Aller au contenu principal

Ressource hydrique en France
Niveau des nappes d’eau normalement en baisse, mais de façon accentuée dans certaines régions

Le mois d’août a vu la poursuite de la baisse des niveaux des nappes d’eau dans l'Hexagone. Tour d’horizon contrasté.

Situation à peu près normale pour les nappes d'eau en France pour un mois d'août. Situation plus difficile dans l'Est.
© BRGM

Le mois d’août 2020 ne fait pas exception à d’autres mois d’août en matière de niveaux des nappes d’eau en France. Le phénomène de vidange (débutée fin mars après la recharge en eau pendant l’hiver et le début du printemps) s’est poursuivi a indiqué, le 11 septembre, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans son bulletin mensuel publié en septembre. Tout est normal pour la période où « les précipitations estivales génèrent rarement des pluies efficaces permettant de recharger les nappes, l’eau réussissant à s’infiltrer dans les sols étant entièrement reprise par la végétation ».

Deux exceptions cependant à cet état : d’une part, des recharges ponctuelles ont été observées et ont atténué temporairement la vidange des nappes bordant la Manche, en Bretagne et Normandie ; d’autre part, des tendances à la baisse ont notamment été accentuées sur certaines nappes de la région Grand-Est.

Toujours selon le BRGM, et par rapport aux moyennes des mois de juin, « les pluviométries excédentaires enregistrées durant l’automne et l’hiver 2019/2020 puis au printemps 2020 sur une grande partie du territoire expliquent les niveaux particulièrement hauts observés entre mars et mai. Les effets de cette recharge hivernale importante s’observent encore sur la plupart des nappes ».

Comparés aux mois d’août des années passées, certaines nappes « présentent des situations favorables (niveaux modérément hauts à très hauts) ». Il s’agit des nappes alluviales du Plio-quaternaire et des calcaires de Vendée et du bassin Adour-Garonne, des nappes de l’aquifère multicouche du Roussillon et des alluvions du littoral languedocien et enfin des nappes alluviales de la Côte d’Azur et de Corse. En revanche, certains secteurs montrent des situations moins favorables (niveaux bas à très bas) « nécessitant une surveillance renforcée ». On parle de la nappe alluviale d’Alsace et des calcaires jurassiques de Lorraine, des nappes des alluvions, cailloutis et corridors fluvio-glaciaires de Bourgogne, du Rhône amont et moyen mais aussi des niveaux des nappes du socle Massif Central en Auvergne et Limousin.

Cap sur septembre

Le BRGM a également fait état des précipitations annoncées pour septembre : « elles ne devraient pas engendrer une recharge significative des nappes ». Rien d’anormal, selon les experts. « Des tendances stables ou à la hausse pourraient s’observer uniquement sur les secteurs arrosés abritant des nappes réactives. La vidange devrait se poursuivre sur l’ensemble des nappes du territoire jusqu’à la mise en dormance de la végétation et la survenue d’épisodes pluviométriques abondants, soit jusqu’à mi-octobre à fin novembre. » Les spécialistes du BRGM signalent également que « les demandes en eau devraient diminuer. La situation des nappes devrait donc demeurer globalement similaire à celle d’août. Les précipitations pourraient toutefois permettre de limiter la baisse des niveaux et de soutenir l’étiage sur les nappes les plus réactives ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne