Aller au contenu principal
Font Size

Coopérative agricole
Une année 2019 solide pour la coopérative agricole Agrial, des incertitudes pour 2020

L’année écoulée a généré un exercice solide et permet d’envisager 2020 sereinement mais prudence...

Arnaud Degoulet, président, et Ludovic Spiers, directeur général (ici en avril 2019 à Paris) ont conduit 100 % des 18 assemblées de section d'Agrial au format numérique cette année.
© Thierry Michel

L’exercice 2019 (année civile) de la coopérative caennaise Agrial (12 500 agriculteurs-adhérents et 22 000 salariés) s’est soldée par un chiffre d’affaires de 6,09 Md€, en hausse de 4,3 % par rapport à 2018. L’excédent brut d’exploitation s’élève à 225,5 M€ (+ 6,1 %) et le résultat net à 52,1 M€, en recul de 9,7 %. L’assemblée générale du groupe a voté un « retour aux adhérents de 12 millions d’euros ». Les dirigeants de la coopérative ont annoncé réduire de 25 à 30 % les investissements prévus en 2020, avec report en 2021, pour ne pas impacter les résultats économiques de l’année en cours. Par ailleurs, Agrial a réalisé 74 % de son chiffre d’affaires en France et 26 % à l’international (en grande majorité en Europe : Espagne, Royaume-Uni, Allemagne Pays-Bas pour 59 %).

Alors que la coopérative avait mené une politique intense de croissance externe (+ 1,9 % en 2019) ces dernières années, c’est la croissance interne qui a tiré le volume d’affaires en 2019 (+ 2,4 %), avec une progression significative des ventes des marques (Florette, Soignon, Priméale…). Ces dernières représentent désormais un tiers du chiffre d’affaires agroalimentaire. La branche lait (2,5 Md€ de chiffre d’affaires) « progresse » grâce à l’ultra-frais et au marché des commodités laitières (mozzarella, caséine, poudre) et la branche légumes et fruits frais (1,4 Md€) « revient à un niveau de contribution satisfaisant ». La branche viandes 487 M€) réalise à nouveau une « bonne » année mais celle consacrée à la boisson (365 M€) « voit sa rentabilité se rétracter sur les marchés français et américains ».

Branche agricole

Selon Agrial, la branche agricole (1,3 Md€ de chiffre d’affaires) « réalise une année satisfaisante, proche de l’année 2018, grâce à une bonne moisson d’été et au lancement réussi de la nouvelle enseigne de magasins LaMaison.fr ». Si l’été a été effectivement source de satisfaction, l’automne a été beaucoup plus compliqué à gérer. Les responsables d’Agrial relèvent qu’à nouveau les « dérèglements climatiques et les contraintes réglementaires » ont impacté la performance des exploitations agricoles en 2019. Pour passer ces temps difficiles, l’accent est plutôt mis sur la professionnalisation des équipes, la compétitivité des offres et la proximité des magasins.

LaMaison.fr est la marque d’Agrial de distribution rurale, lancée fin 2018 et remplaçant depuis mars 2019 les magasins Point Vert, La Maison Point Vert, Magasin Vert et Gamm Vert du réseau. Ce pôle distribution rurale réalisait un chiffre d’affaires de 308 M€ en 2017 (dernier chiffre disponible) et Agrial ambitionnait de le doubler à horizon 2025.

La branche agricole représente au total 9 380 agriculteurs-adhérents producteurs de céréales, 2 820 agriculteurs-adhérents éleveurs de bovins, 700 agriculteurs-adhérents multiplicateurs de semences et 3 000 salariés.

Perspectives 2020 et Covid-19

Los de la visioconférence de presse, les dirigeants d’Agrial se sont dit « très inquiets » quant à « l’absence de visibilité sur le monde agricole et le monde des affaires dans les dix-huit prochains mois ». Durant le confinement, le chiffre d’affaires d’Agrial a baissé de 7 % pour les activités agroalimentaires : + 7 % et + 5 % respectivement pour la grande et moyenne distribution (GMS) France et la GMS hors France mais - 35 % et – 10 % respectivement pour la restauration hors foyer et l’industrie/export. La coopérative évoque aussi des « surcoûts industriels et logistiques liés à la réorganisation des usines ». Malgré tout, les bons résultats des années précédentes et la stabilité que procure le modèle coopératif permettent de limiter les conséquences de la crise sur les équilibres économiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Blé tendre : vers une récolte biologique 2020 qualitative à défaut de quantité
Comme pour les blés non-bio, les conditions météos de l’automne-hiver puis du printemps ont marqué les semis et les conditions de…
Avril/DSM: Construction d'un site de production de protéines de colza pour l'alimentation humaine sur Dieppe au premier trimestre 2022
Les groupes Avril et Royal DSM ont annoncé le 15 juillet avoir finalisé leur partenariat, visant la construction d'une unité de…
Une récolte française 2020 de blé tendre à 29-31 Mt ?
Le chiffre de 32-33 Mt de blé tendre récolté en France en 2020 n’est plus d’actualité. Les surfaces sont revues à la baisse, et…
Agreste abaisse son estimation de récolte française de blé tendre 2020 à 29,7 Mt
Le ministère de l'agriculture français a également revu en repli ses prévisions en orges et en colza.
Jean-François Lépy (Soufflet Négoce) : Peu de disponibilité en blé tendre et en orge pour l'export d'ici la fin de l'année
Les prix de l'orge et potentiellement du blé tendre pourraient trouver du soutien auprès de la demande chinoise, d'après Jean-…
Ca bouge dans les boissons à base d’avoine
Surfant sur les aspects nutrition, santé et allergène, l’avoine a le vent en poupe en alimentation humaine, en particulier aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne