Aller au contenu principal

Contrôle technique du chargeur frontal ou du télescopique : une opération à réaliser soi-même

La vérification générale périodique (VGP) des chargeurs frontaux, télescopiques et valets de ferme est obligatoire dans les structures agricoles employant de la main-d’œuvre. Ce contrôle technique peut être réalisé par le chef d’entreprise, à condition d’avoir suivi une formation qualifiante.

La vérification générale périodique (VGP) est à renouveler tous les 12 mois pour les tracteurs avec chargeur frontal, des ensembles considérés comme des engins de manutention. Cette périodicité descend à six mois pour les télescopiques et les valets de ferme, qui intègrent, eux la catégorie des engins de levage. Ce contrôle technique est obligatoire dans les exploitations, Cuma et ETA accueillant des salariés, des stagiaires, des apprentis et même des vachers de remplacement. Le rapport de vérification peut notamment être demandé par l’inspection du travail de l’emploi et de la politique sociale agricoles (ITEPSA). Dans les faits, l’opération est encore peu réalisée dans les exploitations et la confier à une société spécialisée coûte cher. La facture peut, en effet, atteindre 100 à 200 euros par matériel. « Les agriculteurs et entrepreneurs peuvent effectuer la VGP s’ils sont au préalable formés », précise Christian Savary, de la chambre d’agriculture de Normandie. Le conseiller machinisme dispense d’ailleurs chaque année plusieurs sessions auprès d’employeurs du monde agricole. Ces derniers repartent alors avec une qualification les autorisant à effectuer le contrôle des matériels uniquement dans leur entreprise.

Une liste des vérifications complète

L’agriculteur ou l’entrepreneur de travaux agricoles qualifié pour réaliser la VGP doit connaître la réglementation, les règles de conduite en sécurité et les différentes étapes du processus de vérification. Ces professionnels doivent aussi être en phase avec les dernières évolutions relatives aux contrôles. Pour chaque engin, ils réalisent un examen de l’état de conservation, dont l’objectif est de valider l’intégrité et de déceler toute détérioration susceptible de causer une situation dangereuse. Tous les composants sont à vérifier. Sur un ensemble tracteur avec chargeur frontal, le rapport de vérification recense plus de 80 points. Sont alors contrôlés les pneumatiques, les jantes, les lignes hydrauliques, les niveaux d’huile, les marchepieds, le siège, l’état du brancard, les vérins, le levier de commande… Pour les télescopiques, des contrôles supplémentaires relatifs aux dispositifs de maintien et d’arrêt de la charge sont nécessaires. Ces automoteurs sont d’abord des engins de levage et disposent de clapets de sécurité, ainsi que de systèmes bloquant les mouvements aggravants, qui méritent des mesures spécifiques.

Valider l’adéquation machine utilisée et travaux à réaliser

Tout employeur doit établir dans son entreprise un document unique d’évaluation des risques professionnels (DUER). Il est ainsi appelé à effectuer un examen d’adéquation consistant à vérifier que l’engin utilisé (tracteur avec chargeur, télescopique…) est approprié aux travaux à réaliser. Cette étape peut, par exemple, se traduire par l’établissement d’une consigne obligeant à accrocher un contrepoids sur le relevage arrière du tracteur dès que le chargeur frontal manipule des charges lourdes, telles que des balles d’enrubannage. Le chef d’entreprise doit également s’assurer que l’outil équipant l’engin est correctement dimensionné. Il peut, par exemple, interdire l’utilisation d’un grand godet à céréales pour la manipulation de terre. Ces précédentes règles sont à consigner dans le DUER et bien sûr à respecter par le salarié.

A lire aussi : Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité 

Les plus lus

Demandant des tracteurs de 85-90 ch, les petites combinaisons de fauche triples, qui commencent à 7,24 m de large, offrent un bon suivi de sol, comparativement à une faucheuse arrière latérale de 4 à 4,40 m.  © Pöttinger
Les faucheuses triples sans conditionneur séduisent les éleveurs
Depuis deux ans, les ventes d’ensembles de fauche frontale et double lamier arrière connaissent une croissance forte. Ces…
[VIDEO] SIP - Le groupe de fauche de 15 mètres en démonstration en Normandie
Le groupe de fauche Silvercut Disc 1500 T du constructeur slovène SIP a récemment déployé ses ailes dans la campagne normande.…
Siwi attelage rapide Oria Agriculture Réussir Machinisme
[VIDEO] - Siwi, le dételage instantané importé en France par Oria Agriculture
Oria Agriculture importe le système d'attelage instantané Siwi Combi-Hitch. 
Frédéric Lefeuvre, éleveur en Gaec à Derval en Loire-Atlantique. « La combinaison de fauche sans conditionneur est peu gourmande en puissance. » © M. Portier
« Une combinaison de fauche triple sans conditionneur pour gagner du débit de chantier tout en faisant des économies »
Le Gaec Lefeuvre à Derval en Loire-Atlantique, a abandonné le conditionneur en passant d’une combinaison de fauche double à une…
Fliegl propose un déchaumeur à disques chaînés.  © Fliegl
Fliegl - Un déchaumeur à disques chaînés de 7 m
Le déchaumeur à quatre chaînes de disques KSE de Fliegl assure un bon suivi du terrain.
Claas france Ymeray Réussir machinisme
Claas inaugure son technopôle à Ymeray
Depuis le 31 août dernier, 200 collaborateurs Claas ont investi le nouveau site d'Ymeray (Eure-et-Loir). Crise sanitaire oblige,…
Publicité