Aller au contenu principal

Stocks mondiaux de blé 2021-2022: Amis plus optimiste que l'USDA et le CIC

Le système d'information des marchés agricoles (Agricultural Market Information System-AMIS) table sur une récolte mondiale 2021/2022 de blé à un niveau inférieur à celui estimé par l'USDA (département états-unien de l'agriculture) et le CIC (Conseil International des Céréales) en avril, compensée par une baisse de la consommation.

© TheDigitalArtist - Pixabay

Le système d'information des marchés agricoles (Agricultural Market Information System-AMIS), organisme détaché de la FAO (Food and Agriculture Organisation - Organisation pour l’alimentation et l’agriculture) estime au 6 mai les stocks mondiaux de blé pour la campagne commerciale 2021/2022 à 304,3 Mt, contre 278,4 Mt du côté de l'USDA (département états-unien de l'agriculture) le 8 avril et 281,6 Mt pour le CIC (Conseil International des Céréales).

Cela correspond à une hausse de 8,7 Mt par rapport aux prévisions d'Amis du 7 avril. La production mondiale est stable d'un mois à l'autre à 776,6 Mt, à un niveau inférieur à celui estimé par l'USDA au 7 avril (778,8 Mt) et par le CIC (780,9 Mt). Mais la consommation est revue en baisse, passant de 770,4 Mt à 765,2 Mt entre avril et mai par Amis, contre 791,1 Mt selon l'USDA et 778,1 Mt selon le CIC en avril dernier.

Pour 2022/2023, la FAO mise sur une production mondiale de blé à 782 Mt. Certes, la sécheresse pénalise le potentiel des cultures aux États-Unis, mais les assolements augmentent. Une hausse des surfaces est également constatée en Europe. En Russie, la météo s'avère pour le moment favorable aux cultures.

De son côté, l'indice des prix de la FAO a reculé de 1,2 point entre mars et avril, à 158,5 points, compte tenu de la baisse de celui des céréales et des huiles. La guerre en Ukraine bloque certes de la marchandise dans le pays, mais la hausse des expéditions au départ de l'Inde a permis de tempérer en partie ce manque de disponibilités. Ajoutons à cela un certain essoufflement de la demande mondiale, en raison des prix élevés, ajoute l'organisation. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Prix du blé tendre 2022/2023 : "Tout dépendra de la mer Noire", selon Agritel
Agritel juge la situation du marché mondial du blé tendre comme globalement tendue. Une quantité record de réserves de blé tendre…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
En 2022, plus faible production française de maïs du XXIe siècle, selon Agritel
La production de maïs hexagonale 2022 est attendue sous les 11 Mt, chiffre qui pourrait être de nouveau révisé à la baisse. Celle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne