Aller au contenu principal

Comment les constructeurs préservent l’hygiène de traite de leur robot ?

Afin de réduire au maximum les risques de mammite et de contamination du lait, les robots de traite bénéficient de cycles de nettoyage et désinfection. Ils disposent également de diverses solutions pour le nettoyage et le trempage des trayons.

Utilisé 24/24 h et 7/7 j, le robot de traite impose une approche très rigoureuse du nettoyage et de la désinfection de tous les composants de l’installation en contact avec le lait ou la mamelle des vaches. Outre l’entretien journalier de l’extérieur du robot réalisé par l’éleveur, la gestion de l’automate organise un processus de nettoyage régulier des différentes pièces. Chaque constructeur a sa propre méthode adaptée à la conception de son robot. Dans la majorité des cas, un lavage principal de toute l’installation est réalisé deux à trois fois par jour. Il se décompose en trois étapes : premier rinçage à l’eau froide (Lely et Fullwood-Joz) ou prélavage à basse température (GEA), lavage à haute température avec une eau à 70-80 degrés (GEA) ou 95 degrés (Lely et Fullwood-Joz) additionnée d’un agent alcalin ou acide et un rinçage à l’eau froide. Ce lavage dure généralement entre 20 et 25 minutes. L’efficacité du nettoyage peut être contrôlée par le robot. Lely utilise par exemple le capteur MQC-2 incorporé dans le bras de l’Astronaut pour mesurer la conductivité de la solution de nettoyage indiquant la présence de lessive et la température. Quant à DeLaval, son robot VMS ajuste automatiquement le temps de circulation en fonction de la température de l’eau.

En dehors de ces lavages approfondis, des nettoyages ou rinçages intermédiaires peuvent être programmés, notamment après le passage d’une vache, dont le lait est séparé ou après un certain temps d’inutilisation du robot.

Désinfections des manchons à l’acide ou à la vapeur

Entre chaque vache, les constructeurs nettoient les manchons selon différentes méthodes. Chez DeLaval, GEA et Fullwood-Joz, une désinfection à l’acide peracétique est combinée à deux phases de rinçage. Lely propose soit un nettoyage simple à l’eau froide ou tiède, soit une action à la vapeur (170 degrés) baptisée Lely Pura, qui a l’avantage d’offrir une désinfection très efficace, tout en faisant l’impasse sur un produit chimique.

Second pan de l’hygiène de traite, le nettoyage et la désinfection des trayons avant la traite est réalisé selon trois méthodes : des brosses rotatives (Lely et Fullwood-Joz), un gobelet préparateur séparé des gobelets trayeurs (DeLaval, Boumatic et SAC) et une intégration du lavage dans les gobelets trayeurs (GEA).

Brosses rotatives ou gobelet de préparation

Les brosses rotatives utilisées par Lely et Fullwood-Joz se démarquent par leur action mécanique. Elles nettoient chaque trayon un à un et le dessous de la mamelle, tout en stimulant le réflexe de sécrétion du lait. La durée d’action des brosses peut être paramétrée en fonction de chaque vache. Après leur travail, le bras de nettoyage s’escamote pour laisser place au branchement des manchons. Les brosses sont alors nettoyées par pulvérisation d’une solution désinfectante (acide peracétique), puis essorées par rotation centrifuge. Les deux constructeurs mettent en avant la rapidité d’action de leur système et le moindre risque de contamination croisée.

Chez DeLaval, Boumatic et SAC, la préparation des trayons est assurée par un gobelet dédié à cette tâche. Le constructeur suédois utilise un gobelet transparent qui lave, stimule et sèche les trayons. Le lavage s’effectue avec de l’eau tiède et de l’air injectés tout autour du trayon, créant une turbulence utile au nettoyage, mais aussi à la stimulation. L’eau peut aussi être associée à un savon. La durée de préparation (3,5 à 7,5 secondes par trayon) est ajustable selon les vaches. Les trayons sont séchés avec de l’air tiède et le premier jet est tiré avec du vide juste avant de retirer le gobelet. Après préparation des quatre trayons, le gobelet est rincé à l’eau et peut être désinfecté au peroxyde d’hydrogène ou à la vapeur.

Le gobelet du robot Gemini de Boumatic lave le trayon avec de l’eau, éventuellement additionnée d’un produit désinfectant, puis le sèche avec de l’air comprimé. Les premiers jets sont éliminés par pulsations, comme dans une traite classique. Le gobelet est ensuite ramené sur son support où il est rincé et désinfecté avec un produit ou à la vapeur.

Un faisceau trayeur qui prépare et trempe

Avec son faisceau trayeur In-Liner Everything GEA fait exception en intégrant la préparation des trayons dans les gobelets trayeurs.  Lorsque ceux-ci sont branchés, plusieurs phases se succèdent pour nettoyer et stimuler les trayons (durée réglable selon les vaches et les contraintes d’hygiène). L’eau et l’air sont injectés en alternance, avec la possibilité de réaliser un pré-trempage à l’aide d’une solution désinfectante. Les premiers jets sont ensuite tirés, puis le trayon est séché. Le robot GEA est équipé de deux chambres de réception, l’une pour les eaux de lavage, premiers jets et mauvais laits, l’autre pour la traite. Une électrovanne assure le routage vers l’une ou l’autre. Après lavage, la première chambre de réception se vide et peut éventuellement recevoir du lait contaminé ou du colostrum. Quand la traite est terminée, le circuit est redirigé vers cette même chambre pour recueillir les résidus du trempage effectué par pulvérisation à l’intérieur du manchon. Du lavage jusqu’au trempage, chaque trayon est traité séparément, ce qui limite le risque de contaminations croisées. La griffe est ensuite désinfectée sur son plateau de lavage. Ces deux circuits du lait permettent de limiter les lavages courts, le circuit étant désinfecté jusqu’au bloc vanne à chaque lavage de la griffe.

 

Un Post-trempage par aspersion sauf pour GEA

À l’exception de GEA, tous les constructeurs utilisent une buse sur le bras de leur robot qui vient pulvériser une solution de trempage sur chaque trayon après la traite. Boumatic donne la possibilité d’utiliser une pulvérisation depuis le sol, moins précise, mais qui fait gagner du temps avec ses robots à deux box. Chez GEA, le trempage est effectué dans le gobelet à partir de la même buse qui envoie l’eau et l’air pour le lavage. La solution de trempage est appliquée par le haut du manchon et un jet d’air pousse la solution de trempage jusqu’au bas du trayon.

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
Tracteurs et machines agricoles John Deere
Fin du litige entre John Deere et les agriculteurs américains : pourquoi la France n'est pas concernée
La fédération des agriculteurs américains a signé un accord avec John Deere qui octroie le droit aux agriculteurs de ne pas…
Le réglage correct d'une charrue passe par une bonne préparation du tracteur.
TUTO VIDÉO - Les 10 règles pour bien labourer avec sa charrue portée
Une charrue mal réglée coûte cher. En plus de fournir un travail de mauvaise qualité, elle entraîne une usure prématurée des…
Statu quo en 2022 concernant les parts de marché des chargeurs télescopiques
Immatriculations des chargeurs télescopiques en 2022 - Le trio de tête inchangé
En hausse, le marché des chargeurs télescopiques ne connaît pas de grands changements concernant les trois leaders Manitou, JCB…
En 2022, John Deere assoit sa position de leader des tracteurs en France. Fendt accède à la seconde place.
Classement officiel des immatriculations tracteurs 2022 - John Deere toujours leader, Fendt s'octroie la seconde place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
La tonne à lisier Kumm Technik KTR Titan dispose d'un pont moteur et peut recevoir des pneus de 900 mm de large et 2,05 m de diamètre.
KTR Titan - La tonne à lisier Kumm Technik pour conditions difficiles
Kumm Technik a dévoilé une nouvelle tonne à lisier largement chaussée et dotée d'un pont moteur.  
Publicité