
[VIDEO] - Valtra lance la série G
La nouvelle gamme de tracteurs de la série G s'inscrit entre la série A et la série N. Petit point sur cette nouvelle offre.
Vincent Reucheron délègue à l'ETA, depuis 26 ans, le transport de l'ensilage du maïs et le tassage du silo.
« Je délègue le transport et le tassage de l’ensilage à l’ETA pour limiter mes charges de mécanisation »
Chez Vincent Reucheron, le parc matériel est réduit au minimum. L’éleveur laitier préfère faire appel à l’ETA pour l’ensilage…
Publicité