Aller au contenu principal

Same Frutteto 105 S CVT et 90.4 CVT
Un tracteur spécialisé dernier cri

Fabien et Laurent Marie, viticulteurs et entrepreneurs en Charente-Maritime, ont pris en main deux tracteurs à transmission à variation continue, l’un tout équipé jusqu’au terminal isobus, l’autre au gabarit plus adapté à leur vignoble.

Lancée au printemps 2018, la gamme Frutteto CVT a été dessinée à partir d’une feuille blanche. Elle s’inscrit comme une offre complémentaire aux autres Frutteto à transmission semi-powershift, positionnée haut de gamme, avec des caractéristiques qui n’ont pas à pâlir face aux tracteurs de grandes cultures les mieux équipés. Isobus, autoguidage, séquençage de bout de parcelle, terminal couleur tactile, poste de conduite de classe 4, etc. font partie des attributs que l’on peut retrouver sur ces tracteurs. Une pompe load sensing de 100 l/min (+ une pompe de 42 l/min pour les servitudes et la direction) permet de piloter jusqu’à neuf vrais distributeurs – ce ne sont pas des lignes doublées – cinq à l’arrière et quatre à l’avant. Tous ces distributeurs sont réglables en débit, en temps et en priorité.

La transmission propose trois modes de conduite : Manuel, Auto et PTO, ce dernier priorisant le régime moteur. L’inverseur sous charge permet trois niveaux d’agressivité, pour une conduite vive ou souple. Deux gestions de moteur, Eco et Power, sont proposées, donnant priorité à la sobriété ou aux pleines capacités du moteur. Les Frutteto CVT proposent de paramétrer deux vitesses cibles depuis le joystick principal, baptisé MaxCom.

Proposés en cinq puissances – 90 et 100 chevaux avec un bloc trois cylindres FarMotion, 90, 100 et 113 chevaux avec le quatre cylindres – ces tracteurs sont déclinés en trois gabarits V, S et standard, respectivement pour les vignes étroites, vignes larges et vergers. Lancée à l’automne, une quatrième version, appelée Active Steer, dispose du gabarit des standards, mais avec une cabine plus étroite, issue des S, afin de proposer un essieu arrière directionnel, réduisant le rayon de braquage de 28 %.

Les conditions du test

En juillet 2019, Fabien et Laurent Marie ont pu essayer ces deux tracteurs, attelés à une combinaison d’un décompacteur Goizin et d’une herse rotative Quivogne de 2,30 m de large, mais aussi à une rogneuse double rang traînée Provitis Elixo.

Les plus

Confort

Visibilité

Performances

Maniabilité

Les moins

Une seule prise trois plots en cabine

Coupe-batterie placé à droite

Crochet d’attelage trop en arrière

Jauge à huile impossible à remettre

Au travail

"Confort et maniabilité"

Au travail du sol avec le modèle de 105 chevaux, nous avons relevé une consommation honorable de 9 l/h, les 30 km de transport compris. Par contre, il demande à être rodé, comme tous les tracteurs de cette génération, car le moteur est un peu mou même en mode Power. Les stabilisateurs tirent et poussent, ce qui permet un vrai déport de l’outil. Déjà habitués aux transmissions à variation continue, la CVT ne nous a pas déçus.

Au rognage, le tracteur se montre très agréable. La cabine n’a pas d’angle saillant, les feux sont dessinés pour avoir peu de prise. Du coup, le poste de conduite glisse bien dans la végétation. Nous avons choisi le mode de conduite Auto : à l’aide du joystick on a réglé très facilement la vitesse maxi à 10 km/h, qu’on atteignait le pied au plancher.

Sur le standard, le braquage est impressionnant. C’est accentué par la fonction SDD, qui, une fois enclenchée, réduit de 2,5 à 1 tours le nombre de volants à réaliser pour atteindre le braquage maximal. Un régal !

Sur la route, le tracteur se montre confortable, grâce à la suspension indépendante des deux demi-essieux avant et à la suspension hydraulique en quatre points de la cabine. On roule à 40 km/h à 1600-1700 tr/min et de ce fait, le tracteur est assez silencieux. Le frein moteur est impressionnant pour un tracteur à transmission à variation continue : pas besoin de freiner !

Nous avons bien aimé le relevage avant avec ses crochets sur glissières, ce qui offre plus de largesse, quand on a des outils avec les cotes pas toujours identiques.

Autre point, nous avons bien aimé la construction des jantes, cerclées, qui permettent d’offrir plusieurs largeurs de voies, tout en étant plus solide que les pontets.

En cabine

"Un poste de conduite accueillant"

Malgré deux marches au marchepied, l’accès au poste de conduite s’effectue facilement avec une ouverture de porte large et seulement quatre montants de cabine. La position haute de conduite est agréable et, combiné à un capot plongeant et fin, aide à la visibilité panoramique. Même dans la version vignes larges, l’espace pour les pieds est remarquable agrémenté par un plancher plat. Le volant se règle en profondeur et en inclinaison. Il est solidaire du tableau de bord, qui dispose d’un terminal couleur 5 pouces d’où on peut faire les principaux réglages.

Il manque juste une seconde prise trois plots et une barre transversale à droite à mi-hauteur pour accrocher boîtiers et commandes d’outils, sans être gêné par le joystick MaxCom.

Monté sur un accoudoir multifonction réglable en hauteur et en longueur, le joystick MaxCom, dont l’orientation est également réglable, pilote la transmission par impulsions. C’est simple et intuitif. Doté de boutons pour rappeler les vitesses cibles paramétrées, le joystick pilote également quatre distributeurs, mais aussi d’autres fonctions, comme l’inverseur, grâce à deux boutons personnalisables. À droite de celui-ci, deux autres distributeurs peuvent être commandés depuis le second joystick, qui permet aussi de piloter l’inverseur.

Le Frutteto 105 S est équipé d’un terminal couleur tactile iMonitor de 8 pouces. Celui-ci est monté sur un support à double articulation, qui permet de le positionner aussi bien au-dessus du tableau de bord que latéralement dans l’axe du montant avant droit. Personnalisable à souhait, ce terminal propose encore une autre entrée pour régler différents paramètres, ceci de manière encore plus facile : on peut même mémoriser et rappeler ces réglages en les personnalisant par outil et/ou par conducteur. Couplé à une antenne GPS, il permet de faire de l’arpentage, mais aussi de la traçabilité géolocalisée des rangs travaillés ou non. Il peut également, comme c’est le cas ici, être combiné à une à quatre caméras pour visualiser les angles morts.

Entretien

"Une prégrille en deux parties"

Les prégrilles devant les radiateurs sont composées de deux éléments, un supérieur qui coulisse et un inférieur qui s’extrait après avoir ôté le premier : inutile donc de démonter un panneau latéral pour nettoyer les grilles.

Les filtres à huile et à carburant nécessitent de démonter le panneau latéral droit avec une clé. La jauge à huile est très compliquée à remettre : on procède à tâtons.

Très accessible, le coupe-batterie est en revanche mal placé, à droite. Les fusibles sont centralisés et très facile d’accès en cabine.

Placé à l’avant, on peut atteindre le réservoir de GNR par une petite trappe, mais avec une clé. En revanche, sa jauge n’est pas du tout précise. Le niveau va vite descendre pour afficher un remplissage au quart, alors que l’on a consommé qu’un quart.

Nous avons bien aimé le blindage sous une bonne partie du tracteur.

FICHE TECHNIQUE

Same Frutteto CVT 90.4

MOTEUR

Puissance maximale (ECE R120) : 88 ch à 2000 tr/min

Couple maxi : 354 Nm à 1 600 tr/min

Cylindrée : 3 849 cm3

Norme et système de dépollution : Tier 4i avec DOC

Capacité d’huile du moteur : 12 l

Intervalle de vidange: 600 h

TRANSMISSION

Type : Variation continue

Régime moteur à 40 km/h : 1 650 tr/min

Régimes de prise de force : 540, 540 Eco et 1000 tr/min à 1970, 1600, 1 970 tr/min moteur

CIRCUIT HYDRAULIQUE

Type : Pompe à cylindrée variable (circuit LS)

Débit, pression : 100 l/min à 200 bars

Volume d’huile hydraulique exportable : 24 l

Nombre de distributeurs av/ar : 4 indépendants + 3 voies repiquées/4 indépendants

RELEVAGE

Capacité aux rotules sur toute la course av/ar : 1 500/3 800 kg

DIMENSIONS

Capacité du réservoir : 75 l (95 l sans le relevage avant)

Hauteur hors-tout : 2,42 m

Empattement : 2,044 m

Poids à vide : 3 500 kg

Monte de pneumatique : 300/70 20 et 420/70 R28

BUDGET

Prix catalogue de base hors taxes au 1er octobre 2019 : 102 520 euros

Les plus lus

Claas Xerion 5000 Trac VC sur le circuit allemand de Nürburgring
[Vidéo] - Un Claas Xerion 5000 flashé sur le mythique circuit de Nürburgring
Le magazine allemand auto motor und sport a testé un Claas Xerion 5000 Trac VC sur le mythique circuit allemand de Nürburgring.
Kuhn Aura Réussir machinisme FB
[VIDÉO] Kuhn - Une mélangeuse automotrice autonome
Avec son automoteur Aura, Kuhn automatise l’ensemble des étapes de l’alimentation, du désilage à la distribution, tout en…
Claas bec ensileuse Orbis 900 Réussir Machinisme DP
[VIDEO] - Claas - Le bec d'ensileuse Orbis 900 se replie en cinq parties
Claas renouvelle son bec d'ensileuse Orbis 900 qui se replie désormais à 3 m de large. 
sima_annule_FB.jpg
[Covid-19] - Le Sima 2021 malheureusement annulé
Le Sima est malheureusement victime à son tour de la crise sanitaire liée à la Covid-19. La prochaine édition, qui était…
JOHN_DEERE_6120M_FB
[ESSAI/VIDEO] - John Deere 6120M Premium - « Un milieu de gamme richement doté »
Éleveur à Saint-Germain-de-Montgommery, dans le Calvados, Sébastien Gautard a essayé durant une semaine le tracteur John Deere…
Vincent Reucheron délègue à l'ETA, depuis 26 ans, le transport de l'ensilage du maïs et le tassage du silo.
« Je délègue le transport et le tassage de l’ensilage à l’ETA pour limiter mes charges de mécanisation »
Chez Vincent Reucheron, le parc matériel est réduit au minimum. L’éleveur laitier préfère faire appel à l’ETA pour l’ensilage…
Publicité